« L'État islamique publie un Manifeste sur le rôle des femmes | Accueil | L'imam montréalais de l'Association Bridges perd son passeport canadien »

08/02/2015

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Christian

Et parallèlement à cette évidence supplémentaire - comme s'il fallait encore des preuves sur la nocivité de cette confrérie - , Obama vient d'inviter 16 représentants frères musulmans à la Maison Blanche. ...
Mais à quel jeu pervers joue-t-il?

Hélios d'Alexandrie

@ Christian,

Je vous cite: "Mais à quel jeu pervers joue-t-il?"

Pervers est le mot juste. Obama n'a pas renoncé aux frères musulmans, il est convaincu qu'ils prendront le pouvoir partout dans les pays arabes à majorité sunnite, et il veut les aider à tout prix pour mériter leur reconnaissance et ainsi réconcilier l'Amérique avec l'islam sunnite.

Dans le même ordre d'idée il courtise l'Iran et s'allie de plus en plus avec les ayatollahs en espérant réconcilier l'Amérique avec l'islam chiite.

Cette "réconciliation" de l'Amérique avec l'islam, Obama la voit comme un projet à réaliser au cours des deux années qui lui restent comme président. Ce sera pour lui l'œuvre la plus marquante de sa présidence en politique étrangère.

Les pays arabes sont à feu et à sang à cause de l'islam et des islamistes. Obama n'en a cure, pour lui l'islam n'a rien à voir avec la catastrophe qui se déroule sous ses yeux, bien au contraire, l'islam est selon lui la seule solution possible, le feu s'éteindrait de lui-même si seulement les USA consentaient à donner sa chance à l'islam.

Qu'importe si l'Égypte, l'Irak, la Syrie, le Yémen, la Lybie se désintègrent dans un chaos total, c'est le prix à payer pour enfin voir l'islam au pouvoir, car une fois bien en selle il réalisera que l'Amérique ne lui veut que du bien et ne rêve qu'à son amitié.

Obama est obnubilé par l'islam, il a fait sienne la rage des islamistes, il comprend leur ressentiment de se voir expulsés du pouvoir partout où ils espéraient dominer éternellement. Tant que les islamistes ne seront pas au pouvoir, tant qu'ils ne domineront pas, les américains ne pourront pas dormir tranquilles. C'est ainsi que pensent Obama et ses conseillers les plus proches, et c'est ainsi qu'ils ont défini leur politique.

Hélios d'Alexandrie


Christian

Hélios d'Alexandrie,

Que de sombres desseins en perspective! L'idéologie prévaut sur le réel et elle détient les rênes du pouvoir. Propagande appelée plus sobrement "communication" et marginalisation des voix dissidentes sont les deux ingrédients de cette recette indigeste à laquelle les médias et responsables politiques s'adonnent joyeusement.

J'espère que les américains vont se réveiller et en finir avec cette farce obamesque. Plus qu'un an et demi. ...

Ren

Le danger de la perception d'Obama est de ne pas réaliser le danger de l'idéologie et de la doctrine de l'Islam. Bien plus qu'une religion, l'Islam est en soi une idéologie fasciste qui cherche par tous les moyens à faire régner et imposer ses idées et ses manières de vivre exemptes de liberté. L'Islam n'est que soumission et se soumettre, c'est renoncer à sa liberté, c'est laisser à l'autre déterminer ses idées et ses comportements. C'est pourquoi il faut combattre l'Islam si la liberté importe...

Gigi

Je sais que mon commentaire d'hier soir n'apportait rien de bien nouveau au sujet débattu ici, mais je me demande quand même pourquoi vous avez décidé de le censurer. Ça n'était pourtant bien méchant de comparer Obama à un loup déguisé en agneau. Pour moi, c'est ce qu'il est. Et d'après ce que je viens de lire précédemment, sans que les autres commentateurs ne le désignent directement comme tel, c'est dans ce sens-là que vont leurs opinions, eux aussi, au sujet d'Obama.
Je suppose que Poste de Veille qui reçoit environ 10 commentaires par article publié ici, trouve ce bas ratio correct et ne tient pas à en avoir plus.

Poste de veille

@Gigi,
Je n'ai pas censuré le commentaire d'hier dont vous parlez. Il n'est tout simplement pas parvenu au blog. Il y a sans doute eu un problème technique. Je vous invite à le renvoyer.

ALPHA ... OMEGA .

Puisqu'on parle de Barack Hussein OBAMA ci-haut , connaissez-vous cette vidéo ?
http://www.dailymotion.com/video/xihgvx_obama-est-musulman_news

Gigi

O.K. Poste de veille, et merci de cette précision. Le commentaire d'hier soir est parti en fumée et je ne peux le renvoyer. Pas de problème et Bonne journée.

Gigi

Bonjour Hélios d'Alexandrie,
Concernant Obama, que pensez-vous de son attitude, ces derniers temps, à savoir de prononcer des discours concernant les exactions de chrétiens au nom du Christ - a-t-il dit - durant les croisades et l'inquisition?
Obama ne parle jamais de djihadistes islamistes; jamais il ne prononce le mot islamistes: «L'avenir n'appartient pas à ceux qui diffament le prophète de l'islam» a-t-il aussi dit dans un discours. Pourquoi pas: «L'avenir n'appartient pas à ceux qui diffament le prophète des chrétiens». C'est comme si le christianisme était dépassé, on dirait. John Mc Cain a dit hier que Obama n'a aucun leadership. Je le crois.
De plus, sur cyberpresse aujourd'hui même: 4000 noirs lynchés aux Etats-Unis entre 1877 et 1950. Sans que les USA ne fassent rien pour réparer le passé. Il me semble que la presse essaie de faire diversion de ce temps-ci et détourner ainsi l'attention du public et des politiciens concernant les horreurs - bien actuelles celles-là - qui se passent avec l'EI au Moyen-Orient.

Gil

@ Hélios d'Alexandrie

Vous savez, moi je trouve Obama extrêmement articulé. J'aime sa façon d'envelopper son discours. Il parle clairement, dans un anglais impeccable et il a de la suite dans les idées. J'avoue avoir un faible pour lui.

Alors quand je lis ce que vous avez écrit ici, à savoir qu'Obama est obnubilé par l'islam, qu'il a fait sienne la rage des islamistes, ou encore que pour lui l'islam n'a rien à voir avec la catastrophe qui se déroule sous ses yeux et que, bien au contraire, l'islam est selon lui la seule solution possible, je déchante un peu. Je me dis:"Me serais-je laissé séduire?"

Mais compte tenu des mesures plus humaines qu'il a voulu implanter, comme l'obamacare et l'amnistie des sans papiers mexicains, je suis porté à mettre en doute ce que vous dites.

Parce que, par exemple, j'aime l'Église catholique, son Fondateur, son enseignement, les saints et les martyrs, etc... Mais je suis conscient que beaucoup de gens disent à peu près n'importe quoi pour essayer de la détruire. Spécialement au Québec, c'est devenu un réflexe grégaire que de cracher sur à peu près tout ce qui bouge au Vatican et sur ce qui entoure les églises locales. Je ne dis pas qu'on n'a pas le droit de critiquer mais les assertions sans fondement et les calomnies m'irritent profondément. Et Dieu sait comment on sait les fabriquer!

Vous avancez des choses à propos d'Obama qui font un poids gigantesque, terrible, catastrophique. Je ne demande qu'à vous croire. Alors vous vous doutez bien que je vous demande des preuves de ce que vous avancez. Non pas des rumeurs, mais des preuves:

"Par quels biais, quelles informations, lectures ou interviews arrivez-vous aux conclusions que vous nommez dans cette page?"

Hélios d'Alexandrie

@ Gigi,

Obama a prononcé ce discours après sa rencontre avec la délégation des frères musulmans. Son but: démontrer l'équivalence morale entre les atrocités islamiques d'aujourd'hui d'une part, et les croisades et l'inquisition d'autre part. Les historiens ont eu beau jeu de lui démontrer ses erreurs, sur le plan historique mais également sur le plan de la logique; son argumentaire a été réfuté et je crois que le public américain majoritairement chrétien a très mal pris ses propos.

Pour se servir de tels arguments Obama et ses pareils montrent à qui a de bons yeux qu'ils sont en plein "damage control". L'image de l'islam en a pris un coup, et pour Obama il est urgent de la replâtrer par tous les moyens. Ne pouvant s'appuyer sur des exemples concrets de violences chrétiennes à notre époque, il n'avait d'autres choix que se rabattre sur les croisades et l'inquisition.

Mais Obama ne semble pas réaliser que cet argument fait plus de tort à l'image de l'islam qu'il ne la sert; en effet il apporte la preuve que l'islam est resté figé au Moyen-âge, qu'il n'a pas évolué et qu'il est incapable de prendre de la distance avec son passé.

Le discours d'Obama a fait long feu, l'effet boomerang ne s'est pas fait attendre, la droite américaine n'a pas pris de temps à le remettre à sa place. Mais le plus étonnant (et désolant) est le fait que ses conseillers aient laissé passer de telles inepties.

Plus le temps passe et plus les gens réalisent qu'Obama est de moins en moins capable de cacher son parti-pris pour l'islamisme.

Hélios d'Alexandrie

Christian

@ Gil

Obama a non seulement des origines musulmanes mais un de ses demi frères est sympathisant du Hamas, filiale gazaouie des frères musulmans.

Sur YouTube circulent pas mal de déclarations d'amour à l'islam faites par Obama durant ses discours. Il a par ailleurs vivement critiqué ceux qui émettent des critiques à l'encontre de Mahomet par cette formule devenue célèbre: l'avenir n'appartient pas à ceux qui critiquent le prophète.
Faisant référence à Mahomet, il dit même souvent "le prophète" sans précision supplémentaire comme "de l'islam", ce qui peut laisser facilement penser qu'il reconnaisse une véracité et authenticité du personnage.
En tant que chrétien, je comprends qu'on puisse désirer lui trouver des qualités et un humanisme profond, d'autant qu'il est un excellent communiquant et il est facile de se laisser séduire Mais en même temps, je ne peux que constater que ses positions diverses s'inscrivent dans une idéologie de gauche type déiste progressiste, au relativisme moral et religieux totalement opposé aux valeurs chrétiennes.
De nombreux intellectuels et politiciens ont admiré Jésus pour sa perfection morale et son enseignement tout en refusant de reconnaître sa divinité mais se présentant comme chrétiens. C'est presque une spécialité US d'ailleurs.

J'ai parlé avec beaucoup de chrétiens américains de toutes églises confondues et ils ne s'y sont pas trompé.

Obama est un pur produit "image marketing" véritable vitrine de l'idéologie qu'il prône tout en rassurant par une stabilité familiale etc.
Quand l'image prédomine à ce point c'est qu'elle sert à dissimuler une réalité moins glorieuse. ...

ALPHA ... OMEGA .

