« Salam Elmenyawi, l'homme qui négocie avec le maire DeSousa | Accueil | Thomas Mulcair s'est réuni avec le lobby des Frères musulmans à la mosquée de Brossard »

22/04/2015

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Gigi

C'est décourageant! On est envahi et ils vont nous avoir à l'usure surtout avec nos pâtes molles politiques et médiatiques sans oublier nos ineffables juges qui ne montrent pas grand résistance à ce genre d'endoctrinement ou de comportement.
Tandis qu'un «pôve djeune algérien», étudiant en informatique pourtant, s'apprêtait à faire main basse dans des églises parisiennes cette dernière fin de semaine. Là où les mosquées sont protégées, mais pas les églises: cherchez l'erreur!

Ren

La cérémonie de l'emprisonnement à vie... la geôle ayant l'attrait d'un voile!

Kat

Avant de généraliser il faut s'informer. Cette pratique est régionale et non une norme.
http://www.journaldemontreal.com/2014/05/02/une-ceremonie-du-voile-pour-jeunes-filles

Poste de veille

@Kat - qui aurait «généralisé» ?

Cependant, il est faux de dire que cette cérémonie du voile de la charia «n'est pas une norme»: puisqu'elle est la norme au sein des communautés khomeinistes: en Iran, au Sud-Liban, en Irak, ainsi que dans plusieurs grandes villes occidentales: de Montréal à Londres, de Paris à Toronto.

Cette cérémonie a lieu annuellement à Montréal depuis des années.

Et en passant, cet article du JdM a puisé ses informations de base ici.

marlev

j aimerais savoir combien de femmes porte le foulard par conviction car je crois qu il y a beaucoup de femmes avec l appuie de leur famille immédiate qui porte ce foulard pour ne pas avoir de problèmes avec les intégristes religieux qui sont venu ici essentiellement pour semer la haine et détruire notre société occidentale car je crois sincèrement que la plupart des musulmans qui ont choisie de fuir ....oui oui.... de fuir leurs pays l ont fait pour avoir une vie meilleure tout en faisant leurs religions sans subir toutes les folies délirantes que les intégristes inventent dans leurs lectures du coran.

Roger

Il n'existe pas de libre choix à neuf ans. Aucun être humain que j'ai connu dans mes soixante deux ans d'existence était assez mature à cet age pour prendre une décision pour le reste de sa vie. Cela ne fait pas de sens. Disons les choses comme elles sont: Quelqu'un impose à une enfant son propre choix de vie et non l'enfant qui décide.

Minona

Les enfants ne devraient jamais avoir à prêter serment, ils n'ont pas la maturité nécessaire pour le faire. C'est pour cette raison qu'ils ne peuvent pas signer de contrat ou de bail et qu'ils ne peuvent pas voter ou se marier (du moins dans les pays qui respectent leurs droits).

Ces fillettes ne se voilent pas par conviction car elles ne comprennent pas toutes les implications de l'idéologie qu'on leur a inculquée. Elles comprennent simplement qu'en portant un voile et l'accoutrement couvrant qui va avec, elle peuvent attirer la bienveillance des adultes. Quel enfant ne voudrait pas être félicité et couvert de cadeaux?

Celles qui ne se voilent pas par désir d'approbation le font parce qu'on a créé de toute pièce chez elles la phobie de se promener tête nue en associant ce geste banal au viol. Peut-être même cherchera-t-on à instiller à certaines d'entre elles la phobie des hommes non-musulmans en les assimilant tous à des violeurs. Elles finiront par être persuadée qu'un agresseur ne peut être qu'un mécréant et sa victime, une femme indécente.

Gil

@ marlev

Contrairement à ce que vous dites, les intégristes n'inventent rien. Toutes les folies délirantes dont vous parlez, le coran les a déjà toutes inventées pour eux. La seule qualité de ces fous d'allah c'est qu'eux, au moins, ils ne s'en cachent pas...

Avez-vous lu le coran?

Pierre Allard

Les mineurs doivent être protégés contre les religions et tout le monde, même leurs parents. Personne n'est au dessus des droits des enfants dont les décisions sont sans connaissance de cause.. Honte à ceux qui le suggèrent...

ALPHA ... OMEGA .

@ marlev ,

je vous rappelle que les années primordiales à la formation d'un Être humain , ce sont ses 12 premières années d'existence .
Le programme scolaire des pays maghrébins : les enfants doivent connaître par cœur les versets des sourates 55 , 56 , 57 , pour obtenir leur certificat de l'école primaire .

