« Hassan Jamali: «La charia est une construction humaine» | Accueil | Plaidoyer pour une réforme de l'Islam, par Nour-Eddine Boukrouh »

07/12/2014

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Alain Jean-Mairet

Ces femmes enseignent-elles à leurs enfants qu'il n'y a de dieu qu'Allah et que Mahomet est son messager? Leur disent-elles que le coran est la parole de dieu?

Alors elles ne doivent s'en prendre qu'à elles-mêmes.

Rose

En passant, c'est rendu que juste de voir le mot:''modéré'' me fait réagir.. Je me demande si vous pourriez trouver un autre qualificatif...Ca semble anodin mais nous finirons pas devenir agressives à force de se faire museler partout. Enfin..

Il est si simple leur ''problème'' ,elles disent que les hommes se servent de l'islam pour ..atteindre leur but finalement. OR, bien sûr qu'ils se servent de l'islam, en agissant ainsi, ils se montrent en parfaite harmonie avec l'idéologie islamique issue de ses textes. Si elles avaient assez d'identité personnelle, elles sortiraient de cette doctrine, elles choisiraient d'autres type d'homme. Encore ici, nous sommes devant une culture victimaire; une idéologie de ''ce n'est pas ca l'islam''. Désolée mais apostasier une fois en Occident, divorcer, c'est possible. Dangereux mais possible. C'est encore moins dangereux que dans un pays islamique. Par conséquent, je ne comprend pas comment elles peuvent espérer du soutien des imams;c'est comme si elles prenaient conscience d'un problème que cause cette idéologie mais pas assez consciente pour le tasser la source fondamentale du problème. comme dit Wafa Sultan, :''Le problème,c'est ;"islam.'' Les fondements idéologiques de l'islam sont doncièrement sexistes; elles viennent tout juste de le comprendre? De le voir? Sourate 4 verset 34, ''frappez-les,éloignez-vous d'elles dans leur lit...''', ''les femmes ..champ de labour...' les héritages moindres que leur frère, la parole d'une femme en cour vaut la moitié de celle d'un homme, la femme est sous tutorat è vie d'un mâle ,par exemple:''Il n'est pas licite pour une femme qui croit en Allah et au dernier jour de voyager plus d'un jour et d'une nuit sans un homme qui soit son tuteur''.Récit de Malik,Muwatta,livre 54,hadith 37. Par conséquent, elles ont un choix à faire, soit elles vot se cherchr de l'aide psychosociale via un CLSC en vue d'apostasier, soit elles vivent leur ''religion'' en supportant ses fondements idéologiques foncièrement sexistes et rabaissant pour toutes les femmes. C'est l'endoctrinement et la méconnaissance de leur doctrine qui fait qu,elles restent dans cette secte-doctrine.

Michèle D.

Madame Ferjani,

Si vous lisez ces lignes, je vous félicite pour votre sortie. Je suis de tout coeur avec vous. Ces sont des abus comme ceux que vous subissez dans votre communauté qui ont créé le féminisme en Occident. Nous nous sommes révoltées et avons pris nos choses en main. Je vous recommande aussi de ne pas baisser les bras si vos imams prennent la part de vos maris et de continuer le combat. C'est ce qui est arrivé avec nos prêtres dans nos pays. C'est ce qu'ils vont faire. Il ne faut pas les écouter. Surtout pas.

Nous sommes très fortes, nous les femmes. Plus fortes et plus intelligentes qu'on essaie de nous le faire croire. Voyez les combattantes kurdes.

Profitez-en aussi pour enlever votre voile. Tant que vous le portez, vous acceptez les abus qu'on vous fait au nom de la religion et de la culture.

Arilés B.

