« Allemagne : 100 salafistes arrêtés après avoir attaqué la police | Accueil | L'imam wahhabi... الشيخ الوهابي »

07/05/2012

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Pierre Ouellet

Mais je rêve ou quoi? Un juge qui prends une bonne décision? Je trouve atypique qu'il n'est pas plutôt défendu l'enrichissement culturel que représentait cet digne homme. On aura tout vue...

kOkOrikO

Moi je ne comprends même pas qu'il y ait la moindre controverse quant à l'expulsion de tels individus.

Parce qu'enfin, voilà un type auquel un pays donne une chance de vivre en paix, de préserver sa vie, d'avoir une vie meilleure que dans son pays d'origine et que fait ce dégénéré ? Il déverse sa haine et agresse les citoyens de ce pays d'accueil !

Là, je crois qu'il faut arrêter d'être cons et ne plus se poser la moindre question "humanitaire". Cet énergumène devenant un DANGER pour les habitants du pays qui a eu la bonté (faiblesse ?) de l'accueillir doit dégager et rapidement, avant que l'irréparable se produise !

Au nom de quelle humanité dévoyée devrait-on préserver la vie d'un salopard au détriment de la vie d'innocents ???

Le monde a perdu tout sens commun et c'est terrifiant...

Markus

C'est un privilège et non un droit de pouvoir immigrer au Canada (ainsi que n'importe où en occident). Tu "fit" pas dans le genre de société qu'on s'est bâtie. Eh bien, ciao! Excellente décision juridique, de toute manière ce gars là n'est pas un atout pour le pays.

Poste de veille

@Markus,

L'immigration est un privilège, pas un droit. Toutefois, ce Somalien n'était pas un immigrant, mais un réfugié. Son statut relevait du droit d'asile, c'est-à-dire le droit de rester dans le pays où il a réussi à fuir et de ne pas être renvoyé dans son pays d'origine où il risque d'être persécuté. La décision de la Cour fédérale est digne de mention parce que la cour a clairement statué qu'il y a des exceptions au droit d'asile, en l'occurrence la sécurité de la population de la société d'accueil lorsque celle-ci est mise en péril par le comportement du réfugié.

lorraine

Au départ, la loi pour les réfugiés est souvent utilisée par des criminels qui racontent ce qu'ils veulent et souvent c'est invérifiable, alors les agents font faire des déclarations sur l'honneur à des gens qui n'en ont jamais eu et qui n'en auront jamais.

Madeleine

Je suis parfaitement d'accord avec Lorraine. Ces gens-là n'ont pas d'honneur et si je puis me permettre, l'ONU non plus. Ils ne font que défendre l'indéfendable et cherchent à protéger des individus dangereux. Qu'est-ce que l'ONU a tant à faire à s'immiscer dans les affaires des pays occidentaux. Quant à cet individu, il se retrouvera en pays de connaissance et n'aura que ce qu'il mérite.

Markus

@ Poste de Veille

Merci pour la précision.

zarmagh

Na Na Hey Hey Kiss Him Goodbye
:-0

Marcel

Je ne comprends pas pourquoi ce "réfugié", arrivé en 90, est demeuré réfugié au Canada après la chute du dictateur (Maxamed Mohamad Siyyad Barré) dont les agissements objectivement liberticides menaçaient divers opposants. À rappeler que le propre père d'Ayaan Ali Hirsi Magan (l'auteure d'Infidèle, de Nomade et célèbre et convaincante critique de l'islam, ce qui lui vaut une permanente menace de mort) faisaient partie de ces opposants et réfugiés, preuve que la menace était réelle. Mais le dictateur Barré ayant été destitué en 1 991, on ne voit pas pourquoi il bénéficiait encore de ce statut après cette date, alors que la principale raison de cet asile disparaissait. Ou alors, il faudrait donner aussi asile aux 10 millions de Somaliens qui continuent à endurer massacres, famines, guerres claniques, économie exsangue, oppression des femmes (dont excision et crimes d'honneur), et ... charia, après Siyyad Barré.

À noter aussi que le statut de réfugié exige du réfugié un certain nombre de règles, dont la plus évidente, est de ne pas nuire au pays d'accueil, ce qui est un minimum. Enfreignant manifestement à répétition cette règle, il est incompréhensible qu'on ne l'ait pas impitoyablement mis dehors au plus tôt.

À noter aussi qu'islamisée depuis 14 siècles et devenue massivement musulmane (à 100 %), la Somalie illustre mal le mythe trompeur d'une "religion de paix" et de respect, bla bla bla.

À souhaiter que des chercheurs en économie évaluent le bénéfice net de la présence d'un tel individu au Canada : ce qu'il a apporté au pays (certainement pas grand chose) mis en balance avec les budgets énormes qu'il a coûté aux payeurs de taxes en frais de justice, DPJ, incarcération, dommages aux biens et aux victimes (dont, certainement ses ex-compagnes et ses enfants), multiples nuisances (dont l'insécurité), etc....

Il ne fait aucun doute que la présence indue au Canada de ce genre d'individus est un fardeau dont le pays devrait se passer. D'autant plus que, par ailleurs, nombreux sont les pays (trop souvent musulmans) dont des minorités ou des dissidents (et des millions de femmes malmenées) mériteraient l'obtention du statut de réfugié(e).

Pas question d'abolir le droit d'asile, mais le citoyen est en droit d'exiger que sa générosité soit dirigée seulement vers ceux et celles qui méritent réellement protection. Le temps que durent les menaces contre leur vie et leur dignité dans leur pays d'origine et à condition qu'ils se plient à nos lois.

Ce sinistre individu ne rencontrait aucune de ces conditions. Et ce, depuis des décennies.

Pensez-vous que nos dispendieux ministères rendent le service auquel on s'attendrait ?

Fier Canadien

Il va pouvoir contribuer a nouveau a l'économie local de son pays d'origine,soit la piraterie.Enfin bon débarras.
Enfin un gouvernement qui met c'est culottes face a ces criminels musulmans.
So long sucker!

Docteur Alain JOSSO


Le droit d'asile a bon dos et devrait être beaucoup plus restrictif......

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Devenir Fan



Ou faire un don mensuel

Ou faire un don par chèque

DONS PAR CHÈQUE