Vérifiez cette affirmation dans la conférence du docteur en médecine Sami Hossam , qui vit actuellement au Québec :

LE CORAN EXPLIQUE AUX MECREANTS . ( vidéo de 79 min )
http://www.youtube.com/watch?v=jr_DjEdkFFA

Sceptique

@pierre allard
"Les mineurs doivent être protégés contre les religions et tout le monde, même leurs parents"
1) Pourquoi contre TOUTES les religions?
En quoi "Aimes ton prochain comme toi-même" est-il mauvais en soi?
Voulez-vous fabriquer des sauvages, dépourvus de valeurs et d'objectifs positifs?
Pensez-vous que les cannibales, les pédophiles ou les coupeurs de tête sont vos égaux? Ou des exemples à suivre?
Encore le faux argument du "toutes les religions sont les mêmes", cet épouvantable niveleur par le bas!

2) Et qui va les élever, sinon leurs parents? L'État si généreux et compatissant, comme celui de Staline, Mao, Pol Pot ou Kim Jong-il?

Bien sûr, respectueusement.

Arilés B.

@Marlev,
Il ne faut pas regarder l'islam avec des yeux de chrétien. En islam, il n'est jamais question de foi et de conviction personnelle. Il est question de "moubaya'a", concept qu'on peut traduire par "allégeance".

Le sens le plus proche du terme est le "salut militaire" qui exprime la soumission à une autorité ou la reconnaissance d'une autorité.

Les cérémonies du hidjab peuvent être interprétées comme ces cérémonies dans les écoles militaires lors d'une sortie d'une cohorte ou d'une promotion de nouveaux disciples.

En islam, la raison pour laquelle une personne se soumet à l'autorité officielle importe peu. L'imam se fout du pourquoi vous faites la priére, de faire le ramadan et... l'essentiel est que vous le fassiez.

J'ai vécu longtemps en Algérie et je remarquais que la grande majorité des gens ne pratiquaient pas assidument et que énormément de gens n'observaient même pas le ramadan, mais ils étaient tous soumis à l'autorité islamique. Personne n'osait manger publiquement pendant le ramadan, personne ne disait que ne pas faire ses priéres est bien et personne n'osait dire un seul mot de travers contre l'islam.

Même dans un bar, devant une demi douzaine de bouteilles de bière, un consommateur vous dirait que la prière est obligatoire, "manger le carême" est criminel et boire de l'alcool est strictement haram.

Tous étaient soumis au dictat islamique. Il suffit par exemple que l'état ou l'autorité religieuse fasse une campagne de pression dans la société pour que le nombre de pratiquants soit multiplié par 20 en quelques semaines.

20 à 30% des femmes ne portaient pas le voile, mais si on exige d'elles un signe d'allégeance à l'islam, elles le portent sans rechigner. Personne ne les questionnerait sur leur foi, ni sur leur conviction, ni sur leur conscience. L’essentiel est de se soumettre et en donner une preuve visible.


Minona

@Sceptique

"Voulez-vous fabriquer des sauvages, dépourvus de valeurs et d'objectifs positifs?"

C'est donc là l'idée que vous vous faites des personnes sans religion? Croyez-vous vraiment que les parents qui respectent la liberté de conscience de leurs enfants renoncent obligatoirement à les élever et à leur transmettre des valeurs morales?

En quoi est-il nécessaire de croire qu'un homme nommé Jésus est né d'une vierge mise enceinte par un dieu pour comprendre l'importance d'aimer son prochain, encore que l'amour ne se commande pas et qu'inculquer aux enfants le respect et l'authenticité me semble plus approprié si on ne veut pas en faire des adultes hypocrites qui n'oseront jamais confronter les personnes qui les offensent.

En conditionnant les chrétiens à s'accabler de reproches pour leurs propres fautes tout en pardonnant celles des autres, je crois d'ailleurs que la culture chrétienne a contribué au phénomène de l'occidental repentant qui s'excuse d'exister et qui s'auto-dénigre sans cesse pour expier les fautes réelles ou imaginaires de ses ancêtres, ses prédécesseurs ou ses contemporains.

Gil.

@ Minona

"[...] à les élever et à leur transmettre des valeurs morales?" sic

Les valeurs morales en Occident proviennent essentiellement du judéo-christianisme, qu'on respecte la liberté de conscience ou non, qu'on soit athé ou pas.

_________________________________________

"[...] encore que l'amour ne se commande pas [...]" sic

L'amour comme sentiment ne se commande pas. Mais est-ce ça l'amour? Un sentiment est un sentiment est un sentiment, rien d'autre. L'amour est plutôt un don de soi volontaire (qui peut être ACCOMPAGNÉ de sentiments).
C'est d'abord une décision qui se traduit en acte. Et ça, ça se commande.