Madame Nadjet Ferdjani ne parle pas en tant que citoyenne, mais en tant que musulmane. Elle ne s'adresse pas à la société québecoise, ni aux média québecois, ni aux politiciens québecois. Elle n'invoque pas les lois québécoises et canadiennes. Elle ne se refére pas à la charte des droits et libertés de la personne. Elle ne renie pas les versets coraniques utilisés par les musulmans pour dominer les femmes. Elle semble supplier les hommes de faire preuve d'un peu de pitié et de mansuétude en se montrant modérément musulmans dans leurs relations avec leurs épouses.

Elle n'expose pas le cas de toutes les québécoises qui vivent des difficultés conjugales, mais seulement le cas des musulmanes. Elle s'adresse à sa communauté, aux imams, aux journalistes musulmans, aux intervenants musulmans etc...

Madame Ferdjani sait qu'elle ne peut pas se battre contre Allah, contre le coran, contre la charia et contre Muhammad. Elle quémande juste un peu de pitié pour les musulmanes.

L'association de madame Ferdjani est semblable aux autres associations existant en Algérie, au Maroc, en Egypte... Elles se plaignent des mauvais traitements infligés aux femmes par les hommes, mais ingnorent totalement le contexte islamique de leur société.

En Algérie, il y a une multitude de petites associations féministes islamiques dans les grandes villes. Elles servent de soupape de sécurité aux femmes qui s'y rendent discrétement pour parler entre elles, se réconforter et se donner le courage de continuer à servir de souffre-douleur à leurs maris, péres, fréres, qui ne font qu'appliquer le fameux "Code de la Famille" totalement inspiré de la charia, officiellement adopté par l'assemblée nationale algérienne. Aucune de ces associations n'ose remettre en cause ce code de statut personnel, sous peine de subir à la fois les foudres du régime et de la société civile islamiste.

Madame Ferdjani n'est ni au Canada, ni au Québec. Elle est encore en Algérie, ou au Maroc, ou en Egypte... Au mieux, elle est dans son ghetto islamique.

Hélios d'Alexandrie

Il faut lire les commentaires aux propos de Najet Ferjani pour se rendre compte qu'il s'agit d'un message à circulation interne et par le fait même restreinte. Il ne concerne que des musulmanes traditionalistes qui n'ont aucune intention de se libérer, mais qui souffrent des conséquences de leur appartenance à la chose islamique, autrement dit de leur aliénation.

Les solutions qu'elles recherchent, elles croient pouvoir les trouver à l'intérieur même de leur communauté, ce qui est irréaliste et pratiquement impossible. Alors mine de rien et sans se l'avouer ouvertement, elle songent à faire valoir des droits qu'elles ne détiennent pas sous le régime de la charia, mais que leur accorde la société québécoise.

Mais pour ne pas se faire accuser d'apostasie, elles cherchent à obtenir ce qu'elles veulent grâce à l'arbitrage des imams, en espérant que ces derniers lâcheront du lest et contourneront la charia, afin de préserver la cohésion de la communauté. En effet ce serait une trahison et un scandale, si des femmes musulmanes traditionalistes entreprenaient des actions légales contre leur mari en recourant au système de droit québécois.

L'emprise de l'islam sur les esprits c'est cela!

Hélios d'Alexandrie

Poste de veille

Sur Facebook, voici la réponse d'un dénommé AlMaghribi au cri du cœur de Mme Ferjani:


Abderrahman AlMaghribi:
Malheureusement, il y a beaucoup de musulmans et musulmanes ici à montreal et ailleurs qui ont été affecté par les propagantes médiatique. Qui incite les gens à croire que la femme musulmane est une esclave de son mari. Tout en se basant sur des histoires qui représentent lèxpérience d'une minorité de femmes qui ne dépasse pas les 0.1%, de la communité. Des femmes qui sont placées sous l'oppresion de leur mari. Sachez mesdames et monsieurs que les femmes musulmanes sont les premières femmes au monde a goûter la saveur de la liberté.

Avant la venue du Prophète (PBUH), les arabes enterraient leurs filles vivantes, les indiens brûlaient les veuves vivantes et les européens se posaient la question: Est ce que la femme est un être humain ou non ?