B.H.Obama , à cause du comportement bestial de l'Etat islamique , allume un contre-feu en parlant des Croisades . Mais qu'est-ce qui a provoqué ces dernières ?

http://www.precaution.ch/pdf/AO/Progression_islam_en_Europe.pdf

jan rollard

Ayant de la parenté aux É.U., je cherchais des sites de langue anglaise traitant de la menace islamique à transmettre à mes neveux et je suis tombé sur un site rapportant que la chambre des représentants à la Maison Blanche avait invité l’Imam Hamad Ahmad Chebli à réciter la prière d’ouverture, un jeudi matin, de la cession de la journée le 14 novembre 2014. J’ai failli tomber en bas de ma chaise! Je ne saurait tout traduire en français… The United States House of Representatives allowed a Muslim imam to give the opening prayer on Thursday morning, in which he praised Allah, the demonic god of Islam, who is the enemy of Christ and America.
Imam Hamad Ahmad Chebli of the Islamic Society of New Jersey was invited by Democrat Rep. Rush Holt (NJ). Chebli praised Allah as, "The most gracious, the most merciful" and then declared "Praise be to Allah, the cherisher, the sustainer of the world; the most gracious, the most merciful master of the day of judgment."
He then went on to declare, "Thee do we worship and thine do we seek. Guide us to the safe path." Quelle abomination!
http://sonsoflibertymedia.com/2014/11/muslim-imam-praises-allah-house-floor/
Et aujourd'hui:
Les Obama menacés par des hackers de l'EI. Le compte Twitter du magazine américain Newsweek a été brièvement piraté ce mardi par un groupe qui s'est servi de cette plateforme pour diffuser notamment des menaces sur la famille d'Obama.
http://www.msn.com/fr-ca/actualites/monde/les-obama-menac%c3%a9s-par-des-hackers-de-lei/ar-AA9dZ1o

Gil

Bonsoir Christian!

Merci de tes pistes de recherche. Je continue à documenter cet aspect du "beau grand président". J'ai bien trouvé quelques liens entre lui et son frère et ce qui se trame avec les Frères musulmans, mais je n'arrive pas à coller à tout ça. Je veux m'assurer de bien faire la part des choses.

Je ne serai jamais surpris de ce que la bête vienne s'immiscer dans les plus hautes instances des gouvernements de la planète. Mais je veux pousser mes recherches sur les antécédents d'Obama, son enfance, son CV et son accession au pouvoir. J'espère pouvoir me faire une idée plus précise sur sa rencontre avec la bête (s'il y a lieu).

C'est comme ça que je procède, d'une déception à l'autre:
Par exemple, après Estrada au pouvoir aux Philippines, j'ai cru, j'ai espéré que Macapagal allait apporter un vent d'honnêteté à Malacañang et que les pauvres allait enfin recevoir de l'aide. Elle n'a pas fait mieux que ses prédécesseurs.

Je comprends pourquoi Jésus, à sa manière, a en quelque sorte maudit le pouvoir des empereurs, des rois et des prélats en refusant ce rôle pour lui-même. C'est là que la bête veut se trouver... Sa couronne a été une couronne d'épine, son royaume n'étant pas de ce monde.

Heureusement que Jésus a vaincu le monde (Jn 16,33) parce que l'antéchrist est à la porte... (1 Jean 2,22)

Merci Seigneur, ce soir encore je peux m'endormir dans la joie!

jan rollard

À titre d’information, un congrès est prévu se tenir à Rome le 28 février 2015 dont le titre est : Stop islamisme ! Stop immigrationnisme ! Forum sur l’islamisation et sur l’immigration clandestine.
Ce Congrès a pour but de transmettre des connaissances, de partager des expériences, d’informer, de former, d’étudier, d’analyser et de faire des recherches sur les questions inhérentes à l’islamisme, l’islamisation, l’immigrationnisme, l’immigration clandestine, le djihad et le terrorisme islamique, ceci en regard des conflits politico-culturels, ethnico-religieux et du conflit de civilisation que nous sommes en train de vivre avec la présence des très nombreux migrants sur le sol italien, européen et occidental, problème dont personne ne veut prendre acte.
Cette rencontre a pour but de mettre sur pied des activités et des initiatives afin de favoriser et de perfectionner des méthodologies de recherche et d’instaurer une collaboration systématique entre les pays occidentaux, pour améliorer nos connaissances et élaborer des solutions concrètes dans le domaine de la gouvernance de la société multiculturelle et face au système politique des pays islamiques, spécialement dans l’aire euro-méditerranéenne.
Une vision d’ensemble sur les grands problèmes et paradoxes que notre société est contrainte de subir en raison d’une politique immigrationniste mise en oeuvre par l’empire du mal, qui cherche à répandre une idéologie tyrannique et arrogante, intolérante et criminelle, engagée sur tous les fronts, afin de manipuler les idiots utiles et les convaincre que cette immigration est éthiquement et culturellement positive et avantageuse également d’un point de vue économique pour l’Europe (colonisation), s’impose. On sait pourtant que l’immigration (invasion) d’un nombre élevé de personnes extra-communautaires, en majorité musulmanes, va altérer de façon permanente la nature même de notre société et la culture européenne (colonisation).
Dans ce Congrès, interviendront des intellectuels, des écrivains, des journalistes, des activistes et des politiciens de toute l’Europe, du Canada, d’Israël et des États-Unis. Ils partageront leurs idées sur les provocations du monde islamique sur le monde occidental. C’est un défi qui concerne le futur de notre Pays, de l’Europe et de l’Occident, mais qui concerne aussi et surtout notre avenir, celui de nos enfants et notre Identité.
Le Forum se propose d’offrir des points de réflexions aux médias, aux Policy makers, aux institutions et, surtout, à la société civile, afin de leur montrer la réalité du mal-être diffus et insoutenable des citoyens italiens, européens et occidentaux en raison de l’incompatibilité désormais criante, de notre société avec l’islam et l’immigration clandestine.
Ce Forum sur l’islamisation et l’immigration clandestine en Italie et en Europe est un évènement dont l’idée a été initiée par le quotidien en ligne http://www.imolaoggi.it/ et qui est organisé par l’association « Una Via Per Oriana Fallaci », en collaboration avec « thankyouoriana.it ».
http://lesobservateurs.ch/2015/02/11/rome-28-fevrier-stop-islamisme-stop-immigrationnisme/

Qu’il y ait des intellectuels, des écrivains, des journalistes et des activistes qui veulent s’y rendre et participer, j’y crois. Mais que les plus grands prostitués de l’Islam c.à.d. les politiciens acceptent de s’y rendre pour y participer, je n’y crois pas du tout. Je crois plutôt qu’ils vont tout faire pour discréditer et royalement miner la tenue de ce forum ! De toute façon, ce congrès aurait dû avoir lieu il y a 50 peut-être même 60 ans et qu’aujourd’hui il est trop tard ! Même que je ne serais pas surpris qu’une attaque terroriste d’envergure monstre y prenne place. Voilà ce que je pense de cette œuvre satanique qu’est l’Islam !!!!!!


Nina

Mais enfin que faire ? N'y a-t-il pas de structures INTERNATIONALES pour se battre ensemble contre l'islamisation de nos sociétés ?

Ancienne de bivouac-id.com, je continue de combattre mais suis de plus en plus exaspérée par ce qui se passe en France.
Je vois que vous n'êtes pas en reste au Québec depuis un bon moment.

Aujourd'hui nous avons comme le décrit Houellebecq dans son dernier roman "soumission" un nouveau parti musulman : UDMF, union démocratique des musulmans de France.

IL DOIT exister une internationale démocratique réunissant tous ceux qui ne veulent pas que l'islam s'installe au plus haut niveau. En UE et au-delà de l'Atlantique.

Le problème est que tout le monde a peur ! La justice est du côté de l'installation de l'islam puisque tout manquement est considéré comme "islamophobe" et passible de prison.

Ils ont utilisé NOS ROUAGES, NOTRE MÉCANIQUE DÉMOCRATIQUE pour s'installer au plus haut niveau de l'état.

Bien à vous, vous faites un travail remarquable en tous points.

Astu

@ Nina

Quand tout le monde aura trop tard réalisé que l'islam est une arnaque, il faudra se tourner vers l'est 5 fois par jour le derrière en l'air ou être soumis à la dhimma.

Pour le moment, nos compatriotes les plus naïfs croient que Poste de Veille est un cancer de l'extrême droite qui cherche à envahir la conscience des bonnes gens avec une théorie paranoïaque du complot.

Astu

@ Nina

Un article intéressant qui réponds à certaines de tes questions.
Moi j'ai bien aimé l'analyse...:

http://www.dreuz.info/2013/10/psychologie-pourquoi-lislam-cree-des-jihadistes/

Gigi

Merci Hélios d'Alexandrie pour votre réponse à mes interrogations concernant le président des Etats-Unis.

Astu: Moi aussi je lis Dreuz.info. Je trouve que Guy Millière et Rosaly surtout produisent d'excellents articles.

Gigi

http://www.dreuz.info/2015/02/pourquoi-obama-veut-il-un-iran-hegemonique-et-nucleaire/

Gigi

http://www.dreuz.info/2015/02/les-divagations-dobama/

Hélios d'Alexandrie

@ Gil,

Je vous cite: "...vous vous doutez bien que je vous demande des preuves de ce que vous avancez."

Peut-être que la preuve la plus convaincante vient des américains eux-mêmes. Malgré le parti-pris flagrant des médias en sa faveur, une majorité d'américains désapprouve la performance d'Obama.

La liste des méfaits est longue, à commencer par l'Obamacare, soit la transformation du système de santé américain (le meilleur au monde en ce qui a trait à la qualité des services et aux résultats obtenus, et ce dans plusieurs domaines, entre autres à la lutte au cancer et aux maladies cardio-vasculaires). Le but de cette transformation n'est pas de rendre les soins accessibles aux plus démunis, les pauvres et les personnes âgées ont droit depuis longtemps à des soins gratuits, mais plutôt de permettre à l'État américain de règlementer et de contrôler le secteur de la santé qui représente le tiers de l'économie américaine.

Les effets délétères du nouveau système se font déjà sentir, l'embauche de travailleurs à plein temps dans les petites entreprises a considérablement diminué, les petits employeurs réduisent ou limitent leurs effectifs ou choisissent la sous-traitance pour ne pas être noyés sous la paperasse et subir en prime le contrôle tatillon des fonctionnaires. Le nouveau système de santé exige l'embauche de cent mille nouveaux fonctionnaires dont le coût s'élève à des dizaines de milliards de dollars et dont les salaires sont à la charge des contribuables, or ces fonctionnaires ne fournissent aucun service médical aux malades, ils ne font que surveiller et contrôler l'application de la loi sur la santé.

Mais il y a un autre point et c'est celui des primes d'assurance, Obama a promis que ces primes allaient diminuer, c'est le contraire qui est actuellement observé, les primes ont doublé et dans certains cas ont triplé au point que beaucoup d'américains ont été contraints de renoncer à leur assurance et par le fait même à leur médecin traitant avec qui la compagnie d'assurance était liée par contrat. Or Obama et ses conseillers savaient que les primes d'assurance allaient grimper, mais Obama a délibérément menti au peuple américain quand il a déclaré à toutes les tribunes: " si tu aimes ta police d'assurance tu pourras la garder, si tu aimes ton médecin de famille tu pourras le garder, point à la ligne!" Ce mensonge avait pour but de dissiper la méfiance du public au moment où la loi était devant le Congrès. Il y a environ six mois, un ancien conseiller d'Obama s'est vanté ouvertement dans les médias d'avoir contribué à tromper le public américain sur ce point, il a même traité les citoyens américains de naïfs et de stupides pour justifier le mensonge d'Obama!