EXEMPLE: Dites-moi qui aime véritablement son enfant:

1.- Madame X accouche du bébé qu'elle désire depuis plusieurs années. Elle le cajole, elle le nourrit de toutes parts, mais à mesure que l'enfant grandit et qu'il se différencie, qu'il affirme sa personnalité, elle s'en détourne ou le condamne sur une base quotidienne, plus encline aux remontrances qu'aux encouragements. Le beau bébé n'est plus la sécurité affective qu'il était. Elle enverra plus tard son conjoint le visiter en prison sous prétexte qu'elle a trop de peine. "The crush is off".

2.- Madame Y commence sa relation avec son bébé de la même manière que madame X. Elle s'intéresse à ses difficultés jusqu'au moment de l'adolescence où elle réalise qu'il a besoin de plus de présence, d'écoute et de suivi. Elle s'investit même si elle n'en a pas toujours le goût. Elle réalise qu'il devient de plus en plus demandant et, malgré le petit budget de la famille, elle va, par exemple, jusqu'à se priver de s'acheter un manteau qu'elle a tant besoin pour dépenser les économies qu'elle y consacraient pour acheter un nouveau manteau pour son fils.

Faites donc une distinction entre l'amour "eros" (sentimental) et l'amour "agapès" (caritatif).

________________________________________

"En quoi est-il nécessaire de croire qu'un homme nommé Jésus est né d'une vierge mise enceinte par un dieu pour comprendre l'importance d'aimer son prochain?" sic

Il est nécessaire de croire qu'un homme, un exemple d'humanité nommé Jésus est né pour comprendre qu'il n'y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu'on aime. Évangile selon Saint-Jean chapitre 15, verset 13.

Si vous ne croyez pas à l'Immaculée Conception, c'est votre affaire. Si vous niez qu'il soit né d'un Père céleste, ça vous regarde. C'est du domaine de la foi et la foi est un don de l'Esprit-Saint (qui se demande d'ailleurs dans la prière).
Mais vous ne pouvez pas nier la vie et le message de Jésus qui se situe bien au-delà des mièvres transports de sentiments que les grégaires appellent "amour".

__________________________________________

"[...] En conditionnant les chrétiens à s'accabler de reproches pour leurs propres fautes tout en pardonnant celles des autres [...]"

Faites donc franchement une différence entre la reconnaissance de ses propres fautes et le fait de s'en accabler de reproches. Vous êtes en train de dire que la doctrine chrétienne est masochiste et se base sur l'auto-dénigrement. Votre jugement téméraire frise la calomnie.
Aussi, peut-être préfèreriez-vous que les chrétiens fassent la promotion ouverte de la vengeance, comme le font les musulmans qui suivent les préceptes du coran? Oui, le pardon et la compassion sont les deux leitmotivs de la doctrine chrétienne.
Est-ce que vous vous sentez vraiment mieux lorsque vous généralisez quelques déviations à l'ensemble d'une religion?
Moi je suis chrétien, catholique, et on ne m'a pas conditionné de cette manière.

Mais je suis pécheur...et vous aussi!

Arilés B.

@Sceptique,
En Occident chrétien, les valeurs morales (chrétiennes) se transmettent sans avoir besoin du véhicule religion. C'est ce qu'on appelle la sécularisation. Ces valeurs sont devenues tellement évidentes qu'elles n'ont plus besoin de la chrétienneté pour se transmettre et se faire reconnaitre comme positives, et même indispensables à l'équilibre de la société et de l'individu. La plupart des athées et des non chrétiens en Occident sont trés fortement imprégnés de valeurs chrétiennes. Ces valeurs échappent au clergé, à la bible et au discours religieux en général. La chrétienneté se vit en filigrane, presque dans le subconscient de l'Occidental. Certains gauchistes se montrent fiers que la société se soit affranchie de la religion chrétienne. Ils ne savent pas que les valeurs issues de cette religion n'ont pas été évacuées, mais au contraire assimilées et entrées dans l'usage sans avoir besoin d'être entretenues par les prêches et les discours religieux.

Au contraire, les valeurs islamique ne peuvent survivre sans le concours permanent des religieux. Elles sont si barbares et si contraignantes qu'elles violent carrément la conscience humaine. Le coran ne dit-il pas qu'il prescrit aux musulmans des choses qu'ils détestent, mais c'est pour leur bien?

Même aprés 1500 ans, ces valeurs ne sont pas devenues naturelles dans les sociétés islamiques. Il suffit d'un relâchement des autorités religieuses ou de la démission de l'état pour que ces valeurs s'effritent et disparaissent. il ne subsistent alors dans la société que les quelques valeurs empruntées par l'islam au christianisme (les valeurs morales dites universelles). C'est la raison pour laquelle l'islam est religion d'État dans presque tous les pays musulmans et que l'éducation religieuse est obligatoire dans les écoles publiques jusqu'à la neuviéme année (éléves de 17 ans ou 18 ans).

