« Tunisie : "tuer, crucifier, amputer", le député d'Ennahdha persiste et signe | Accueil | Russie : création possible d'un parti islamique »

26/01/2012

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Olaf

@ Suzanne

Je vous recommande d'écouter les interventions de Marie-Thérèse Urvoy, grande islamologue, pour approfondir sur les liens et les différences entre christianisme et islam.
Cette dame est un puits de science.
Vous trouverez de la matière ici : http://lumiere101.com/categories/emissions/cycles/abc-islam/

Kunsang Khandro

Le site qu'Olaf nous présente est trop riche pour que le lise et commenter ce texte... Je vais le faire à tête reposée demain. Ce qui me semble très prometteur...
Toutefois, cela m'irrite et m'attire de voir dans les religions l'image que l'on se fait de l'Enfer...
Primo: l'Enfer c'est de vivre ICI...
sinon nous vivtions sur une autre planète...
Et, encore, je le regrette de le dire...
cela ressemble aux Enfers chrétiens... sauf que les Chrétiens actuels n'y croient plus... mais les islamistes oui... car ils sont 1,000 ans en arrière... et la descriptions des Enfers, dans le monde occidental est basé sur la peur et non la connaissance de soi et de nos faiblesses.
Non pas l'Enfer, mais "les Enfers" existent aussi chez les Bouddhistes... mais il est relié directement à nos actions, sentiments et pensées qui sont contre l'harmonie générale et personnelle... je ne vais pas faire un cours de philosophie bouddhiste ici...

Si les arabes savaient comment leurs peurs sont non fondées, beaucoup quitteraient cette religions guerrière et destructrice, pour eux et nous, pour une religion mieux adaptée à leurs sentiments profonds...
Et si vous ne me publiez pas, cela sera aussi un enseignement pour vous qui me lirez.

Hélios d'Alexandrie

@ Kunsang Khandro,

La vision de l'enfer chez les chrétiens a été grandement influencée par l'idée que l'on s'en faisait au Moyen-âge. C'est elle qui a donné lieu au dogme du purgatoire lequel est un enfer allégé et temporaire. Mais cette vision n'est pas conforme à ce que disent les évangiles. La formule utilisée par Jésus: "là où il y a des pleurs et des grincements de dents" fait référence à une souffrance morale, on est très loin de la fournaise et du métal fondu.

Dans l'Évangile selon Saint-Jean Jésus parle, non pas de paradis et d'enfer, mais de vie éternelle par opposition à la mort, il rejoint, mais spiritualise également, la conception que les anciens égyptiens se faisaient de l'au-delà, soit la vie éternelle pour les élus et le néant pour les injustes.

Le texte évangélique invite le lecteur à aller au-delà du sens littéral. Dieu est amour, l'amour pour le prochain est placé sur le même pied que l'amour pour Dieu, l'un ne va pas sans l'autre. Les notions de salut, de royaume de Dieu, de résurrection, de vie éternelle, de paradis sont convergentes, elles se rejoignent toutes dans l'amour de Dieu. L'enfer c'est d'être exclu ou plus précisément de s'exclure de l'amour de Dieu.

Vu sous cet angle l'enfer est un choix libre et consenti!

Hélios d'Alexandrie

Angélique

Bonjour Helios,
A l'instar des autres systèmes politico-théocratiques (la foi dans la "Parole de Lénine", la sacralisation du "Petit Livre Rouge de Mao",le culte de la personnalité envers Hitler ou les Kim de Corée du Nord), l'islam s'appuie sur la terreur ici et dans le futur et la négation du monde réel (l'économie, la raison, les sciences etc ...).
Or, ces sytèmes dogmatiques ne peuvent survivre qu'en vase clos, toute confrontation avec la réalité dévoilant leur vulnérabilité.
Pensez-vous que l'islam va imploser comme les autres totalitarismes du siècle passé ?