Obama est un gauchiste, il est donc normal qu'il veuille étatiser le système de santé, mais il le fait contre la volonté de la majorité des américains et contre leur intérêt. L'arrogance et la malhonnêteté des gauchistes leur permet de mentir et de tromper pour imposer leur agenda.

Il ne s'agit là que d'un exemple, il n'est hélas pas le seul et je pourrais vous expliquer en long et en large tous les mauvais coups d'Obama, tant en politique étrangère qu'en politique intérieure, et dont le but ultime est de mettre en pratique son agenda idéologique.

Obama est le seul président antiaméricain de l'histoire des États Unis. Il porte en lui une haine profonde de tout ce qui fait la grandeur de ce pays.

Hélios d'Alexandrie

ALPHA ... OMEGA .

@ Nina , @ Astu ,

en réponse de votre commentaire du 12 fév. à 5h42 .

- Fragment d'une phrase de Jean de la Fontaine : " Nous croyons le mal que quand il est venu . "

- Métaphore percutante citée par @ Divico du site de Sami Aldeeb : " Les gens sentent la merde que quand ils ont le nez dedans ! "

Gil

@ Hélios d'Alexandrie

Vous savez, Obama ou pas Obama, je peux continuer à vivre sans en être trop affecté, en tout cas pas plus que le commun des occidentaux. Ce qui m'intéresse cependant c'est d'en savoir davantage, pas beaucoup plus, mais avec certitude sur ce qui le motive et l'anime.

Vous me parlez de ce que la preuve la plus convaincante vient des américains eux-mêmes. Mais avez-vous déjà vu un premier ministre ou un président de quelque pays que ce soit être admiré ou adulé après quelques années au pouvoir par la masse de ses électeurs? La "mort des dieux" existe dans tous les états de la planète et ce depuis la nuit de temps.

Ce que j'aime dans ce site de Poste de Veille, c'est que les articles sont référencés et que les liens (preuves) sont accessibles et bien indiqués. Je dois dire cependant que, sauf le respect que je vous doit et l'admiration que j'ai pour la plupart de vos écrits que j'ai lu, je ne trouve aucune preuve convaincante, surtout en ce qui concerne ce paragraphe-ci. Je vous cite:

"Obama est obnubilé par l'islam, il a fait sienne la rage des islamistes, il comprend leur ressentiment de se voir expulsés du pouvoir partout où ils espéraient dominer éternellement. Tant que les islamistes ne seront pas au pouvoir, tant qu'ils ne domineront pas, les américains ne pourront pas dormir tranquilles. C'est ainsi que pensent Obama et ses conseillers les plus proches, et c'est ainsi qu'ils ont défini leur politique."

Non pas que je veuille vous imputer le fardeau de me convaincre, au contraire. J'ai déjà dit à Christian sur cette page-ci que je m'occupe de faire moi-même les recherches qui me satisferont:

Mon admiration pour l'homme (sa compassion et sa tolérance) vs le pouvoir qui a soi-disant corrompu l'homme.

Et vous savez comme moi qu'il y en a pour tous les jugements des deux côtés des opinions dans les média. Je suis à la recherche des faits. Peut-être trop naïvement je finirai par croire que j'ai trouvé alors que s'il y a hypocrisie, rien de ce qui est caché ne me sera révélé. Je n'en fais cependant pas une priorité.

Mais sachez qu'une phrase sentencieuse à l'emporte-pièce comme celle que vous me servez à la fin de votre commentaire affiche un aplomb qui ne pourrait certainement pas apprivoiser mon jugement, si tel était votre but.
Je vous cite: "Obama est le seul président antiaméricain de l'histoire des États Unis. Il porte en lui une haine profonde de tout ce qui fait la grandeur de ce pays."

N.B.: Si jamais je déborde moi-même, de quelque manière que ce soit, n'hésitez pas à ma corriger. Je ne suis pas musulman ;-)

Gigi

Gil
Je ne sais pas si vous comprenez l'anglais, si oui, je vous recommande d'aller écouter des videos de Foxnews:The O'Reilly Factor, Kelly File, Hannity, Janine Piro etc.
Cette semaine Johh McCain était inteviewé et il a dit que Obama ne démontrait aucun leadership. C'est ce que je crois moi aussi. Il est incapable de prendre position d'une façon claire et jamais capable de prononcer les mots djihadistes islamiques. En plus, il s'en va jouer au golf: ex: après l'assassinat de l'ambassadeur américain en Libye, il jouait au golf 30 minutes après l'annonce. Pour un commandant en chef, c'est pas fort.
Quant à l'Obamacare, Hélios d'Alexandrie vient de vous faire la démonstration de son inutilité et même de sa nuisance. J'ai une sœur qui a vécu aux USA durant 45 ans, qui est un cas grave de glaucome et elle n'a jamais manqué de soins gratuits là-bas. De plus, je suis déjà allée avec elle dans des cliniques médicales d'une petite ville appelée Lancaster, état de Californie, et je vous assure que les soins étaient plus rapides et que par ici. Sans compter qu'on n'avait pas à payer pour les stationnements comme on le fait ici à Québec dans tous les hôpitaux et même dans les cliniques médicales: ex. clinique St-Louis, Québec, j'a dépensé 6$ pour le stationnement la semaine dernière pour une heure de service.

Polémos

À Gil,

Je vous invite à lire ce texte, Gil, et surtout les commentaires qui l'accompagnent; ils vont vous donner une image juste, à mon sens, de la nature profonde d'Obama, selon moi le pire président des États-Unis depuis Carter et une catastrophe pour le monde libre.

http://extremecentre.org/2015/02/11/dhimmitude-un-tas-de-fanatiques-qui-tirent-au-hasard-dans-un-tas-de-gens-dans-une-epicerie-a-paris-wrong-place-wrong-time-paris-shooter-randomly-selected-deli-and-targets-obama/

lilipoppins

Bonjour, je vous écris de France. J'ai survolé rapidement vos articles les plus récents et je suis effarée de voir à quel point vous êtes envahis. Nous aussi nous avons près de 10 à 15 millions de musulmans alors que le gouvernement en déclare seulement 5 à 6 millions.
NOS musulmans sont beaucoup plus laïcisés que les vôtres qui ont l'air intégristes et bien radicalisés ne serait-ce que dans le vêtement. C'est un bien triste spectacle. En France, il y a une émeute à chaque contrôle de femme en niqab. Et on ne laisserait jamais l'espace public être encombré d'hommes vêtus à l'iranienne. C'est inimaginable ici.
J'ai bien peur que vous soyez en train de vous laisser déborder.
Pourquoi acceptez-vous d'accueillir autant de musulmans purs et durs aussi éloignés de votre culture ?

Hélios d'Alexandrie

@ Gil,

Votre scepticisme envers ce que j'avance vous honore, mais je dirai aussi que votre préjugé favorable envers Obama me laisse songeur. Vous n'êtes pas le seul qui ait été séduit par le personnage, ce phénomène est largement répandu et je crois qu'il est en grande partie dû à la tendance qu'ont les gens de projeter leurs espoirs ou plutôt leurs illusions sur lui.

Je vous ai parlé du système de santé américain qu'Obama cherche à confisquer pour des raisons purement idéologiques (le bien-être des américains n'est en rien visé par sa "réforme"). Pour ce qui est des affaires étrangères l'alignement d'Obama sur l'islam politique n'est pas une vue de l'esprit, dès les premiers jours de sa présidence il a donné des signes clairs de son orientation.

Dans une interview avec la chaîne de nouvelles saoudienne "el Arabiya" il a clairement indiqué son intention de modifier en profondeur la politique américaine au Moyen-Orient en tenant compte des "griefs" que nourrissent les peuples musulmans envers les États Unis. Au cours de cette interview il a eu ce lapsus: " Vous savez, en tant que musulman je suis sensible aux reproches... pardon je voulais dire qu'en tant que Président je suis sensible aux reproches et aux critiques formulés contre mon pays..." Ce lapsus a fait beaucoup jaser aux États Unis mais les médias d'ici et d'Europe ne l'ont pas rapporté. Peu de temps après Obama a entrepris sa tournée d'excuse et de dénigrement de l'Amérique dans plusieurs capitales, cette tournée l'a amené au Caire où il a fait un discours à l'Université d'el Azhar. Il a à cette occasion insisté pour que les gros bonnets de l'organisation des Frères Musulmans soient assis aux premiers rangs de la salle. Dans son fameux discours du Caire il a élevé l'islam au pinacle et ne s'est pas gêné pour falsifier les faits historiques à l'avantage de la "civilisation" islamique et au détriment de la civilisation occidentale. Durant son séjour au Caire il a eu des rencontres avec les dirigeants des frères musulmans leur accordant ainsi un appui moral indéniable.

Mais ce n'est pas tout, lui qui naguère critiquait vertement ses prédécesseurs pour s'être immiscé dans les affaires internes des pays musulmans, n'a pas hésité à ordonner à Hosni Moubarak, alors Président d'Égypte de démissionner de son poste, à l'occasion du soulèvement populaire (on verra plus tard qu'il a choisi d'appuyer lourdement Morsi Président issu des frères musulmans quand à son tour il a été massivement contesté par les égyptiens).

Les élections qui ont amené les frères musulmans au pouvoir étaient truquées, Morsi a été "élu" président avec pas moins de deux millions de faux bulletins de votes qui lui ont permis de gagner avec moins d'un demi million de voix. La commission électorale égyptienne qui a examiné les faits est restée durant plus d'une semaine après la votation sans donner de résultats officiels; sans les faux bulletins Morsi perdait et les Frères musulmans seraient accusés de fraude électorale, scénario difficile à envisager et pour cause: d'une part les Frères Musulmans se montraient menaçants et n'hésitaient pas à promettre des émeutes sanglantes partout en Égypte si leur candidat ne l'emportait pas. D'autre part l'ambassadrice des États Unis exerçait de fortes pressions sur les militaires (au pouvoir par intérim) pour qu'ils amènent la commission électorale à choisir Morsi. Finalement la commission a cédé, elle a accepté les bulletins frauduleux et a déclaré Morsi gagnant.