En fait, l'islam n'a pas de "valeurs profondes" mais des régles et des lois rigoureusement codifiées. C'est un ensemble conçu comme un "check list" où il s'agit de cocher ce qui est fait (ou considéré comme fait) et ce qui reste à faire dans la vie d'un individu. Y croire ou ne pas y croire est accessoire.

Par exemple, une personne que nul n'a vu manger ou boire pendant le mois de ramadan coche la case "ramadan" comme tache faite. Aux yeux de tous et aux yeux des imams, la personne a fait son ramadan.

Toutes les autres choses sont vues ainsi. Une personne qui ne fait jamais ses priéres quotidiennes et qui se pointe chaque vendredi à la mosquée est considéré comme personne pieuse, qui régle sa dette nommée "priére". Elle coche la case priére du fait que tout le monde la voit à la mosquée le vendredi.

Quand je vivais en Algérie, je ne rompais jamais le jeûne en public et je ne disais jamais de mal de l'islam. Aux yeux de tous, j'étais musulman et rien ne pouvait prouver le contraire, même si je ne m'affirmais jamais musulman. Je pouvais aisément cocher toutes mes cases car dans les apparences j'étais musulman. même si j'étais un mécréant, totalement athée et ne croyant ni en Mahomet, ni en le coran, il me suffisait de me taire pour que tout le monde pense que j'étais musulman comme tout le monde.

Un chrétien qui se tait, cache ses croyances et ne montre jamais un signe de sa chrétienneté n'est pas inquiété, même si les gens savent qu'il est chrétien. L'essentiel est de se soumettre et d'accepter que seul l'islam fait la loi ici bas.

Martin

la cérémonie du taklif a Ottawa au centre islamique de l'Imam Al Mahdi - avril 2015

leur page facebook :

https://www.facebook.com/almahdi.ottawa/posts/668182399975475

vidéo de la cérémonie :

https://www.youtube.com/watch?v=pFjzz0j_uVg

Minona

@Gil

"C'est d'abord une décision qui se traduit en acte. Et ça, ça se commande."

Je parlais de sentiment, pas d'acte. On peut s'imposer d'agir comme si on aimait, on ne peut pas s'imposer d'aimer. L'empathie et la générosités sont de grandes qualités et il serait tragique de ne les réserver qu'à ceux que nous aimons mais elles sont différentes d'un sentiment affectueux.

Madame Y n'a peut-être pas toujours le goût de s'investir dans la vie de son enfant mais l'amour qu'elle a pour lui n'est pas moins grand les jours difficiles. De plus, ce qu'elle fait pour son enfant, elle ne se sent pas tenue de le faire pour tout les enfants de la planète.

J'ai été baptisée, je suis allée à l'église toute mon enfance, j'ai suivi de cours "Enseignement moral et religieux" durant 11 ans et j'ai lu la totalité du Nouveau Testament. Le 11e commandement m'a toujours semblé parler d'un amour abstrait, inconditionnel et automatique envers toute l'humanité, du moins c'est de cette façon qu'il m'a été transmis. Pas de discussion, pas de remise en question, il fallait aimer, un point c'est tout. Un tel amour est totalement irréaliste car on ne peut aimer tout le monde, même de façon abstraite, même de loin. C'est tout à fait normal et il n'y a pas lieu de s'en culpabiliser.

De même, on ne peut pas toujours pardonner à tout ceux qui nous ont fait souffrir, en particulier lorsqu'ils n'éprouvent aucun remord de l'avoir fait et que notre souffrance est encore vive. Ce ne serait d'ailleurs pas souhaitable puisqu'ils apprendraient ainsi qu'ils n'ont pas à assumer de conséquences pour leurs comportements. Est-ce qu'un homme qui se croit dans son bon droit de brutaliser sa femme cessera ses agissements si elle lui pardonne systématiquement?

"Il est nécessaire de croire qu'un homme, un exemple d'humanité nommé Jésus est né pour comprendre qu'il n'y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu'on aime."

Absolument pas. Vous devez ressentir un bien grand mépris pour les non-chrétiens pour les croire incapables de sacrifier leurs vie pour ceux qu'ils aiment et même pour des gens qui leur sont étrangers. Dans quel monde vivez-vous? Les sociétés de cultures chrétiennes n'ont pas le monopole de la bonté.


"Si vous ne croyez pas à l'Immaculée Conception, c'est votre affaire".