La venue du Prophète (PBUH) et de l'islam a donné à la femme arabe tous ses droits et lui a fait connaitre tous ses obligations. En général, la femme musulmane a vécu des merveilleuse années, pleine de bonheur et de joie. Peu importe sa situation financière ou son statut dans la société, ses droits et ses obligation sont protégés par la loi de Allah. Cela n'empêche qu'il y a des exceptions, des hommes et femmes qui ne benificient pas de tous leurs droits ou des hommeset femmes qui ne remplissent pas tous leurs obligations. Cela est tout à fait normale, ça reste des minorités.

Malheuresement, aujourd'hui. La femme a plus de droit et moins d'obligation qu'auparavant et en plus elles se pleignent encore. C'est la nature humaine qui demandé toujours plus, elle suit ses passions. Cela est grave. Aujour'dhui plus que la moitié des femmes musulmanes ne porte pas le voile, plus que 50% des jeunes femmes musulmanes (30 ans et -) n'a pas honte de porter des jeans serrés etc...

On est entrain de perdre notre identité, cela me rappel l'histoire de la chute de l'Andalousie.

https://archive.today/HqrWr#selection-555.11-587.383

Michèle D.

Un message à circulation interne? Juste une demande de pitié?
Moi je lui propose d'aller plus loin et d'agir comme nos mères et nos grands-mères ont fait, ce que leur permet cette société québécoise où elles vivent maintenant.

À un moment donné, même la pitié ne fait plus rien.

Sunshine

Aucune pitié. Elles sont trop enracinées dans leur idéologie, laquelle est la source réelle du problème. Je prévois au moins dix ans avant qu'elles se réveillent.

Jocelyne

Bonjour à tous. ces femmes ne sont pas libres et vivrent dans une terreur constante. Certes, elles se rebelles, et de temps à autre élèvent la voix, mais elles finissent toujours, pour la plupart, à accepter de se faire "raisonner", soit par un membre de la famille, soit par les femmes de son entourage, soit par un imam. Et gare à celles qui se confient à une étrangère, une mécréante. Quand elles le font, encore une fois, la plupart retournent en courant vers leurs mari et communauté. Je parle en toute connaissance de cause, car je suis mariée à un iranien depuis 30 ans, et je parle le farsi. Au risque de choquer, je compare la condition de ces femmes à celle des femmes battues et violentées émotionnellement : la seule solution et de quitter non seulement le mari, mais la communauté et l'islam... Peu sont prêtes à faire le pas, et pour la simple raison qu'elles risquent la mort pour avoir déshonoré leur mari, et pour apostasie. Le divorce tout en demeurant dans la communauté? À quoi, pensent-elles, puisqu'elles seront par toute la communauté, ainsi que leurs enfants, chose que j'ai témoigné pendant trois décennies. Dans une culture imprégnée d'islam, la femme est la cause de tous les maux et tous les problèmes... "Ton mari te maltraite? Qu'as-tu fait pour t'attirer sa colère?" aie-je si souvent entendu. L'islam et ses lois (charia) appellent à la violence, même au sein des familles. Et moi aussi, je suis fatiguée d'entendre "ce n'est pas ça l'islam". Cessons d'encourager les adeptes de cette religion à se mentir.

François

Vivre le Québec libre. Ces femmes n'ont qu'à divorcer. Elle ne sont plus des victimes.

Dany Gagnon

Si elle enleve son Voile Islamique alors je lui accorderai plus de crédibilité.

Denise

http://ici.radio-canada.ca/emissions/medium_large/2014-2015/chronique.asp?idChronique=362642

marie

Allah comme notre Dieu ne nous laisse tomber; mais Allah comme notre Dieu demande à certaines personnes comme madame Najet Ferjani pour vous sauver de ces emprises qui est complètement inhumaines...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.




Don mensuel @ Poste de veille

Ou faire un don par chèque

DONS PAR CHÈQUE