Cinq mois plus tard, l'assemblée qui avait pour mandat de rédiger la nouvelle constitution (elle était composée à 70% d'islamistes) a vu sa légitimité contestée quand les membres non-islamistes se sont retirés en dénonçant le texte que les islamistes cherchaient à imposer. Cette assemblée constituante était illégale, ayant été formée majoritairement de députés islamistes issus d'un parlement précédemment dissous par la Haute Cour Constitutionnelle, pour cause de non-conformité à la loi électorale. Ces parlementaires qui ne l'étaient plus ne jouissaient par conséquent d'aucune légitimité pour rédiger la nouvelle constitution. D'ailleurs la Haute Cour Constitutionnelle devait se pencher sur la validité de l'assemblée constituante, et tout le monde s'attendait à ce qu'elle soit invalidée. Voyant que les affaires tournaient mal pour eux, les Frères Musulmans ont décidé de frapper un grand coup. Morsi s'est arrogé les pleins pouvoirs, entre autres de passer outre tout jugement émanant de la Cour, il a ordonné à l'assemblée constituante d'accélérer ses travaux en l'absence des membres non-islamistes, et de rédiger la constitution en moins de 48 heures de délibérations! Cette constitution rédigée à toute vapeur a été la semaine suivante soumise à un référendum, largement boycotté par l'institution judiciaire et par le peuple égyptien.

Face à ce viol de la légalité et des principes démocratiques les égyptiens sont encore une fois descendus dans la rue, il y a eu des massacres perpétrés par les milices islamistes, Morsi a tenté de réprimer les manifestants mais en vain, ces derniers ont exigé sa démission, les troubles se sont poursuivis sans arrêt jusqu'à la manifestation monstre du 30 juin 2013 qui a vu plus de vingt millions d'égyptiens dans la rue.

Qu'a fait Obama? Il a mis tout son poids derrière Morsi et les Frères Musulmans, il a fermé les yeux et passé l'éponge sur le putsch constitutionnel de Morsi, Ann Paterson son ambassadrice au Caire a multiplié les rencontres, en premier lieu pour confirmer l'appui des États Unis à Morsi et plus tard, quand le soulèvement populaire a signifié la rupture, pour sauver sa présidence. Elle n'a pas hésité à dénigrer ouvertement les manifestants et à donner aux égyptiens des leçons de "démocratie".

Obama a complètement ignoré la volonté du peuple égyptien, il a continué à appuyer Morsi, à tel point qu'au moment où ce dernier a été invité par le général el Sissi à répondre positivement à la demande du peuple en déclenchant des élections anticipées à la présidence, il a refusé catégoriquement et a répliqué avec assurance qu'il avait l'appui total D'Obama et qu'il en coûterait cher aux chefs de l'armée s'ils s'avisaient de le démettre de ses fonctions. (la suite au prochain commentaire)

Hélios d'Alexandrie

Gil

@ Hélios d'Alexandrie

Merci pour ce tableau historique qui aligne des allégations peu flatteuses qui sont sensées porter discrédit sur l'actuel Président des U.S.

Je ne trouve cependant toujours pas le CQFD à propos de l'assertion que vous avez déjà faite à savoir que "Obama est le seul président antiaméricain de l'histoire des États Unis. Il porte en lui une haine profonde de tout ce qui fait la grandeur de ce pays."
Pour le moment, je mets cette phrase lapidaire sur le compte d'une certaine irritation et sur cette tendance qu'on a tous de trouver UN coupable, sans mettre en doute ses propres jugements d'intention.

Quoiqu'il en soit, vous me renvoyez faire mes devoirs puisque je ne serai satisfait que lorsque j'aurai trouvé tous les liens, articles, vidéos et autres qui pourront satisfaire ma soif d'évidences. S'il existait un livre capable d'étayer ce que vous apportez dans votre dernier commentaire ça me sauverait bien du temps, bien de l'énergie.
JE RECOPIE DONC CE DERNIER COMMENTAIRE avec, entre parenthèses [brackets], les éléments vers lesquels je me prépare à orienter ma recherche dans le seul but de satisfaire mon intelligence critique et mon goût de la vérité quelle qu'elle soit.

Malgré le fait indéniable que je trouve l'articulation de sa pensée et l'expression de sa personnalité capable de me séduire, je n'ai absolument rien à prouver, ni pour, ni contre l'administration et l'orientation politico-religieuse d'Obama.

Bonne journée et à la prochaine!

________________________________________

Je vous ai parlé du système de santé américain qu'Obama cherche à confisquer pour des raisons purement idéologiques (le bien-être des américains n'est en rien visé par sa "réforme").[0] Pour ce qui est des affaires étrangères l'alignement d'Obama sur l'islam politique n'est pas une vue de l'esprit, dès les premiers jours de sa présidence il a donné des signes clairs [1]de son orientation.

Dans une interview avec la chaîne de nouvelles saoudienne "el Arabiya" il a clairement indiqué son intention de modifier en profondeur la politique américaine au Moyen-Orient en tenant compte des "griefs" que nourrissent les peuples musulmans envers les États Unis. Au cours de cette interview [2]il a eu ce lapsus: " Vous savez, en tant que musulman je suis sensible aux reproches... pardon je voulais dire qu'en tant que Président je suis sensible aux reproches et aux critiques formulés contre mon pays..." Ce lapsus a fait beaucoup jaser aux États Unis mais les médias d'ici et d'Europe ne l'ont pas rapporté. Peu de temps après Obama a entrepris sa tournée d'excuse et de dénigrement[3] de l'Amérique dans plusieurs capitales, cette tournée l'a amené au Caire où il a fait un discours à l'Université d'el Azhar [4]. Il a à cette occasion insisté [5] pour que les gros bonnets de l'organisation des Frères Musulmans soient assis aux premiers rangs de la salle. Dans son fameux discours du Caire il a élevé l'islam au pinacle et ne s'est pas gêné pour falsifier les faits historiques à l'avantage de la "civilisation" islamique et au détriment de la civilisation occidentale. [6] Durant son séjour au Caire il a eu des rencontres avec les dirigeants des frères musulmans leur accordant ainsi un appui moral indéniable. [7]

Mais ce n'est pas tout, lui qui naguère critiquait vertement ses prédécesseurs pour s'être immiscé dans les affaires internes des pays musulmans, n'a pas hésité à ordonner à Hosni Moubarak,[8] alors Président d'Égypte de démissionner de son poste, à l'occasion du soulèvement populaire (on verra plus tard qu'il a choisi d'appuyer lourdement Morsi Président issu des frères musulmans quand à son tour il a été massivement contesté par les égyptiens).

Les élections qui ont amené les frères musulmans au pouvoir étaient truquées, Morsi a été "élu" président avec pas moins de deux millions de faux bulletins de votes [9]qui lui ont permis de gagner avec moins d'un demi million de voix. La commission électorale égyptienne qui a examiné les faits est restée durant plus d'une semaine après la votation sans donner de résultats officiels; sans les faux bulletins Morsi perdait et les Frères musulmans seraient accusés de fraude électorale, scénario difficile à envisager et pour cause: d'une part les Frères Musulmans se montraient menaçants et n'hésitaient pas à promettre des émeutes sanglantes partout en Égypte si leur candidat ne l'emportait pas. D'autre part l'ambassadrice des États Unis exerçait de fortes pressions sur les militaires (au pouvoir par intérim) pour qu'ils amènent la commission électorale à choisir Morsi.[10] Finalement la commission a cédé, elle a accepté les bulletins frauduleux et a déclaré Morsi gagnant.

Cinq mois plus tard, l'assemblée qui avait pour mandat de rédiger la nouvelle constitution (elle était composée à 70% d'islamistes) a vu sa légitimité contestée quand les membres non-islamistes se sont retirés en dénonçant le texte que les islamistes cherchaient à imposer. Cette assemblée constituante était illégale, ayant été formée majoritairement de députés islamistes issus d'un parlement précédemment dissous par la Haute Cour Constitutionnelle, pour cause de non-conformité à la loi électorale. Ces parlementaires qui ne l'étaient plus ne jouissaient par conséquent d'aucune légitimité pour rédiger la nouvelle constitution. D'ailleurs la Haute Cour Constitutionnelle devait se pencher sur la validité de l'assemblée constituante, et tout le monde s'attendait à ce qu'elle soit invalidée. Voyant que les affaires tournaient mal pour eux, les Frères Musulmans ont décidé de frapper un grand coup. Morsi s'est arrogé les pleins pouvoirs, entre autres de passer outre tout jugement émanant de la Cour, il a ordonné à l'assemblée constituante d'accélérer ses travaux en l'absence des membres non-islamistes, et de rédiger la constitution en moins de 48 heures de délibérations! Cette constitution rédigée à toute vapeur a été la semaine suivante soumise à un référendum, largement boycotté par l'institution judiciaire et par le peuple égyptien.

Face à ce viol de la légalité et des principes démocratiques les égyptiens sont encore une fois descendus dans la rue, il y a eu des massacres perpétrés par les milices islamistes, Morsi a tenté de réprimer les manifestants mais en vain, ces derniers ont exigé sa démission, les troubles se sont poursuivis sans arrêt jusqu'à la manifestation monstre du 30 juin 2013 qui a vu plus de vingt millions d'égyptiens dans la rue.

Qu'a fait Obama? Il a mis tout son poids derrière Morsi et les Frères Musulmans, il a fermé les yeux et passé l'éponge sur le putsch constitutionnel de Morsi, Ann Paterson son ambassadrice au Caire a multiplié les rencontres, en premier lieu pour confirmer l'appui des États Unis à Morsi et plus tard, quand le soulèvement populaire a signifié la rupture, pour sauver sa présidence. Elle n'a pas hésité à dénigrer ouvertement les manifestants et à donner aux égyptiens des leçons de "démocratie". [11]

Obama a complètement ignoré la volonté du peuple égyptien, [12]il a continué à appuyer Morsi, à tel point qu'au moment où ce dernier a été invité par le général el Sissi à répondre positivement à la demande du peuple en déclenchant des élections anticipées à la présidence, il a refusé catégoriquement et a répliqué avec assurance qu'il avait l'appui total D'Obama et qu'il en coûterait cher aux chefs de l'armée s'ils s'avisaient de le démettre de ses fonctions. [13]

Hélios d'Alexandrie

@ Gil, (suite du commentaire)

Le 30 juin 2013 et les trois jours suivants les égyptiens ont envahi les rues partout en Égypte. Ce fut la plus grande manifestation populaire de l'histoire de l’humanité. Les documents photographiques et vidéographiques en témoignent: les foules ont été dix fois plus nombreuses qu'en 2001 lors du soulèvement populaire contre Moubarak; plus de 20 millions d'égyptiens ont manifesté pacifiquement pour demander à Morsi de déclencher des élections présidentielles anticipées. L'armée par la bouche d'el Sissi lui a demandé officiellement de répondre positivement à la demande du peuple, ce faisant il assurerait l'intérim et aurait même la liberté de se représenter comme candidat. En guise de réponse Morsi, dans un discours enregistré, affirma sa légitimité et sa volonté de s'accrocher au pouvoir. Que fit Obama? Il fit le choix de ne pas intervenir publiquement pour demander à Morsi de s'incliner comme il l'avait fait dans le cas de Moubarak, bien au contraire il parla vaguement de la nécessité d'amorcer un dialogue entre les différentes forces politiques tout en affirmant son appui à la "légitimité démocratique" de Morsi, comme si les vingt millions et plus de manifestants, et les vingt-cinq millions de signatures récoltées par le mouvement "Tamarod" (révolte) en moins d'un mois à travers l'Égypte, ne pesaient d'aucun poids. Son ambassadrice au Caire s'est même permis de rencontrer ouvertement Khayrat el Shater et Mohammed Badie les deux plus importants dirigeants des Frères Musulmans (ce sont eux qui exerçaient le pouvoir réel, Morsi n'était qu'un exécutant), signifiant ainsi l'appui d'Obama à l'endroit de cette organisation islamiste.