À vous lire, on croirais que c'est un choix et que je pourrais recommencer à croire si je le voulais bien. Dans mon cas, croire aveuglément et sans preuve était moins un "don" que le résultat d'un conditionnement mental. Maintenant que j'en connais un petit peu plus sur la nature et l'univers, il m'est aussi impossible de croire qu'une vierge a enfanté le fils d'un dieu que de croire que la Terre est plate. De même, les anges et les démons me sont aussi réels que les licornes et les dragons.


"Mais je suis pécheur...et vous aussi!"

Bien sûr que je suis une pécheresse mais lorsque j'étais encore chrétienne, je ne me considérai pas comme une élue que l'appartenance à cette religion rend moralement supérieure. Si vous voulez vous exercer à l'amour du prochain, je vous recommande cet exercice: prendre garde à ne pas piétiner les sentiments de votre prochain en écrivant vos commentaires. Je ne sais pas si vous avez des amis non-chrétiens mais en vous exerçant avec des gens qui ne vous sont rien, vous n'en auriez que plus de mérite.

Gil.

@ Minona

PRÉJUGÉS:

" Vous devez ressentir un bien grand mépris pour les non-chrétiens pour les croire incapables de sacrifier leurs vie pour ceux qu'ils aiment et même pour des gens qui leur sont étrangers."

"[...] en vous exerçant avec des gens qui ne vous sont rien [...]"

Étant donné que, dans votre vision de la communication, confronter les arguments de quelqu'un est recadré comme étant "piétiner les sentiments de votre prochain", je cesse donc de vous considérer comme une interlocutrice valable.
En tentant de m'expliquer sur un sujet qui vous exècre et que vous ne maîtrisez visiblement pas, vous aurez encore à vous plaindre d'être heurtée dans votre sensibilité pour ensuite vous venger en lançant de grossiers préjugés qui s'apparentent en fait beaucoup aux licornes et aux dragons...

I'm out!

Minona

@Gil

"Étant donné que, dans votre vision de la communication, confronter les arguments de quelqu'un est recadré comme étant "piétiner les sentiments de votre prochain, je cesse donc de vous considérer comme une interlocutrice valable."


Parce que vous m'avez déjà considérée comme telle peut-être? Je ne désire pas me venger de vous, se serait vous accorder une importance disproportionnée. Ce n'est pas qu'on ne soit pas d'accord avec moi qui me dérange, c'est qu'on use d'un ton arrogant pour s'adresser à moi.

Vous serez mieux placé pour parler de compassion le jour d’où vous réaliserez que vous ne savez rien de la personnalité ou du vécu des personnes à qui vous écrivez des commentaires, notamment de leur instruction religieuse et de la façon dont on la leur a inculquée. Évitez donc de présumer de leur vision des choses ou de leur valeur comme interlocuteur.

Polémos

Gil, j'ai lu votre échange avec Minona et je vois que vous avez l'épiderme bien sensible (et fragile) lorsqu'il s'agit de VOTRE foi. Vous croyez que tous les soldats canadiens qui sont morts en Afghanistan pour défendre VOTRE (et notre)civilisation laïque et chrétienne étaient tous, sans exception, des croyants chrétiens? Et pourtant, ils ont sacrifié leur vie «pour des gens qui leur sont étrangers»...

Par ailleurs, QUI êtes-vous pour affirmer qu'il «est nécessaire de croire qu'un homme, un exemple d'humanité nommé Jésus est né pour comprendre qu'il n'y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu'on aime»? Cette affirmation relève strictement de votre FOI.

Par ailleurs, ne pas croire à la virginité de la vierge Marie n'équivaut pas à un préjugé selon lequel ce dogme (souvenons-nous que c'est un DOGME)relève des licornes et des dragons. La «virginité» de la vierge Marie relèverait plutôt du ... miracle! Ou de la foi...

La religion (et le catholicisme n'échappe pas), c'est l'organisation de l'irrationnel. Seule la FOI tient ensemble tout l'édifice des dogmes qui la compose.

Gil.

@ Polémos

1.- JE N'AI JAMAIS AFFIRMÉ QU'il fallait absolument être chrétien pour se sacrifier. J'ai laissé entendre que le sacrifice (donner sa vie pour ceux qu'on aime) faisait typiquement partie du christianisme puisque donné en exemple par Jésus. Ce Jésus a donné volontairement sa vie pour l'humanité.
Je crois que la plupart des soldats qui vont au front sont victimes d'un jeu de roulette russe qu'il ont initié lorsqu'ils se sont enrôlés dans l'armée en vue des "avantages" offerts. Lorsque la guerre éclate, une guerre que la plupart des soldats ne souhaitent pas, ils ne peuvent plus changer d'idée, ils ne peuvent plus déserter. En ce sens, plusieurs d'entre eux y vont par résignation plutôt que par choix. Ils ont cependant toute mon admiration pour le courage qu'ils doivent arriver à déployer à chaque instant. Mais le font-ils vraiment pour moi? (Ne répondez pas. La réponse n'appartient qu'à chacun d'eux, individuellement.)

