« Suède : une manifestation contre l'islamisation tourne à la violence [videos] | Accueil | Pourquoi je quitte l’Église catholique trop faible avec l’islam (Magdi Cristiano Allam) »

25/03/2013

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

boucheseiche

Le moins que l'on puisse dire, c'est que sa conversion n'aura pas duré longtemps.

J'admirais monsieur Allam pour sa clairvoyance concernant l'Islam, et son niveau d'intelligence, mais quel revirement stupide de sa part : qu'à donc à faire le fait de croire en Dieu le Père et celui d'être ou non d'accord avec le nouveau Pape ?

M. Allam ("vous êtes le maillon faible"), aujourd'hui vous avez choisi de quitter la religion catholique, cependant, la croix tracée sur votre front ne s'effacera jamais, de même que l'amour de Dieu pour vous !

Hélios d'Alexandrie

L'entourage de Benoît XVI n'a jamais accepté que le pape baptise Magdi cristiano Allam. Ce geste du Pape ajouté à son discours de Ratisbonne a mis le comble à leur exaspération. Benoît XVI a été confronté à leur opposition et n'est pas parvenu à calmer le jeu. Il faut dire que Magdi Allam ne s'est pas contenté de travailler dans l'ombre, il s'est franchement déclaré contre l'invasion islamique de l'Europe, il s'est impliqué en politique active et a fait usage de toutes les tribunes mises à sa disposition, son attitude a certainement mis le Vatican dans l'embarras et l'a poussé à mettre de la distance entre lui et le Pape.

Le Pape François a certainement eu l'occasion de parler en long et en large avec les cardinaux avant le conclave, j'imagine que la politique de l'Église à l'égard des autres religions a été établie à cette occasion, du moins dans ses grandes lignes. Le Pape a posé des gestes très positifs à l'égard des juifs, il se devait de faire l'équivalent envers les autres confessions, en particulier les musulmans. Il ne s'agit pas en soi d'une mauvaise politique, mais elle est incompatible avec la position de Magdi Allam sur l'islam.

Allam rejette le célibat des prêtres et les prescriptions de l'Église sur les relations sexuelles hors mariage, mais avant de se faire baptiser il était au courant de la position de l'Église sur ces sujets, il aurait dû y penser à deux fois avant de se faire baptiser. Il est vrai que beaucoup de catholiques pensent la même chose que lui, cependant ils ne quittent pas pour autant l'Église, ce qui veut dire que ses raisons sont davantage d'ordre politique que doctrinal.

J'ai l'impression que Magdi cristiano Allam a été profondément déçu de l'attitude de l'Église à son égard, il a senti que l'Église n'avait ni le courage ni la conviction de faire de la place à un ex-musulman qui rejette catégoriquement l'islam. L'Église a fait le choix de poursuivre l'ouverture à l'égard de l'islam malgré l'incompatibilité fondamentale entre la doctrine chrétienne et la doctrine islamique, et malgré la haine et la mauvaise foi manifestes de ses interlocuteurs musulmans.

Magdi cristiano Allam sait mieux que quiconque à quoi s'attendre de la part de l'islam, l'Église catholique préfère ne pas le savoir, pire elle tourne le dos à qui cherche à lui ouvrir les yeux. En cela elle n'est pas différente des élites occidentales.

Le geste d'Allam servira-t-il à quelque chose? Parions que les médias en profiteront pour s'acharner sur lui et le discréditer; eux aussi n'ont pas digéré son baptême par le Pape. Reste à savoir ce que l'européen moyen va penser, à supposer qu'il puisse ne pas se laisser influencer par les journaux.

Hélios d'Alexandrie

Cornichon diplômé

Bravo Magdi ! Le catholicisme de Rome ne représente plus les vrais Chrétiens, ceux qui ne se couchent pas devant l'immonde Islam !

Michel

L'église Catholique s'est placé dans une situation de dhimitude depuis plusieurs décennies. Même qu'elle devenue cette église une collaboratrice de notre dhimitude collective.
Je crois que ce monsieur qui est devenu chrétien ira vers les églises évangélistes qui sont des églises de combat, ce que n'est plus l'Église catholique depuis longtemps.

galafrin

@Helios
"Le Pape a posé des gestes très positifs à l'égard des juifs, il se devait de faire l'équivalent envers les autres confessions, en particulier les musulmans"
En voilà du relativisme.

D'accord avec Magdi sur l'inopportunité de la légitimation de l'Islam par la Pape en personne. Comme le pape n'est plus infaillible, il a le droit de se tromper.

Ce n'est pas pour autant une raison de démissioner de l'église car elle se renouvelle et se réforme par des conciles. L'église orthodoxe par sa proximité majeure à l'Islam semble plus combative, ainsi Poutine l'orthodoxe s'est déclaré protecteur des chrétiens d'Orient. Certains évangélistes prennent de gros risques en affrontant l'Islam sur le terrain , il s'agit d'autant de stratégies complémentaires, l'important reste de s'engager pour sauver corps, biens et âme.

boucheseiche

Merci de votre réponse, Hélios !

