« Montréal: Une association de jeunes sous la guidance d'un mollah-pour-le-Hezbollah | Accueil | Devenues plus puissantes qu'al-Qaïda, les hordes de l'EIIL se dirigent vers Bagdad »

13/06/2014

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Magali Marc

Je crois que vous avez tout à fait raison concernant Al Sissi et je vous remercie de nous donner sur lui des informations qu'aucun autre média ne donne. Mais vous y allez un peu fort avec Gérard Bouchard, Charles Taylor, Alain Dubuc, Lysiane Gagnon, André Pratte, Denis Coderre et Philippe Couillard qui, à ce que je sache, souhaitent pour la plupart éviter de parler de religion, ce qui est leur façon à eux de défendre la laïcité. Depuis quand serait-ce le rôle de personnalités politiques québécoises de se mêler de porter des jugements sur la religion musulmane telle qu'elle est pratiquée au Moyen Orient? Il fallait quelqu'un comme Al Sissi justement pour émettre de telles critiques. Je n'attends pas de Coderre ou de Couillard des discours sur l'Islamisme radical et ses projets pour l'Occident! En revanche, Barak Obama mériterait bien une volée de bois vert pour sa complaisance envers les Islamistes!

Hélios d'Alexandrie

@ Magali Marc,

Merci pour votre commentaire, je vous cite:

"...vous y allez un peu fort avec Gérard Bouchard, Charles Taylor, Alain Dubuc, Lysiane Gagnon, André Pratte, Denis Coderre et Philippe Couillard qui, à ce que je sache, souhaitent pour la plupart éviter de parler de religion, ce qui est leur façon à eux de défendre la laïcité."

Les personnes que j'ai désignées comme fossoyeurs de la société québécoise se classent parmi les faiseurs d'opinion et les politiciens. Elles sont influentes et contribuent forcément à modeler le Québec de demain. Or que font-elles au sujet de l'islamisme? je parle bien d'islamisme autrement connu par la désignation d'islam politique. Elles le considèrent comme une religion et ses militants comme de simples croyants, alors qu'il est principalement une idéologie politique conquérante et exclusive qui s'appuie sur l'islam. Ce faisant elles lui accordent la légitimité qu'il convoite et sèment la confusion dans l'esprit des gens. Mais elles font davantage, elles lui permettent de s'imposer, de progresser et d'infiltrer nos institutions.

Ces personnes prétendent aussi faire la distinction entre l'islamisme et le jihad violent, soit le terrorisme islamique, alors qu'ils ne sont que deux faces de la même monnaie, qu'ils poursuivent les mêmes objectifs, et qu'il existe une continuité et une coordination étroite entre les deux.

Les fossoyeurs du Québec détournent délibérément les yeux de ce qui se passe dans les pays musulmans et en Europe, ils font comme si la catastrophe qui s'est abattue sur le Moyen-Orient par le fait de l'islamisme, ne nous atteindra jamais, et que le Québec peut continuer à accueillir des islamistes et à les laisser fanatiser les jeunes sans conséquences délétères pour notre avenir.

Mais cette complaisance, pour ne pas dire complicité, envers l'islamisme s'accompagne de hargne et de dénigrement envers tous ceux qui tirent la sonnette d'alarme et avertissent des dangers. Ceux-là sont traités par eux de crispés, de frileux, de racistes, d'islamophobes, de propagateur de la haine, etc.

Les fossoyeurs du Québec sont des négationnistes, ils nient le péril et cherchent à convaincre le bon peuple de l'absence de danger. Mais ils font plus ils imposent leur jugement du haut de leur suffisance et excommunient tous ceux qui osent les contredire. Ce sont eux qui ont fait du Québec la terre d'accueil par excellence des islamistes, un cocon protecteur pour le fanatisme, mais également un couvoir ou une pépinière qui en temps opportun produira les effectifs nécessaire au djihad.

Le courage d'el Sissi est de dire tout haut ce que les fossoyeurs du Québec considèrent comme tabou. Or el Sissi est un pieux musulman et nul ne peut l'accuser d'islamophobie; son opposition à l'islamisme est fondée. Voilà pourquoi nul journaliste au Québec ne soufflera mot de ses propos lesquels vont à contrecourant du discours "politiquement correct" que véhiculent les bienpensants et les médias.

Hélios d'Alexandrie

steven L

Could El-Sissi be the Ataturk of the 21st century? Then great things may happen in Egypt and the ME!

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.




Don mensuel @ Poste de veille

Ou faire un don par chèque

DONS PAR CHÈQUE