Mouvement pour la non-islamisation du Québec et du Canada

Merci Hélios d'avoir pris le temps de répondre!

Michèle D.

Bonjour Hélios,

Qu'entends-tu par Islam authentique (réponse à la première question, où ça revient plusieurs fois)?

Je te pose la question parce que je vois ça revenir de temps en temps en réponse à des musulmans: "Que considérez vous comme le vrai islam, celui des sunnites ou celui des chiites?"

Hélios d'Alexandrie

@ Angélique,

La question que vous me posez est importante, elle exige une réponse détaillée. Je me propose d'y consacrer toute une chronique.

À bientôt

Hélios d'Alexandrie

arthur

Pour donner juste une petite remarque à Angélique :

Contrairement aux autres totalitarismes que vous citez, l'islam s'appuie sur une transcendance et sur l'au-delà.

En partant de cela, il peut être beaucoup plus difficile à faire tomber que le maoïsme ou le stalinisme qui n'étaient que des doctrines matérialistes.

Hélios d'Alexandrie

@ Michèle,

L'islam authentique est celui des fondamentalistes, qu'ils soient sunnites ou chiites cela importe peu car ils lisent les mêmes textes dits sacrés et les interprètent de la même façon.

L'islam authentique est celui qui tient pour sacrés, immuables et valables pour tous les temps et tous les lieux, les injonctions d'Allah dans le coran et ceux de Mahomet dans les hadiths. Ces injonctions sont à la base de la charia, la loi islamique.

Un musulman qui rejette la lapidation des adultères, le meurtre des apostats, l'amputation des mains pour les voleurs et qui dénonce la polygamie et l'esclavage n'adhère pas à l'islam authentique. Autrement dit il n'y a pas d'islam à la carte.

Les musulmans qui se permettent de faire le tri, de choisir ce qui leur convient et d'écarter ce qui ne leur convient pas dans l'islam sont considérés comme des apostats.

Posez la question à un savant musulman demandez-lui s'il est légal pour un musulman de posséder des esclaves de sexe féminin et de les contraindre à des relations sexuelles. S'il est honnête il vous répondra par l'affirmative mais vous dira que l'esclavage ne se pratique plus, non parce que c'est illégal du point de vue islamique mais parce qu'il est contraire aux lois internationales. Et si vous lui demandez pourquoi l'islam dans ce cas n'interdit pas définitivement l'esclavage, il vous répondra qu'il n'appartient à personne de changer la parole d'Allah, que les circonstances peuvent changer et faire en sorte que la pratique de l'esclavage reprenne.

Pour un musulman observant l'esclavage n'a rien de scandaleux du moment qu'il est autorisé par le coran et la charia. Dans l'islam c'est Allah qui détient le monopole de l'éthique soit ce qui est permis et ce qui est défendu, et devrais-je également ajouter... celui de la violence!

Hélios d'Alexandrie

Angélique

Hélios : je suis curieuse de votre prochaine chronique.

Arthur : l'islam n'est pas transcendant, au contraire, c'est un matérialisme-religieux pur, avec butin et colonisation ici-bas et jouissances éternelles.

Par ailleurs, sur le plan éthique, il s'oppose à la Règle d'Or ("Ne fais point" etc...)inhérent aux autres religions et à l'agnosticisme. Tout comme les adeptes de la "Fin de l'Histoire", de "l'Homme Nouveau, de gré ou de force" et des "Lendemains qui chantent", ils soutiennent cette immoralité suprême : "la fin justifie les moyens", d'où leur caractère criminonège et anxiogène, intrinsèque et dans le texte.
Par conséquent, le système islam a plus d'affinités philosophiques et politiques avec le marxisme qu'avec les autres religions (christianisme, bouddhisme, taoisme, hindouisme).