Je suis et apprécie vos articles et vos commentaires depuis un peu plus d'un an maintenant.

Effectivement, la vision idéale de Magdi Cristiano Allam de l'Eglise catholique semblait être une Eglise plus combative, voire revancharde, en un mot plus politique, très opposée à l'image de simplicité et de non compromission avec le pouvoir politique (de droite comme de gauche) dont la vie du passée sous la dictature du Pape François est un bel exemple.

Aujourd'hui il semble plus difficile que jamais de "tendre l'autre joue", tant les violences contre les chrétiens se multiplient; la tentation de répliquer coup pour coup est grande, bien sûr, c'est une réaction bien humaine et compréhensible face à la barbarie.

L'Eglise doit-elle simplement réagir ? Prendre l'initiative ? De quelle manière ?

Je pense que l'Eglise a besoin d'un grand leader. J'ai foi en la Providence. Saint François prônait le dépouillement le plus total, et sa vie a offert un des plus beaux exemples de sacrifice et d'abnégation; ce "gars" (et quel gars) était une vraie bombe, que dis-je une véritable arme de conversion massive ! Gageons qu'avec le nouveau pape, les Magdi Cristiano Allam se multiplieront et que l'Islam s'effondrera de l'intérieur.

Sandrine

@Hélios
L'Européen moyen dont vous parlez, c'est peut-être moi !...Eh bien je pense que les critiques de Allam sur la sexualité dans l'Eglise sont liées à une discipline qu'il faut accepter mais que les choses peuvent changer : par exemple pourquoi les catholiques de rite latin n'ordonneraient-ils pas des hommes mariés, comme dans le rite oriental ?...
Mais sur l'islam je suis totalement d'accord avec Allam, trop de catholiques sont anesthésiés par des idées lénifiantes telles que tendre la joue gauche après la droite, déformant la parole du Christ qui n'était pas un mou : il a chassé les marchands du temple, a dit aux pharisiens tout le mal qu'il pensait de leur comportement...
Certains évêques Français se comportent comme des dhimis, l'un dit que ça ne le gêne pas de prononcer la chahada sur le corps d'un musulman, sans voir que pour les musulmans ça revient à une conversion, l'autre que ça ne le gêne pas de manger du halal, conversion aussi et subvention de l'islam, le primat de Lyon accepte que sur sa cathédrale soit sculpté un "allah akhbar" sans voir que c'est une prise de possession, bref ils ne voient pas le problème, et certainement des "Européens moyens" quittent l'Eglise sans faire de vagues à cause de cela. Moi-même bien qu'ayant la foi chevillée au corps je suis tentée de m'éloigner de la messe car je ne veux pas cautionner cette attitude mortifère pour notre foi et pour nous-mêmes qu'est la collusion de certains membres en vue de l'Eglise vis à vis de l'islam dominateur, totalitaire, violent. Il y a un moment où il faut lutter, ce moment est en train de venir pour nous ici en France, il n'y a qu'à voir sur "l'observatoire de la christianophobie" la liste des églises caillassées, en France, chaque semaine ! Sans parler de la situation des chrétiens d'Orient que nous devons défendre.
Je pense plus généralement que l'islam et le catholicisme sont totalement différents et incompatibles, il faut cesser de dire qu'ils sont compatibles car cela endort les gens et les empêche d'approfondir leur propre foi. Alors je regrette que Allam quitte l'Eglise mais je le comprends parfaitement et je souhaite même que ce coup d'éclat soit salutaire pour quelques-uns et leur ouvre les yeux mais ne rêvons pas trop...

lorraine

Les tièdes seront vomis, c'est écrit.....

Hélios d'Alexandrie

@ galafrin,
Je crois que l'Église désire absolument trouver des points communs et une coexistence pacifique avec les autres religions dites abrahamiques. Ce n'est certes pas difficile avec le judaïsme puisque juifs et chrétiens ont en commun l'Ancien Testament. Mais cela relève de la mission impossible avec l'islam, et ce pour des raisons évidentes qui n'échappent à personne. Mais voilà l'Église a décidé de faire preuve au-delà du raisonnable de sa "bonne volonté" et de son "ouverture" à l'égard de l'islam. Elle aurait dû se contenter d'être bienveillante et charitable envers les musulmans en tant que frères dans l'humanité, personne ne lui demandait d'en faire plus.

Le fait est que depuis le concile Vatican II, l'Église catholique en tant qu'institution est à la recherche de son point d'équilibre. Son incapacité à le trouver s'explique par le fait qu'elle court deux lièvres à la fois: être de son temps, ce qui implique bien souvent de se mettre "au goût du jour", et protéger le dogme, ce qui malheureusement lui donne un air conservateur pour ne pas dire réactionnaire. L'Église a oublié ou négligé son rôle premier, celui d'offrir le Christ au monde, par la parole bien sûr mais surtout par sa foi et par sa façon d'être: "le messager c'est le message."

Hélios d'Alexandrie

Hélios d'Alexandrie

@ boucheseiche,

Je tiens à vous remercier pour votre appréciation.