Face au soulèvement populaire et au refus de Morsi de céder, l'armée n'eut d'autre choix que de le démettre et d'imposer une carte de route prévoyant un gouvernement provisoire, la rédaction d'une nouvelle constitution suivie d'élection. À cette annonce les manifestants éclatèrent de joie et c'est à cet instant qu'el Sissi est apparu comme l'homme providentiel qui a sauvé l'Égypte de la guerre civile.

Pour Obama le scénario prévu avait tourné court, les frères musulmans qu'il voyait prendre le pouvoir partout dans les pays arabes, mordaient la poussière un an à peine après "l'élection" de Morsi en Égypte. Or l'Égypte est le pays le plus populeux de la région et son armée est la plus puissante après celle d'Israël. Obama aurait pu contre mauvaise fortune faire bon cœur, accepter le changement et tourner la page des Frères Musulmans; tout Président ayant à cœur l'intérêt des États Unis et de l'Occident aurait agi ainsi. Il a plutôt choisi la fuite en avant malgré l'avis de son secrétaire à la défense Chuck Hagel et des généraux du Pentagone, qui craignaient à juste titre de voir l'Égypte s'éloigner du giron américain et quitter le dispositif de défense dont elle était un maillon important.

Obama s'est obstiné, il continua à appuyer les Frères musulmans et à leur faire croire qu'ils pouvaient compter sur l'appui des États Unis au cas où ils se révolteraient contre l'armée. Il fit plus, contre l'avis du Pentagone il suspendit la livraison des avions F-16 et des hélicoptères Apache dont l'Égypte avait un urgent besoin pour combattre les jihadistes dans le désert du Sinaï. Il réduisit à presque rien l’aide monétaire des États-Unis à l’Égypte. Les frères musulmans comprirent qu'ils pouvaient tenter un retour en force et se révoltèrent, leur point de ralliement fut la place Rabia el Adaweya dans les faubourgs du Caire, ils en firent une sorte de forteresse d'où ils lançaient à qui voulait les entendre des appels à la révolte. Ils mirent en scène des manifestations sanglantes où ils tuèrent délibérément leurs propres manifestants pour en faire des martyrs et susciter la sympathie des médias. Fort heureusement les caméras de surveillance et les images captées par les vidéastes amateurs ont éventé le stratagème. La chaîne qatari al Jazirah n’était pas en reste, reliant fidèlement la propagande des Frères musulmans et des images propres à influencer les décideurs occidentaux.

La guerre médiatique contre l’Égypte a été adroitement menée, le but étant de faire oublier les vingt millions de manifestants qui ont appelé au départ de Morsi. À un moment donné les Frères Musulmans eurent l’impression que le vent tournait en leur faveur, en effet un bal diplomatique s’était mis en place : on vit les sénateurs Graham et Mc Cain au Caire faire la leçon aux égyptiens. On vit Catherine Ashton exiger de rencontrer Morsi, alors en résidence surveillée, on vit le ministre des affaires étrangères allemand plaider la cause des Frères Musulmans au Caire, on vit le Président Hollande convoquer l’ambassadeur d’Égypte à Paris pour l’admonester copieusement etc. Un pas supplémentaire a été franchi quand Obama commanda à des navires de guerre appartenant à la sixième flotte de pénétrer dans les eaux territoriales de l’Égypte. À cette nouvelle les Frères Musulmans applaudirent bruyamment, sur la tribune de la place Rabia al Adaweya les orateurs se succédèrent, l’un promettait à la foule l’arrivée prochaine des marines de la sixième flotte, l’autre voyait déjà el Sissi sur l’échafaud. La situation s’aggravait de jour en jour, les forces de l’ordre et l’armée rongeaient leur frein, des divisions se firent jour au sein du gouvernement égyptien, le camp des pacifistes mené par El Baradei (proche des occidentaux) se montrait prêt à faire des concessions, mais elles furent rejetées par les Frères Musulmans qui exigeaient rien de moins que le retour de Morsi à la présidence! C’est à ce moment qu’el Sissi compris que l’Égypte ne gagnait rien à laisser pourrir la situation, il s’adressa au peuple et lui demanda de manifester massivement en faveur d’une solution définitive à l’impasse, solution pacifique de préférence, mais solution par la force si nécessaire. Il obtint ce qu’il demandait, les millions de gens sortirent dans la rue en plein mois de juillet sous la canicule en appui à el Sissi. Deux semaines plus tard la crise était dénouée, la forteresse de Rabia el Adaweya tomba aux mains des forces de l’ordre, il y eut de nombreux tués des deux côtés, de véritables charniers furent découverts là où les Frères musulmans s’étaient retranchés, des cadavres mutilés ont été exhumés, ils s’agissait de gens soupçonnés de collaboration avec la police et que les sbires des Frères Musulmans avaient soumis à la question avant de les tuer.

Les représailles des Frères Musulmans le jour même furent terribles, ils eurent pour cibles des édifices gouvernementaux, des postes de police et de pompiers, des cliniques médicales et des laboratoires de recherche. Mais les chrétiens d’Égypte furent les principales victimes; plus de quatre-vingt églises et monastères furent incendiés et détruits, les Frères musulmans se comportèrent exactement comme les jihadistes de l’État Islamique un an plus tard. Les maisons des chrétiens ont été marquées, les chrétiens qui y vivaient furent agressés, certains ont été tués d’autres perdirent tous leurs biens et durent s’exiler, à plusieurs endroits la police se montra impuissante ou non désireuse de protéger la vie des chrétiens, c’est ainsi que plusieurs d’entre eux furent tués sous les regards impuissants de la police. L’Égypte vécu une véritable tragédie, mais le martyr des chrétiens fut ignoré des médias occidentaux qui ne rapportèrent que la dispersion par la force des islamistes retranchés à Rabia el Adaweya, sans souffler mot de leurs exactions et de leurs crimes.

Avec le recul on réalise qu’Obama aurait pu prévenir cette tragédie, il lui suffisait de retirer son appui aux Frères Musulmans et de ne pas se mêler des affaires internes de l’Égypte. Mais son parti-pris en faveur des islamistes l’a amené à commettre une grave erreur d’où les États-Unis sont sortis perdants. Plus de deux ans et demi après les faits Obama n’a pas encore renoncé aux Frères Musulmans et ce malgré leur échec cuisant en Égypte, en Tunisie mais également en Arabie Saoudite, aux Émirats arabes Unis, au Yémen et last but not least en Syrie où ils ont été supplantés par l’État Islamique (DAESH). À la Maison Blanche les trois ou quatre conseillers affiliés aux Frères Musulmans sont encore là, les leaders islamistes américains y ont toujours leurs entrées, la politique étrangère américaine n’a pas changé d’un iota, l’islamiste Erdogan est actuellement le meilleur allié d’Obama dans la région, allié incommode dans la mesure où il appuie fortement l’État islamique (DAESH) que l’aviation américaine bombarde régulièrement bien qu’avec parcimonie.

S’il n’était pas obnubilé par l’islam Obama aurait-il continué à agir ainsi? N’aurait-il pas tiré les leçons de ses nombreux échecs? N’aurait-il pas tenté de préserver ses relations et ses liens stratégiques avec l’Égypte au lieu de la jeter dans les bras de Poutine? Les américains ont investi plus de quarante milliards de dollars et plus de trente-cinq ans d’efforts pour établir et conserver des liens politiques et stratégiques étroits avec l’Égypte, et voilà qu’Obama, en un rien de temps, réduit à néant tout cet investissement... par amour pour l’islam!

Avez-vous encore besoin de preuves? Si oui il me fera plaisir de vous en fournir et d’aussi accablantes.

Hélios d’Alexandrie

Gil

@ Hélios d’Alexandrie

Je ne demande qu'à vous croire dans cette fresque aussi convaincue qu'éclatante.
S.V.P. en autant que c'est possible, donnez vos sources, c'est de toute première importance...pour moi...

Polémos

Et retournement ironique,l'Égypte vient de remplacer les F-16 dont la livraison a été suspendue, en commandant à la France 25 superbes Rafales, un aéronef de combat beaucoup plus avancé que le F-16. Ils seront construits par l'avionnerie Dassault. Le contrat devrait être signé cette semaine. Merci Obama!

https://www.youtube.com/watch?v=sHSGSX3tfPc

Gigi

Hélios d'Alexandrie,
Je n'en reviens pas de ce que vous avancez au sujet de Obama, que je savais mauvais président, mais pas à ce point-là.
Est-ce que vous lisez Guy Millière, qui lui, s'arrache littéralement les cheveux chaque fois qu'il parle de la présidence Obama?

Gil: Vous dites: «S'il existait un livre capable d'étayer ce que vous apportez dans votre dernier commentaire ça me sauverait bien du temps, bien de l'énergie.»

Hélios est presque en train d'en écrire un avec les commentaires précédents. Mais bien que je n'aie pas lus lesdits livres, je vous recommanderais les titres suivants du professeur Guy Millière: Le désastre Obama, Voici venu le temps des imposteurs, etc. Vous pouvez vous les procurer sur Amazone.

Hélios d'Alexandrie


@ Gigi,

Obama est tellement obnubilé par l'islam qu'il ne se rend pas compte que ses politiques pro-islamistes ne font qu'attiser les conflits au sein de l'oumma. Un coup d'œil sur la situation dans les pays arabes nous révèle l'ampleur du désastre. Obama n'en est pas le premier responsable, c'est l'islam politique qui l'est, cependant en accordant son appui aux frères musulmans, Obama a légitimé leurs tentatives d'arracher le pouvoir dans plusieurs pays arabes dont la Syrie, la Lybie et le Yémen, trois pays où règne à présent le chaos. Si l'Égypte et la Tunisie ont échappé au désastre ce n'est certes pas grâce à Obama disons plutôt que ce fut malgré lui.

Oui je lis assez régulièrement Guy Millière et en ce qui concerne Obama il a tout à fait raison, il est un des rares analystes politiques qui ont compris le personnage et qui ont prédit les conséquences désastreuses de ses politiques.

@ Gil,

Vous me demandez mes références? J'ai plein de références en arabe, je vous en ferai part si vous le désirez, les références en anglais et en français ne sont pas fiables car il ne s'agit pas de témoignages de première main mais de copies de reportages. En fait il n'existe pas d'ouvrage historique traitant de cette période, comme vous le savez les historiens d'habitude attendent de mettre la main sur des documents à valeur historique avant de produire leurs ouvrages, or ces documents sont de nature confidentielle pour ne pas dire secrète, ils ne seront pas divulgués avant plusieurs années.

Et pour finir sachez que je n'aligne pas d'allégations peu flatteuses sur Obama, je rapporte des faits réels et vérifiables. D'ailleurs Obama n'est pas étranger à la catastrophe qui frappe les pays arabes, même s'il n'en est pas le premier responsable; il ne peut simplement pas s'en laver les mains. L'histoire le jugera plus sévèrement que ceux qui le critiquent aujourd'hui.

