« Les Papous veulent leur indépendance de l'Indonésie islamique | Accueil | Egypte : une blogueuse nue suscite la polémique »

17/11/2011

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Jean Némard-Detou

Et l'Iran? N'est-elle pas la preuve que le joug islamiste peut peser bien longtemps et que le peuple si désireux soit-il de se libérer, n'est pas assez fort pour le faire?

Nilby

@Jean Némard-Detou

L'Iran avait la manne du pétrole, ce qui n'est pas le cas de la Tunisie ou de l'Egypte.

Cyril

Les dictateurs se sont servis de l'Islam comme d'une arme politique. Surtout, en faisant diversion avec des motifs comme la Palestine, l'anti-sionisme, la fierté arabe.

Le problème c'est que c'est une arme à double tranchant!

L'équilibre est difficile (pour ne pas dire impossible) à trouver avec l'Islam.

Du coup, à force de composer avec l'Islam et de s'en servir, ça finit par leur exploser à la figure.

Toute la haine déversée par les médias arabes (Al Jazeera en premier) finit par rendre les peuples arabo-musulmans de plus en plus agressifs et revendicatifs.

Cette "révolution arabe" n'est elle pas en réalité une volonté populaire irrésistible d'écraser le seul ennemi présent dans l'esprit des arabes, tel un archétype, le "yahoud sournois qui se cache derrière l'arbre et qu'il convient d'abattre"?

Mais, cet "arbre" ne cache-t-il pas l'immense forêt qu'est la misère culturelle, intellectuelle et affective de toutes ces populations soumises, bourreaux et victimes à la fois, à un diktat "religieux"?

Lorraine

Le yahoud derrière l'arbre, c'est le prétendu imam caché.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Ou faire un don mensuel