« Reportage sur les salafistes [video] | Accueil | Égypte : Le harcèlement sexuel n'épargne pas les femmes voilées [caricature] »

01/11/2012

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Hélios d'Alexandrie

Il ne s'agit pas seulement de psychose mais également sinon plus de panique, car si les pakistanais musulmans étaient profondément convaincus de la véracité de l'islam ils n'agiraient pas ainsi. C'est donc l'insécurité profonde et morbide qui pousse les musulmans à la violence. C'est un indice qui ne trompe de la vacuité de leur foi.

Une "foi" qui est soutenue par la censure, par les interdits de penser et de s'exprimer sous peine de violence extrême, ne peut être qualifiée de foi. C'est tout au plus une idée ou une conviction reçue et qui ne résiste pas à l'examen.

L'islam n'est qu'un château de cartes, nul ne le sait autant que les fanatiques.

Hélios d'Alexandrie

lorraine

Éternels tarés.

zarmagh

Encore une école de fille...

Eric W

Bonjour Hélios,
Vous avez raison.
Un château de cartes qui ne tient que par la peur et la violence. Un livre à lire en 1400 ans!! Les pauvres. Pauvres d'esprit certes mais elle est tellement apaisante cette servitude.Rien à faire que d'obéir aveuglement, bien loin de notre libre arbitre.
C'est pour cela qu'ils nous en veulent tellement.
Et Internet le prouve et le leur prouve tous les jours : ils n'ont ni avenir ni futur !
Mais qu'attendent-ils pour s'affranchir de ce totalitarisme navrant ?
JP II a dit : "N'ayez pas peur !"
Car ils ont peur, comme tous les croyants, tous les humains. Vivre, c'est assumer sa liberté, son indépendance et sa responsabilité. C'est assumer ses erreurs. Comme il est réconfortant de s'abandonner à suivre un guide, faire ce que l'on nous dit et reprocher la dureté de la soumission. Se rebeller contre un diktat est plus facile que de choisir une voie, de s'y engager et de s'y maintenir.
La Boétie nous a bien expliqué cela, il n'y a pas de victimes innocentes.
Bien à vous
Eric W.

lorraine

À Eric W.
vous dites se rebeller contre un diktat est plus facile que de choisir une voie, de s'y engager et de s'y maintenir.
Je ne saisis pas le sens de cette phrase, où voyez-vous qu'il est facile de se rebeller contre un diktat? À moins que vous ayez voulu dire au contraire qu'il est difficile de se rebeller contre un diktat, ce qui est vrai, il est difficile de s'élever contre les diktats des sociétés totalitaires comme le communisme et l'islam.

fille écoeuré

@ Lorraine

La difficulté avec les dictatures n'est pas de se rebeller mais de se rebeller en restant en vie.
Se rebeller, c'est facile, la majorité des enfants le fond, ils devient des ados.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Ou faire un don mensuel