Et pour ce qui est de l'antiaméricanisme d'Obama, il me fera plaisir de vous en apporter la preuve. En attendant je dirai en paraphrasant l'Évangile: "nul ne peut servir deux maîtres, il aimera l'un et détestera l'autre, on ne peut aimer à la fois l'islam et l'Amérique!"

Hélios d'Alexandrie

ALPHA ... OMEGA .

Hélios d'Alexandrie ,

et Guy Millière qui est en relation avec des Américains Républicains est très bien informé . Je ne comprends toujours pas pourquoi ils se sont inclinés en apparence si facilement face à la tribulation des Démocrates et de leur candidat quasi inconnu Barack Hussein Obama . Etre un Noir n'était pas le problème mais avoir un prénom musulman avec une famille musulmane en Afrique ...

Gil

@ Hélios d'Alexandrie

Je comprends bien que vos références soient en arabe et que les tractations secrètes des leaders mondiaux de cette récente période ne nous sont pas encore accessibles. L'histoire ne peux nous en faire les démonstrations qu'après coup.

Je suis en parfait accord avec votre paraphrase à l'effet qu'on ne peut aimer à la fois l'islam et l'Amérique.
Vous dites rapporter des faits réels et vérifiables à propos d'Obama. Certains faits sont facile à trouver, d'autres exigent plus de focalisation. Mais c'est un sujet qui m'intrigue assez pour vouloir m'investir dans cette tâche, ne serais-ce que partiellement.
Je sais bien sûr que le raisonnement d'accompagnement baignera dans la spéculation: Nous ne sommes pas à la Maison Blanche avec des microphones branchés sur nos ordinateurs. De plus, comme vous le dites, plusieurs témoignages ne sont pas de première main.

Tout ceci n'est pas pour invalider vos dires (ou intuitions). Je vois la méthode un peu comme celle de la découverte de Pluton (planète naine). À l'origine, la découverte de Pluton est liée à la recherche systématique d'une planète permettant d'expliquer les "perturbations observées" dans les orbites d'Uranus et Neptune.
On spécule mais avec une apriorité tout à fait plausible. Les photographies de l'évidence ne sont captées qu'après des années de recherche.

Vous certifiez que les "perturbations observées" dans le monde arabe et les dangers qu'encourent les occidentaux (et le reste de la planète par extension) sont liés à la "planète Obama".
Je respecte l'état de vos recherches que vous résumez surtout en regard des mouvements politiques égyptiens. Je ne suis pas encore là et je me demande même si j'ai les moyens culturels et stratégiques pour y arriver un jour.

Pour le moment, je garde l'oeil dans mon télescope et je consulte les chercheurs comme vous.
Surtout, je prie pour la paix dans le monde.

Bonne journée!

Christian

@ Gil

Salut Gil!
Je ne pourrai pas t'apporter de référence à ce que je vais affirmer ici mais essayer de contribuer à une saine réflexion.

Première chose à dire et relativement importante est le parti démocrate auquel appartient Obama.

Bon, l'histoire américaine a ses particularités historiques et multiculturelles qu'il serait délicat de comparer ce parti au parti socialiste tant les idées ont changé au fil du temps depuis sa création au 18 ème siècle.

Néanmoins, à l'origine il se revendique de l'héritage de la révolution française et la doxa originelle de ces idées devrait interpeller le grand amoureux du Christ et de son église.

Actuellement, l'évolution historique des idées prônées par les démocrates ne differe guère du social libéralisme et ses grandes recettes sociétales servies abondamment sur le vieux continent et s'opposant directement à la doctrine morale familiale de l'église catholique. Doctrine sur laquelle le monde protestant ne s'oppose absolument pas.

Des détails intéressants montrent cette "évolution" au sein de la classe dirigeante américaine. Par exemple, la dimension religieuse chrétienne omniprésente au pays de l'oncle Sam tend à se rapprocher toujours plus de la vision laïcarde jacobine française. Suppression des prières à l'école publique, relativisme religieux et moral dominant et industrie cinématographique au service des nouvelles valeurs universelles.

Comment m'explique-tu qu'un homme se prétendant chrétien se positionne par exemple fermement en faveur du mariage gay et se fasse copain avec ceux qui veulent pendre tous les homosexuels?

Au delà de l'incohérence que personne n'a relevé, je crois qu'en homme politique qui se respecte, Obama tente de répondre et correspondre à une image qui ne va ni choquer ni paraître trop conservatrice pour essayer d'incarner une Amérique à laquelle il croit mais pas celle que veulent forcément les américains.

Ils se présente à la foi comme rempart et protecteur d'un modèle de civilisation tout en se liant d'amitié avec ceux qui souhaitent sa destruction. Soit il est schizo soit il manipule le peuple soit encore les deux.
Libre à toi d'attendre des preuves évidentes de sa félonie alors qu'il fait tout pour dissimuler ses réelles intentions et croyances mais selon moi,c'est un loup déguisé en brebis.

Hélios d'Alexandrie

@ Christian,

Vous avez une perception tout à fait juste d'Obama, et vous avez raison de le situer dans le cadre du parti démocrate et en particulier de son aile gauchiste.

Vous relevez quelques attitudes en apparence contradictoires du personnage, moi j'y trouve un fil conducteur pour ne pas dire un dénominateur commun:

Quel est le lien entre appuyer le mariage homosexuel aux États Unis, et se faire ami avec les ayatollahs qui condamnent les homosexuels à la potence?

Comment expliquer son appui total et inconditionnel aux frères musulmans qui prônent un califat universel et sa prétention de promouvoir et de défendre la démocratie les droits et les libertés?

Comment expliquer sa bienveillance envers les régimes et les chefs d'États dictatoriaux: les ayatollahs d'Iran, Poutine d'avant la crise ukrainienne, Hugo Chavez, Castro, l'émir du Qatar, le roi D'Arabie saoudite devant qui il s'est incliné bien bas, Erdogan, Morsi et même Assad d'avant la guerre civile? Et parallèlement son antipathie voire son mépris et sa malveillance envers le parti républicain, Winston Churchill dont il a renvoyé aux anglais le buste qui ornait le bureau ovale, insultant au passage le premier Ministre Britannique en visite à la Maison Blanche, en le faisant entrer par la porte de côté, et Benyamin Netanyahou (traité de "chiure de poulet" par un de ses aides)?

Comment expliquer son hostilité envers les chefs de petites entreprises américaines, et son amitié, voire sa complicité avec les gros bonnets du capitalisme comme George Soros et Warren Buffett (ils contribuent généreusement à sa caisse électorale et aux organisations gauchistes américaines)?

Le dénominateur commun est son désir d'affaiblir l'Occident en général et les États Unis en particulier en prenant le parti de leurs ennemis et en s'attaquant à tout ce qui fait leur force et ce sur tous les plans: moral, social, politique, économique, et militaire.

Obama est un gros ver dans le fruit, l'islam en Occident est aussi un gros ver dans le fruit. Entre vers on est fait pour s'entendre!

Hélios d'Alexandrie

Christian

Hélios d'Alexandrie,

Je souscris pleinement à vos observations. Cependant, vous semblez affirmer qu'il agit intentionnellement et donc de pleine conscience. Pour ma part, je n'arrive pas à déterminer si on se situe dans un mécanisme inconscient et irrationnel né dans l'adhésion à une idéologie mortifere ou comme vous semblez le croire à une intention précise et totalement assumée bien que non déclarée publiquement. Dans les deux cas, les conséquences sont les mêmes.

Peut être suis je naïf en pensant que lorsque l'on s'engage à mener une oeuvre de destruction de cette ampleur, ce ne peut être que le fruit d'une manière de penser qui empêche la prise de conscience des conséquences dramatiques que cela entraîne parce qu'en avoir conscience nous retiendrait de le faire. ...

PS: j'avais écrit toute une tartine en commentaire de votre dernier post mais tout s'est perdu. Je réessayerai plus tard

Gil

À la suite de Christian,

Les conséquences dramatiques étant ce qu'elles sont, si Obama est conscient de ce qui lui est imputé, son "oeuvre" est donc à qualifier de machiavélique. Nous sommes ici à la frontière du jugement d'intention. (Luc 6, 37)

Hélios d'Alexandrie

@ Gil,

Je vous cite: "Je ne trouve cependant toujours pas le CQFD à propos de l'assertion que vous avez déjà faite à savoir que "Obama est le seul président antiaméricain de l'histoire des États Unis. Il porte en lui une haine profonde de tout ce qui fait la grandeur de ce pays."

Un homme qui hait profondément tout ce qui fait la grandeur de son pays, ne peut raisonnablement afficher publiquement ses sentiments et briguer en même temps le poste de président. Il est donc tenu de dissimuler sa haine. Voilà pourquoi il est difficile d'apporter des preuves irréfutables de ce que j'avance.

Cependant il existe des indices et des faits qui rendent la chose tout à fait plausible, et je ne suis pas tenu d'apporter des preuves hors de tout doute raisonnable, comme il est de mise dans un procès relevant du code criminel.

Je soumets à votre appréciation les faits suivants:

1- Obama a fréquenté durant 23 ans une Église tenue par Jeremiah Wright, un pasteur extrémiste qui avait des accointances avec Louis Farakhan le leader de "la nation de l'islam" (une secte islamique hérétique connue pour son racisme anti-blanc). Wright était tout sauf un modéré, il ne cachait pas sa haine raciale contre les blancs et faisait usage d'une rhétorique agressive envers tout ce qui est américain, il y a des vidéos de lui où il hurle: "pourquoi chantez-vous Dieu bénisse l'Amérique? Criez plutôt Dieu maudisse l'Amérique!" et un autre où il déclare après les attentats du 11 septembre: "les poulets sont de retour sur la broche" expression anglaise qui veut dire à peu près la même chose que: "vous l'avez cherché" ou "qui sème le vent récolte la tempête". Aux américains sous le choc il disait en somme: "le 11 septembre c'est de votre faute". Vous allez peut-être me dire: en quoi cela concerne Obama? Eh bien il a été confronté à ce sujet par des journalistes à l'époque où il n'était que candidat à la convention démocrate en 2007, il a répondu qu'il ne pouvait pas se désolidariser de Jeremiah Wright! Plus tard durant la campagne électorale qui devait le conduire à la présidence, il a fini par dire sous la pression des journalistes qu'il était en désaccord avec Jeremiah Wright. Ce dernier l'apprenant lui a reproché sa réponse tout en disant qu'il comprenait la difficulté de sa position. En passant Obama a pris position sur d'autres sujets pour récolter le plus de voix possibles: il s'est dit catégoriquement opposé au mariage homosexuel, et pour le droit des américains de porter des armes, etc. Une fois élu il s'est empressé d'affirmer le contraire. Sommes-nous en droit de nous scandaliser?