Je ne crois pas que la déception de Magdi Cristiano Allam est en lien avec le choix de l'Église catholique de ne pas être combative, ou de refuser de faire de la politique. Sa révolte s'explique bien mieux par la volonté de l'Église de faire abstraction de la réalité en ce qui concerne l'islamisme et de lui rendre la tâche plus facile. En cela elle comprend et applique bien mal les préceptes des Évangiles.

Aimez vos ennemis ne veut pas dire laissez-les vous conquérir et détruire votre civilisation. Or il s'agit bien de cela et l'Église est trop bien informée pour ignorer les crimes contre l'humanité dont l'islam est coupable dans les pays musulmans. Que ce soit en Égypte, en Irak, au Liban, en Syrie, au Soudan ou au Pakistan, le christianisme est activement persécuté et la purification ethno-religieuse est plus que jamais à l'ordre du jour. Ce sont ces mêmes islamistes persécuteurs qui par la suite se présentent comme interlocuteurs et partenaires du dialogue interreligieux avec l'Église catholique. Cette dernière n'est pas dupe, mais, soit par lâcheté, soit parce qu'elle cherche à obtenir l'approbation des bien-pensants, elle accepte de participer à cet exercice dont elle sait d'avance qu'elle en sortira perdante. Vous pouvez appeler cela masochisme, le mot n'est pas très fort, et admettre en même temps que cela n'a rien à voir avec le christianisme.

L'Église sait très bien ce qu'elle doit faire:
*En premier lieu prendre acte de la réalité en toute objectivité et le dire tout haut: rendre témoignage est un devoir chrétien.
**Informer les fidèles sur la réalité des persécutions dont les chrétiens sont victimes un peu partout et particulièrement dans les pays musulmans, autrement dit contribuer à bâtir une opinion publique en faveur des chrétiens persécutés.
***Inviter les musulmans qui vivent en Europe à découvrir l'Évangile, développer l'apostolat et susciter des conversions au christianisme.
****Exercer des pressions sur les législateurs et les décideurs politiques en occident afin qu'ils prennent les mesures appropriées pour faire échec à la persécution dont les chrétiens des pays islamiques sont victimes.
*****Intervenir au niveau des organismes internationaux pour que soient reconnues et condamnées les persécutions contre les chrétiens.
******Dénoncer la propagande islamique haineuse diffusée dans les mosquées en occident et inciter les autorités à y mettre fin.

Ce n'est pas bien compliqué et l'Église catholique sait ce qu'elle doit faire mais elle a choisi en toute connaissance de cause de ne pas le faire, et c'est cela qui a poussé M.C. Allam à claquer la porte.

Hélios d'Alexandrie

Hélios d'Alexandrie

@ Sandrine,

Un bon moyen de faire échec aux gros bonnets de l'Église qui fraternisent avec l'islamisme est de s'organiser et de se mobiliser entre fidèles laïcs à l'intérieur de l'Église et non de la quitter. Mais voilà, des millions de catholiques se montrent sensibles pour ne pas dire vulnérables à la culpabilisation systématique dont l'homo europeanus est l'objet depuis plus de cinquante ans. Peut-on dire que le ver de la culpabilité est désormais bien installé dans le fruit et qu'il est futile d'essayer de s'en libérer? La confession et le pardon des péchés est un sacrement chrétien, l'expiation perpétuelle des péchés, les péchés imaginaires surtout, n'a rien à voir avec le christianisme.

Votre commentaire m'incite à soulever un autre point, il concerne les raisons qui ont motivé certains hommes à devenir prêtres et à monter par la suite dans la hiérarchie. Il nous est permis de douter de la sincérité de leur vocation et je dirai même de leur foi chrétienne. Nombre de prêtres et de prélats n'ont adhéré à l'Église que pour y réaliser un agenda particulier, cela peut être de greffer telle ou telle idéologie ou système de pensée sur l'enseignement de l'Église, l'exemple le plus connu étant la théologie de la révolution; ou bien de transformer le christianisme de l'intérieur en lui donnant une orientation plus ou moins compatible avec la lettre et l'esprit de l'Évangile: introduire des concepts marxistes dans l'enseignement de l'Église, élever la conscience écologique au rang de vertu chrétienne, etc. autrement dit endoctriner les fidèles en exploitant pour les besoins de la cause la notion de Royaume de Dieu. Il s'agit ni plus ni moins d'hérésies que l'Église tolère en son sein et qu'elle semble impuissante à combattre.

Se laisser envahir par l'islam radical, fermer les yeux sur sa dangerosité, lui reconnaître une valeur qu'il n'a pas, ne pas faire de différence entre accueil et soumission, voilà ce que l'Église catholique préconise comme attitude face à l'islam, tout cela serait selon ses dires, conforme avec l'esprit évangélique.

Plus confus que ça tu meurs!

Hélios d'Alexandrie

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.




Don mensuel @ Poste de veille

Ou faire un don par chèque

DONS PAR CHÈQUE