2.- Si vous connaissez l'histoire de Jésus, si vous avez vu par exemple le film The Passion of the Christ (2004) de Mel Gibson, qui nous parle de la vie de cet "exemple d'humanité" avec toute la rigueur que les hommes de sciences corroborent unanimement, si vous lisez attentivement les Évangiles, vous verrez qu'il n'y a pas sur cette terre beaucoup de personnages dont les bottines ont suivi les babines avec une telle intensité. Il y en a très certainement d'autres, mais ils ne m'ont personnellement jamais touché autant.

3.- Je n'ai jamais mis ensemble les expressions virginité de la vierge Marie et préjugé. La virginité de Marie est une chose, les préjugés à mon égard en sont une autre (et je les ai bien nommés d'entrée de jeu, et je ne discute pas avec des préjugés semblables).
Sachez cependant que je suis entièrement d'accord avec ceci: "La «virginité» de la vierge Marie relèverait plutôt du ... miracle! Ou de la foi..." Well put!

4.- Il est faux, voire simpliste, de réduire le catholicisme à un édifice de dogmes.
L'irrationnel que vous mentionnez s'appelle Jésus-Christ. Je l'admire et je l'adore comme mon Maître et mon Dieu justement parce que ce qu'il a enseigné EST irrationnel (Matthieu 5, 3-12), mais Ô combien salvateur!

5.- Lâchez moi l'épiderme...je défends ma foi en Jésus et en la religion qu'il a lui-même institué. Je ne me sens pas plus forcené pour autant. L'Évangile est gravée sur mon coeur: débattez avec moi et je vous en soufflerai certainement quelques passages. Ne serais-ce que pour vous rappeler que sans le christianisme et les traces qu'il laisse dans l'histoire des civilisations, notre monde (et le vôtre) ne serait qu'un lieu de haine et de barbaries sans espoir, malgré les erreurs patentes de certains "croyants".

Hélios d'Alexandrie

@ Minona,

Je vous cite: " Le 11e commandement m'a toujours semblé parler d'un amour abstrait, inconditionnel et automatique envers toute l'humanité, du moins c'est de cette façon qu'il m'a été transmis. Pas de discussion, pas de remise en question, il fallait aimer, un point c'est tout. Un tel amour est totalement irréaliste car on ne peut aimer tout le monde, même de façon abstraite, même de loin. C'est tout à fait normal et il n'y a pas lieu de s'en culpabiliser."

Je suis d'accord avec vous l'amour pour toute l'humanité ne se commande pas mais il est loin d'être abstrait, il existe et il se manifeste tout le temps.

Exemple: dans un village pas loin de chez nous il y a des cultivateurs québécois à la retraite qui ont mis sur pied une sorte de fondation pour aider des cultivateurs africains musulmans. Ils ne se contentent pas d'envoyer de l'argent et de l'équipement, ils y vont à tous les ans, malgré la fatigue du voyage et la chaleur pour conseiller, aider et encourager. Ils le font sans faire de bruit, gratuitement, en payant même de leur poche et ça les rend très heureux. Ces cultivateurs sont de bons chrétiens, ils ne cherchent nullement à propager leur foi, ça ne leur vient même pas à l'esprit. Qu'est-ce qui les pousse à agir ainsi? L'idée que quelque part dans ce vaste monde il y a plein de gens qui ont besoin d'aide, ces gens sont leurs frères dans l'humanité, mais aussi leurs frères en Jésus-Christ: "Tous ce que vous avez fait pour un de ces petits, c'est à moi que vous l'avez fait" a dit Jésus. On est bien loin de l'abstraction et de la théorie, on est bien plus que dans la pratique, on est ici au cœur de la vie.

Et l'amour chrétien c'est simplement ça.

Il peut aussi se manifester de différentes manières, il n'en tient qu'à la personne de la trouver:

Autre exemple: des chirurgiens cardiaques, des anesthésistes et des technologistes québécois, vont à tous les ans en Égypte, à Assouan pour opérer des enfants égyptiens souffrant de malformations cardiaques congénitales, ils y restent au moins un mois. Ils n'empochent aucun salaire, ils le font gratuitement et eux aussi y trouvent leur bonheur.