2- Avez-vous entendu parler de Saul Alinsky? Il s'agit d'un idéologue de la gauche radicale qui a mis au point la plupart des techniques subversives mis en pratique par les marxistes aux États Unis. Par le plus grand des hasards Obama s'est lié à lui durant sa jeunesse et il s'est inspiré de lui dans le champ de l'organisation communautaire à Chicago. La doctrine révolutionnaire d'Alinsky appliquée à l'homme politique peut être résumée dans cette formule extraite de son ouvrage Rules for Radicals (Règles pour les radicaux) : « Il importe à l’homme politique (gauchiste) de ne pas briser d'un seul coup les traits de l'existence quotidienne, mais de créer le désenchantement, la désillusion vis-à-vis des valeurs régnantes, de susciter un climat qu’il va utiliser sans jamais énoncer clairement ses intentions, et de produire, sinon une passion pour le changement, au moins un climat de résignation, de passivité, d'acceptation. » Obama n'a certes pas oublié la leçon, on peut même dire qu'il applique la recette à la lettre.

3- Quand son mari a été choisi comme candidat démocrate à la présidence, Michelle Obama a déclaré publiquement: "c'est la première fois que je me sens fière de mon pays!" C'était plus qu'un lapsus mais les journaux de gauche ont vite enterré l'affaire, pas les journaux de droite. Cependant Michelle Obama n'a pas eu à s'expliquer sur sa déclaration et Barack Obama lui-même n'a pas été questionné sur le sujet. Vous allez me rétorquer que cela ne concerne pas Barack, et je vous répondrai que lui et Michelle partagent plein de choses sur l'oreiller et quand ils prennent leurs repas ensemble. Il y a des choses qu'on dit sur le coup de l'émotion et qui trahissent des sentiments profonds, dans ce cas c'est la détestation de l'Amérique. Est-il possible qu'un américain qui aime son pays n'y trouve aucun objet de fierté? Je ne suis pas américain, mais si je l'étais je serais immensément fier de son histoire, de son ascension extrêmement rapide, de la liberté et des opportunités qu'il offre à ses habitants, des sacrifices qu'il a consenti pour lutter contre le nazisme et le communisme, de ses réalisations dans tous les domaines, et de la prospérité qu'il offre, non seulement à son peuple, mais également aux autres, de sa générosité et de son dévouement en cas de catastrophe naturelle. Bref si les Obama ne ressentaient aucune fierté avant que Barack ne devienne le candidat de son parti, c'est qu'ils nourrissaient des sentiments négatifs envers l'Amérique. Jeremiah Wright n'est certainement pas étranger à ces sentiments, qui se ressemblent s'assemblent.

4- Le "patriotisme" d'Obama a bien souvent brillé par son absence, témoin son refus de porter sur son veston une épingle représentant le drapeau américain. Cette épingle est traditionnellement portée par tous les politiciens. Il s'en défendit en prétendant qu'il n'était pas du genre à faire étalage de patriotisme. Comme il a constaté que son attitude lui coûterait des votes, il se dépêcha de changer d'idée.

5- Obama a exprimé à plus d’une reprise son mépris pour l’Amérique profonde, il a dit ceci en parlant des américains résidant dans les contrées rurales éloignées des grands centres : « …Ils ne font que s’accrocher à leur religion (le christianisme) et à leurs fusils! » Il n’a jamais dit la même chose des islamistes, bien au contraire il a dit et répété que l’islam n’avait rien à voir avec leurs crimes.

6- Lors d'une cérémonie à l'occasion du 11 septembre on le vit avec Michelle à Ground Zero en compagnie de G.W. Bush et de Laura son épouse. Alors que ces derniers paraissaient profondément émus et recueillis, le couple Obama donnait l'impression de manquer d'intérêt et d'avoir hâte que la cérémonie se termine. Quand vint le moment de déposer un bouquet de fleurs, Obama fit mine de se pencher, mais au lieu de déposer délicatement son bouquet, il le laissa tomber à terre! Le langage corporel ne ment pas.

7- Durant sa tournée mondiale d'excuse et de mortification suite à son élection, Obama a copieusement critiqué les États Unis: unilatéralisme, arrogance, usage abusif de la force militaire, inégalités sociales, et tous les lieux communs de l'antiaméricanisme traditionnel, ce qui a eu l'heur de combler d'aise les gauchistes des deux rives de l'Atlantique. Questionné sur "l'exceptionnalisme américain", autrement dit sur ce qui fait des États Unis un pays hors normes ou exceptionnel, il a répondu: "l'Amérique est exceptionnelle comme la Grèce est exceptionnelle, comme n'importe quel pays est exceptionnel!" Autrement dit les États Unis n'ont rien d'exceptionnel. On peut bien sûr attribuer ce genre de réponse à la modestie d'Obama, sauf qu'il est tout sauf modeste (on se rappelle que dans un de ses discours il a dit qu'après son élection à la présidence on assistera à l'arrêt du réchauffement climatique, à la baisse du niveau des océans et au sauvetage de la planète). On perçoit dans cette réponse le mépris d'Obama pour son pays et son propre narcissisme, lui Obama est exceptionnel mais certainement pas l'Amérique!

8- Quand Obama s'est inscrit en faux contre la notion d'exceptionnalisme américain, il prenait en fait son désir pour la réalité, ou bien il annonçait à mots couverts son programme politico-économique inspiré d’Alinsky son maître à penser. Concrètement il a tout fait pour faire des États Unis "un pays comme les autres", c'est à dire une nation ployant sous le joug d'un État pléthorique et tentaculaire (comme le sont plusieurs pays européens), pour cela il a fait flèche de tout bois. J'ai déjà démontré comment il est parvenu à étatiser le système de santé, non pour offrir plus de services médicaux aux américains, mais pour imposer le contrôle de l'État sur un secteur important de l'économie américaine. Or une intrusion plus grande de l'État dans l'économie amène invariablement une réduction de la liberté économique et une contraction des investissements, en particulier dans la petite et moyenne entreprise, ces dernières font tout pour éviter les contrôles de l'État et dans ce but elles engagent moins de travailleurs, ou les engagent à temps partiel. Résultat il y a plus de chômage, plus de précarité et plus de dépendance des chômeurs envers l'État. L'étatisation s'oppose à l'esprit d'entreprise et le décourage, elle gonfle le nombre de gens (fonctionnaires et chômeurs) qui dépendent directement de l’État, c‘est à dire du reste de la population pour vivre, elle a pour effet de drainer les ressources de la nation et de l’affaiblir.

Obama a fait grossir l'État en multipliant les règlements et les contrôles à tous les niveaux et en particulier dans les domaines de la santé comme on l'a vu, mais également dans le domaine de l'énergie où il a servi littéralement d'obstacle aux projets et aux investissements. Par chance un secteur important dans ce domaine lui a échappé, soit l'exploration et l'extraction des hydrocarbures sur des terres n'appartenant pas à l'État fédéral et sur lesquels il ne détient aucun pouvoir. Sur le plateau continental au large des côtes et sur les terres appartenant à l'État fédéral, Obama a suspendu sine die toute exploration des hydrocarbures. S'il l'avait permis les États Unis seraient actuellement en train d'inonder le monde entier de pétrole, à la barbe des arabes, des iraniens et de Poutine. Vous me répliqueriez qu'ils le font déjà, je vous répondrai que c'est partiellement vrai, car c'est le pétrole de schiste que les américains exportent à présent, mais la quantité est insuffisante pour permettre à l'Europe au Japon et à la Chine de réduire significativement leur dépendance au pétrole islamique et russe. L'histoire des deux dernières années aurait été bien différente si Obama n'avait pas opposé son véto sur les hydrocarbures.

9- Obama s’est fait élire en prétendant être le premier président post-racial, ce qui veut dire qu’il réussirait à mettre fin aux conflits liés à la race et qu’il ferait ainsi œuvre de « guérisseur »; avec lui l’Amérique était supposée dépasser les clivages de nature raciale. Il s’agissait bien entendu d’une fausse promesse et un grand nombre d’américains blancs ont mordu à l’hameçon. Loin de vouloir apaiser les conflits liés à la race, Obama avait tout intérêt à les exacerber, c’est ce qu’il fit et de cette façon il est parvenu à faire d’une pierre plusieurs coups : créer la polarisation au sein de la population a eu pour effet de monopoliser le vote des noirs et des latinos en faveur du parti démocrate, diviser le vote des blancs entre pro et anti Obama, et le but ultime diviser les américains entraînant ainsi un climat de suspicion, de désillusion conduisant à l’affaiblissement moral de l’Amérique. Les clivages de nature raciale n’ont pas été les seuls à être utilisés, Obama s’est aussi essayé aux clivages entre hommes et femmes, entre les homosexuels et les hétérosexuels partisans du mariage traditionnel, etc. La méthode de diviser pour affaiblir et régner a été systématiquement appliquée. Le dernier clivage en date concerne l’amnistie promise par Obama aux « immigrants » illégaux, là encore il est parvenu à diviser les américains entre ceux qui appuient l’amnistie et ceux qui refusent que l’on récompense des gens qui ont transgressé les lois et les règles en vigueur.

Je vous fais grâce pour le moment de tout ce qu’Obama a fait pour affaiblir les États-Unis sur le plan géostratégique. Ce sera pour une autre fois.

Peut-on dire qu’Obama a réussi dans sa mission d’affaiblir l’Amérique, la réponse est oui, sans aucun doute, mais son succès fort heureusement est partiel et réversible. Il lui reste encore deux ans au cours desquels il ne sera pas avare de sa nuisance, il compte y mettre les bouchées doubles. Vu qu’il n’a plus à s’inquiéter de sa réélection et qu’il est confronté à un congrès majoritairement républicain, il n’a d’autres choix qu’ouvrir son jeu et se montrer sous son vrai jour. Il croit qu’il n’a plus rien à perdre, mais il passera à l’histoire comme le président qui a le plus nui à son pays.

Hélios d’Alexandrie

Hélios d'Alexandrie

Le Père Zakaria Boutros, grand pourfendeur de l'islam et grand pêcheur d'hommes (des dizaines de milliers de musulmans se sont convertis au christianisme après avoir suivi ses émissions) a rédigé une lettre ouverte à Barack Obama au sujet de son dernier discours où il a comparé les atrocités perpétrées par l'État islamique aux exactions des croisés et de l'inquisition espagnole. il me fait plaisir de recopier le texte de cette lettre.

Dear Mr. President; Barak Obama, President of the United States of America.

As a Christian, I am greeting you with overflowing love and peace in the Name of my Lord Jesus Christ:

First of all, I am honored to introduce myself to you. I am an American citizen. I am thankful to the Lord to be a resident and a citizen of this great Nation that was founded on Biblical principles that is the foundation our forefathers made sure that it was included in our Great American Constitution.

Also, I am proud of my native homeland; Egypt.

But above all, I am proud of my heavenly citizenship which God granted me with, when I accepted Him as my personal Savior and Lord of my life.

The Lord has also graciously blessed me with the ability to earn two Doctorate Degrees from two Grand Universities in the United States. I have my Doctorates in Missiology that investigate and expose Islam. In return, I preach the love and grace of God to Muslims globally. Those who accept Jesus Christ; the Giver of true peace and Divine love; turn from their evil ways and terrorist activities.