Dan

Merci Hélios pour toutes vos réponses. Si vous permettez pour le bénéfice de tous les lecteurs du blog, j'ajouterai à la notion du Sacrifice une valeur trés importante véhiculée par la bible : La demande de Dieu à Abraham de lui sacrifier Son Fils Isaac avait pour but de tester l'obeissance et la fidelité d'Abraham envers Son Dieu. Quand Dieu réalisa la foi infaillible de Abraham, Il lui a aussi fait comprendre que la valeur de la vie humaine est plus importante que la parole de Dieu en lui envoyant le belier à sacrifier.Ne pas oublier qu'à l'époque de la bible les peuples avaient l'habitude de sacrier des humains. Un autre endroit dans la bible où l'on mentionne la valeur de la vie humaine est l'histoire de Cain Et Abel. Dieu envoya errer Cain malgrès l'assassinat de son frère Abel, il n'y a pas ici la notion de dent pour dent, oeil pour oeil.
D'autre part je garde toujours en tête que ceux sont des hommes, dans tout le sens du mot, qui ont écrit les livres de toutes les religions. Ces hommes ont pensé en premier à leur intérêt et à leur statut dans la société. Ils n'ont pas pensé dans leurs écrits au statut des femmes et des enfants. Par la suite les hommes ont créé des situations d'offres et de demandes avec les célébrations et les rituels pour mousser les coffres des institutions religieuses partout sur terre.

Michèle D.

Merci de ta réponse, Hélios.

Je ne me rappelle plus si j'ai trouvé le lien que je vais donner sur ce site ou dans les commentaires de la page FB de PdV et je ne sais pas dans quelle mesure ça entre avec la réponse à ta deuxième question. Je viens de découvrir un religieux du nom de Bruno Bonnet-Eymard qui travaille depuis de nombreuses années sur une exégèse scientifique du coran. Assez curieusement, il suit une démarche similaire à celle de Christoph Luxemberg, i.e il utilise les techniques modernes employées pour interpréter les anciens textes chrétiens. Il part des caractères arabes sans les signes diacritiques, puisque ceux-ci étaient inconnus dans l'arabe écrit le plus ancien et il les compare avec l'hébreu et l'araméen. Il obtient des résultats du même ordre: le coran aurait une origine à la fois hébraïque et chrétienne.

Donc, voici le lien:

http://www.youtube.com/watch?v=BGWpRGmnrAE&feature=related

C'est une conférence scindée en 14 vidéos de 91-10 minutes chacun.

J'apprécie toujours lire tes articles et tes commentaires. C'est bien creusé et ça a un jugement que j'aime bien. Moi aussi je suis curieuse de tes prochaines chroniques.

Hélios d'Alexandrie

@ Arthur et @ Angélique,

Vos opinions respectives ne sont pas contradictoires elles soulignent le caractère composite ou plutôt ambigu de l'islam. C'est en mettant à profit cette ambigüité qu'il parvient à ses fins.

Les totalitarismes se reconnaissent et s'admirent. Hitler avait une grande admiration pour l'islam et il a d'ailleurs reçu avec les honneurs Hajj Amin el Husseini le mufti de Jérusalem et lui a fait part de ses plans pour la solution finale, tout en l'encourageant à procéder de la même façon en Palestine. L'islam reconnaissant le lui rend bien, Mein Kampf traduit en arabe se vend sur les trottoirs du Caire et d'Alger avec les Protocoles des Sages de Sion. "God Bless Hitler" est un slogan brandi régulièrement par des femmes en niqab.

Mais nos élites se refusent de juger l'arbre à ses fruits, qui sommes-nous pour juger disent-elles. Doit-on s'en étonner quand on sait que ces mêmes élites ont apaisé Hitler, admiré Staline, adoré Mao Tsé Toung, encensé Castro, canonisé Khomeiny, mais trainé dans la boue Churchill, Reagan et Thatcher?

Hélios d'Alexandrie

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.




Don mensuel @ Poste de veille

Ou faire un don par chèque

DONS PAR CHÈQUE