Mais il n'est pas nécessaire d'aller bien loin, car l'amour chrétien ou si l'on préfère, le Royaume de Dieu comme le dit Jésus-Christ: "n'est pas ici ou là-bas, il est parmi vous" Il peut prendre le visage d'un collègue de travail ou d'un membre de la famille qui traverse une période difficile et qui a besoin d'empathie, d'une simple présence ou d'une oreille attentive. L'amour c'est aussi l'intelligence du cœur, la bonté, la capacité d'accueillir sans le juger celui qui souffre, qui est angoissé, ou qui est en colère.

Et vous remarquerez une chose, l'égo, le moi s'il prend beaucoup de place, interfère toujours avec l'amour.

Je vous cite encore: "De même, on ne peut pas toujours pardonner à tout ceux qui nous ont fait souffrir, en particulier lorsqu'ils n'éprouvent aucun remord de l'avoir fait et que notre souffrance est encore vive. Ce ne serait d'ailleurs pas souhaitable puisqu'ils apprendraient ainsi qu'ils n'ont pas à assumer de conséquences pour leurs comportements. Est-ce qu'un homme qui se croit dans son bon droit de brutaliser sa femme cessera ses agissements si elle lui pardonne systématiquement?

Pardonner ne veut pas dire ne pas se protéger ou accepter de subir des sévices à répétition, ce genre de pardon s'apparente au masochisme. Pardonner c'est ne pas en vouloir éternellement à celui qui nous a fait du mal. La rancune, le ressentiment, la haine font beaucoup de mal à ceux qui les ressentent et les entretiennent, ils les rendent malheureux, pire ils les attachent durablement à la personne qui est à la source de ces sentiments négatifs. On reste bien plus attaché par la haine que par l'amour.

Pardonner par ailleurs s'accorde parfaitement avec la justice, en fait sans justice il n'est pas possible de tourner la page, c'est une question d'hygiène mentale. Une femme humiliée et violentée par son mari, doit non seulement chercher protection, elle doit réclamer justice contre son mari, pas pour la vengeance mais pour la prévention et pour la leçon. C'est le principe de "qui aime bien châtie bien". L'amour d'autrui n'exclut pas l'amour de soi et sa propre protection. Il s'accorde avec la raison, le bon sens et la maturité d'esprit qui exigent de mettre fin à la violence et de prendre en charge l'homme violent, par les voies légales si nécessaire, afin de l’empêcher de nuire et éventuellement le réhabiliter.

Curieusement c'est cette notion dévoyée du pardon qui est responsable d'autant de tragédies. On pardonne facilement aux chauffards alcooliques récidivistes qui tuent à répétition, aux violeurs et mêmes aux assassins. On dénonce la "justice punitive" au détriment de la protection du public; il y a de l'idéologie là-dedans et du laxisme, et c'est bien loin de l'amour chrétien.

Je vous cite encore: "Dans mon cas, croire aveuglément et sans preuve était moins un "don" que le résultat d'un conditionnement mental"

La foi n'a rien à voir avec le fait de croire aveuglement, sans preuve et elle est tout à fait étrangère au conditionnement mental. La foi ce n'est pas la croyance ou la conviction, elle n'est pas non plus la certitude et elle n'a rien à voir avec la restriction mentale.

La foi est un chemin intérieur qui n'exclut pas le doute, le chemin est long et il est jalonné d'étapes qui sont autant d'approfondissements. Personne ne peut prétendre avoir atteint le but ultime, et il n'y a pas de foi sans amour.

La foi chrétienne est distincte du fait d'embrasser des valeurs chrétiennes. La civilisation occidentale aujourd'hui se veut postchrétienne, c'est à dire qu'elle n'a pas besoin de dogmes chrétiens pour maintenir et promouvoir des valeurs chrétiennes. En soi ce n'est pas une mauvaise chose à condition que l'origine de ces valeurs soient reconnue et qu'on ne s'amuse pas à dénigrer le christianisme tout en s'attribuant la paternité de ses valeurs.

Il est temps que les occidentaux fassent la paix avec eux-mêmes et qu'ils renouent avec leurs racines.

Hélios d'Alexandrie

Gil.

** Dieu déteste le péché. Il aime le pécheur, comme un p'tit fou.

** Le pardon n'est pas une invention humaine. Dans bien des circonstances, il est impossible de pardonner sans l'aide de Celui qui a introduit cette approche humaine dans notre monde.

** Ceux et celles qui se demandent où est Dieu dans ce monde violent et pervers n'ont jamais été aussi proches de Jésus qui s'est aussi posé la même question. (Matthieu 27, 46.)

Minona

@Hélios d'Alexandrie

"Et l'amour chrétien c'est simplement ça."