Dear Mr. President, I followed your speech, the one you delivered during breakfast on “National Day of Prayer” on February 5th, 2015. It caught my attention when I heard you first: Comparing ISIS to the Crusaders, second: The excessiveness of the Spanish Inquisition, and third: Christian justifications of slavery.

Truthfully, I was really shocked and saddened to see the lack of knowledge the president of the greatest nation in the world has. Please allow me, Mr. President, accommodate me with your great heart and grant me some of your valuable time that I may very briefly explain to you facts that seem absent from the knowledge of these subjects.

First: The Irony of the comparison of ISIS with the Crusades

(1) Dear president it should have been clear to you that the Crusaders do not represent Christianity, and the evidence to that, is that you could not find in the teachings of Christ any message or text justifying extremism. While ISIS - is explicitly originated and founded upon the verses of the Qur’an and the sayings of their leader; Muhammad, which are many, but as an example;

A- In (Surat Al-Tawbah, Chapter5 Verse5) which says: “Kill the polytheists wherever you find them and capture them and besiege them and sit in wait for them at every place of ambush”

B- Also, according to Sahih Al-Bukhari, Mohamed said: “I have been ordered to fight against the people until they testify that there is no god but Allah. And only those who testify that there is no god but Allah,have saved themselves and their property from me”.

(2) Actually we do not defend the Crusader’s extremism, but condemn it. Though even in their extremism, the Crusaders never burned Muslims and buried them alive as ISIS- the Islamist Terrorist Organization did a week ago to the Jordanian Pilot “Mou’3ath Al-Kassasbeh whom they burned and buried alive.

(3) The Crusaders never raped Muslim women as ISIS raped Christian and Yezidian women in Iraq in the name of Islam.

(4) Crusaders never established a market for slavery and sold Muslim women as slaves, as ISIS did to Christian and Yezidian women in Iraq last year.

(5) As it should be also known to you Mr. President that the Crusaders came to Jerusalem entirely as a response to Muslims killing 3 Thousand Christian pilgrims who came from Europe to Jerusalem to worship. Among the ones who were killed, were innocent Cardinals and Bishops. So the reason for the Crusader’s campaign was to fight and discipline the terrorists. As the United States did and still doing in Afghanistan, Iraq and Syria – fighting the terrorist. Is this considered a violation from the part of United States and the European Union, or something you should be blamed for? Of course not.

(6) Don’t you know Mr. President that ISIS is a terrorist Islamist Organization, and was established to kill the innocent in order to seize power and establish an Islamist state and achieve the goal of Muhammad – the messenger of Islam?

(7) You yourself said so Mr. President on Wednesday September 10th, 2014 about considering a war on this Islamist State; ISIS for their crimes, as stated in this sight:

http://www.lhzanews.com/videos/3846.html

where you stated that: “The Islamist State is a Terrorist Organization. This is a simple truth. It has no vision, but slaughtering those in their paths. In a region known for bloodshed, these terrorists are distinguished for their cruelty; they execute prisoners, kill children, massacring and raping women, and forcing them to marry. Threatening to annihilate minorities. And barbarically they killed two American journalists.”

Second: The excessiveness of the Spanish Inquisition:

Dear Mr. President, you mentioned in your speech the excessiveness of the Christian Spanish Inquisition saying that: “Heinous crimes were committed in the name of Christ”.

Don’t you know Mr. President that the Spanish Inquisition has no backing in the Holy Bible? But those who established and supported the Spanish Inquisition never referenced one single verse from the Bible or any of Christ’s teachings, simply because they can’t, as it did not exist in the Bible. While ISIS Organization have based their atrocities on hundreds of verses in the Qur’an, Hadeath the sayings of their prophet Muhammad and the Muslim Sunna.

Mr. President your logical thinking has betrayed you in your comparison of the Inquisition to the Islamic terrorist group ISIS.

Third: Using Christianity to justify Slavery:

You also said in your speech an inappropriate statement: “In our nation, Christianity has been used to justify slavery and impose a racial-discriminatory law; Jim Crow”.

Mr. President, where did you find in Jesus Christ’s teachings or the New Testament anything that justifies slavery? Haven’t you read what the Apostle Paul wrote in his letter to the Galatians Church, saying: “There is neither Jew nor Greek, there is neither slave nor free, there is neither male nor female, for you are all one in Christ Jesus” (Galatians 3:28).

Isn’t this verse a cancellation of any type of “racial discrimination?”

So why then did you Mr. President compare Christianity with what ISIS is doing in applying the basic principles of Islam, the Qur’an and the Sunna? And here, for example, some of their unlimited sources:

(1) In (Surat Al-Nissa’ Chapter v.3): “Then marry those that please you of women; two or three or four. But if you fear that you will not be just, then one, or those that your right hand possesses”.

(2) The commentary of Jalalayn says about this verse: what your “right hand possesses”; It is talking about capturing women for slavery, marrying them against their will, and devaluing any rights which other wives may have.

(3) And in (Surah AZukhruf; chap verse 32, it says: “We have divided among them their subsistence in the present life and raised some of them above (some) others in degrees [i.e. of rank], that some of them may take to themselves others in subjection”

(4) And this verse is explained by Mukatel bin Suleiman: “that these free men should use the slaves as Allah allowed them to, and forced them to be slaves.

Dear Sir please listen to me as I say to you that the comparison between ISIS and those who used Christianity to justify slavery and impose Jim Crow laws is not just.

Mr. President I don’t know what your motivation is in saying these things that are clearly wrong.

Is it because of your Islamic roots of which you are still loyal to?

Or is it because politics and diplomacy require these types of behavior which Napoleon Bonaparte exposed by saying: “If you are honest you are not fit for politics?”

Mr. President, on one hand you need to study history again and understand it correctly. On the other hand you have to apologize to all Christians whom you had hurt by your strange speech on the Prayer day.

Please, dear Sir, consider thinking about your eternity, in that day, no one will be able to intercede for you, neither your position as president of the most powerful nation on earth will do, nor your political way that was proved unsuccessful.

And I want to remind you of what the Holy Bible in the (Book of Hebrews 2:3) says: “How shall we escape, if we neglect so great salvation; which at the first began to be spoken by the Lord, and was confirmed unto us by them that heard him.”

Dear Mr. President I love you, respect you and I will pray for you that the Lord may save your soul and keep your life safe. Amen.

Most Respectfully:

Father Zakaria Botros

Gil

@ Hélios d'Alexandrie

OK OK I surrender! Je viens de voir un vidéo relayé par ALPHA ... OMEGA . 10/02/2015 à 15:08 :
http://www.dailymotion.com/video/xihgvx_obama-est-musulman_news

C'est exactement ce que je cherchais. Ça me suffit. En y ajoutant mes recherches personnelles et les interventions de chacun, j'ai maintenant les sources qui me satisfont amplement. J'ai compris...

Cheval de Troie, collabo, idiot utile... Ce n'est pas totalement clair, mais je comprends au moins qu'il ne sert certainement pas les intérêts de l'Amérique et qu'il a, pour un chef d'état qui se doit de représenter la majorité, une révérence exagérée et malsaine à l'endroit de l'islam.

Merci à tous!

Gil

@ Poste de Veille

J'ai envoyé le même commentaire 3 fois et il n'a pas été publié. A-t-il encore tombé dans votre boîte spam par erreur? Je suis intrigué...

Je l'envoie de nouveau:

__________________________________

@ Hélios d'Alexandrie

Avec la publication de cette lettre du Père Botros, vous procurez un argument majeur qui vient miner les connaissances tronquées et donc aussi l'organisation de la pensée du président avec les conséquences désastreuses que ça peut entraîner. Vous rivez le clou!
Je suis cependant un peu embarrassé avec le ton menaçant d'eschatologie aux teintes apocalyptiques qu'il emploie en finale. Selon moi, il n'aurait pas dû entamer un doute quant à son salut sachant que ce genre de décisions n'appartiennent qu'à Dieu seul. En se perchant lui-même depuis l'Éternité, il se donne des résonances condescendantes qui peuvent irriter. Ce n'était pas nécessaire...

___________________________________

Oui, je connais Saul David Alinsky et j'ai lu "Rules for Radicals" qui ne m'est pas apparu si pervers, si toxique ni même essentiellement faux. J'ai été plutôt capté par un ou deux paragraphes (signés par un certain Jay Atkinson) à propos de des liens d'Alinsky avec Obama et madame Clinton et de la bonne et/ou de la moins bonne influence pratique qu'il a pu semer chez ceux-ci (ce qu'ils se sont empressés d'appliquer ou de mettre de côté selon leurs besoins et les circonstances):

1.
"Alinsky's field of action and stated political purpose was the field of change and a constant stream of conflict within the democratic process. Alinsky knew that in today's world, most people are not motivated by altruism, you needed to somehow appeal to their self-interest. The right thing is usually done for the wrong reasons. When he came into a community in order to organize it, he got the local churches involved. He said that he never appealed to the ministers or priests in terms of Christian principles because they did not really believe in the Christianity of Jesus. Therefore, Alinsky appealed to what really motivated them - their self-interests, and talked more about membership and more money. It worked every time."

2.
"Hillary Rodham (Clinton) had met Alinsky in her college years and wrote in defense of him and of true democracy in her senior thesis, "There Is Only the Fight - An Analysis of the Alinsky Model." She later distanced herself from Alinsky altogether. Barack Obama had admired and applied Alinky's ideas in the south side of Chicago some years later. While obviously utilizing Alinsky's tactics of organizing for mass political power, once elected, they both eschewed the fight for the poor through progressive democracy and became as elitist as any right wing status-quo Republican that Saul Alinsky would be counseling his students to fight against."
http://latter-rain.com/ltrain/alinski.htm

Voilà qui pourra peut-être vous apporter un autre petit torrent d'eau au moulin.

Polémos

Je vous cite Hélios, au point 2 :

«Avez-vous entendu parler de Saul Alinsky? Il s'agit d'un idéologue de la gauche radicale qui a mis au point la plupart des techniques subversives mis en pratique par les marxistes aux États Unis. Par le plus grand des hasards Obama s'est lié à lui durant sa jeunesse et il s'est inspiré de lui dans le champ de l'organisation communautaire à Chicago.»

Alinsky est mort en 1972; Obama avait 11 ans...

Hélios d'Alexandrie

@ Polémos,

Vous avez tout à fait raison, mon erreur est d'avoir confondu Saul Alinsky avec Bill Ayers. Obama s'était effectivement lié avec ce dernier, or Bill Ayers en 1969 a fondé une organisation de gauche radicale dénommée "Weather Underground" qui a mené une campagne d'attentats terroristes contre des bâtiments publics dans les années 60 et 70 soi-disant pour "protester" contre la guerre du Vietnam. Durant la campagne électorale Obama a nié toute implication avec lui, et les médias ont choisi de mettre la sourdine sur le sujet.

Cependant Obama s'est beaucoup inspiré de Saul Alinsky dans ses activités d'organisateur communautaire.

Avec de tels maîtres à penser on ne peut pas éprouver d'attachement et encore moins d'amour pour son pays.

Hélios d'Alexandrie

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.




Don mensuel @ Poste de veille

Ou faire un don par chèque

DONS PAR CHÈQUE