C'est un très bel exposé mais ce n'est malheureusement pas ainsi que les prêtres de mon enfance et les enseignants du cours d'enseignement moral et religieux me parlaient de l'amour et du pardon. Il n'y a que dans le volet "moral" de ce cours (qui était aussi dispensé aux élèves non-chrétiens qui suivaient un cours appelé "Enseignement moral"), que l'on nous parlait de générosité, de règlement pacifique de conflit, d'honnêteté, etc.


"La foi n'a rien à voir avec le fait de croire aveuglement, sans preuve et elle est tout à fait étrangère au conditionnement mental."

Si on avait attendu que je sois adolescente avant de me dire "Eh, tu sais quoi? Il y a 2000 ans, Dieu a envoyé un ange annoncer à une vierge qu'elle allait mettre son enfant au monde et cet enfant est devenu un guide spirituel qui pouvait changer l'eau en vin, multiplier les pains et les poissons, guérir les aveugles et ressusciter les morts", je n'y aurais pas cru 3 secondes. Je ne l'ai fais que parce que c'est ce qu'on m'a répété messe après messe, cours de religion après cours de religion à partir de l'âge de 5 ans. Si on avait entretenu de la même manière ma croyance au Père-Noël, qui sait si je n'y aurais peut-être cru aussi longtemps?


"Il est temps que les occidentaux fassent la paix avec eux-mêmes et qu'ils renouent avec leurs racines."

Je suis en paix avec moi et mes racines et j'ai toujours été la première à prendre la défense du christianisme lorsque celui-ci est calomnié, en particulier sur les blogues du Journal de Montréal où sévissent de nombreux islamophiles et multiculturalistes adeptes du relativisme moral. Ce avec quoi, j'ai un problème, ce sont les innombrables commentaires écris par des chrétiens qui croient détenir le monopole de la bonté et qui parlent des personnes sans religion comme si elles étaient sans morale et vides spirituellement. Ils ont une attitude méprisante, arrogantes qui me semble bien peu chrétienne. Il y a des athées/agnostiques qui ont une attitude semblable envers les personnes qui adhèrent à une religion mais je n'ai jamais imité leur comportement.

Quelles que soient nos croyances, nous venons sur ce blogue pour nous informer sur les dangers de la doctrine musulmane, pas pour instaurer une guéguerre infantile entre chrétiens et non-chrétiens. Les non-musulmans doivent être capables de s'unir contre la propagande islamiste malgré leurs divergences de croyances.

Gil.

@ Hélios d'Alexandrie

Je dois admettre que votre approche didactique a plus de chance de coller à la réalité, aux principes, à l'attitude et voire même, à la confusion de certaines personnes. Je vous en attribue sincèrement tout le crédit de même que je m'incline devant le bien-fondé du raisonnement.

Certaines autres personnes ont besoin d'une franche confrontation pour sinon sortir, du moins être ébranlés dans leur "narcissisme qui obscurcit".

Ainsi peuvent-ils rencontrer un Jean fils de Zébédée ou un Paul de Tarse selon les besoins et la guidance de l'Esprit-Saint. Mais rencontrer les deux, ça c'est le jackpot!

Et l'aveugle peut enfin voir... s'il le veut...

Minona

@Gil

Confusion, narcissisme et cécité. Et c'est moi qui ai des préjugés. La paille et la poutre, vous connaissez?

Polémos

À Gil,

Je n'ai rien contre la pratique des religions qui se disent chrétiennes; celles-ci ont même leurs vertus. Ce qui me braque, c'est qu'elles se posent comme étant la Vérité (avec le doigt levé vers le ciel). Les autres religions le font aussi d'ailleurs. Le pratiquant a trouvé la Vérité. Jésus, d'ailleurs, a dit : «Je suis la Vérité.» lors de sa comparution devant Ponce Pilate, ce à quoi Pilate a répondu : « Qu'est-ce que la vérité?»... et s'est éloigné sans même attendre la réponse. C'est cette attitude de Pilate qui en fait mon passage préféré des Évangiles.

Ce qui s'est passé avant le Big Bang (et le sort de l'Univers) est un bar ouvert (be my guest) à toute les spéculations, croyances, hypothèses, affirmations, you name it. Devant ce mystère, je préfère garder un silence respectueux.

Ann

Que fait le gouvernement canadien????
Et les partis politiques sont ils dja achetés et en dhimmitude de cet islam???

Ann

J ajoute que font les associations du droit de l enfance???
Et les associations scolaires et gouvernementales pour autoriser des écoles coraniques et madras sas dans un pays comme le Canada??
Les élus et media sont ils aveugles devant ces futures bombes sociales????

Inacceptable faut vous réveiller et agir

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.




Don mensuel @ Poste de veille

Ou faire un don par chèque

DONS PAR CHÈQUE