« La liberté d'expression en danger au Québec | Accueil | Radicalisation et promotion du califat (Réponse à Hicham Tiflati) »

01/02/2016

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Michèle D.

Asra Nomani est une des grandes voix de la réforme chez les Musulmans.

Merci d'avoir fait référence à son article.

Je rappelle le lien vers le site web du Muslim Reform Movement: http://muslimreformmovement.org/. Ils sont sur Facebook.

Ils ont aussi le hashtag suivant: #MuslimReformMovement.

Minona

"Cet amalgame du mot hijab avec le mot laïque «foulard» est trompeur. «Hijab» signifie littéralement «rideau» en arabe. Ce mot signifie également «cacher», «obstruer», et «isoler» quelqu’un ou quelque chose. Il n’est jamais utilisé dans le coran pour signifier foulard."

Effectivement. Le Coran utilise les mot "khimar" (24.31) et "jalâbibihinna" (33.59). Ni l'un ni l'autre ne désigne un foulard devant impérativement couvrir les cheveux, les oreilles et le cou. Assez révélateurs, les vêtements féminins arabes de l'époque n'avaient rien à voir avec la tenue islamique "moderne".

Bien avant l'islam, les voiles que portaient les femmes arabes libres, étaient d'abord le marqueur d'un statut social élevé et non un signe de pudeur. Les esclaves n'avaient d'ailleurs pas le droit de le porter. Par la suite, même la conversion à l'islam n'y changeait rien.

Dans le Coran, en 24.31, on demande aux musulmane de rabattre leur Khimar sur leur poitrine. Toutefois, selon Sami Aldeeb, (chercheur, traducteur du Coran et professeur de droit musulman), ce verset parle de cacher le sexe et non la poitrine. Il s'appuie en cela sur une variante du verset utilisant le mot "juyub" qui signifie "fente" et qui est utilisé pour désigner le sexe féminin dans une variante d'un autre verset (66.12).

En 33.59, on leur demande de ramener leur jalâbibihinna sur elles pour être reconnues et évitent ainsi d'être "offensées" (harcelées, violées, etc). Si le voile protégeait les femmes, ce n'était donc pas parce que la vue d'une chevelure féminine transformaient les hommes en bêtes assoiffées de sexe mais bien parce que dans la culture arabe, il était considéré comme normal de violer les esclaves (ce que permet d'ailleurs le Coran) et que les femmes libres devaient porter un signe qui les distingue. La nuance est énorme!

Si les esclaves de l'époque avaient été les seules à porter un voile ou des vêtements couvrants, qui sait si le Coran n'aurait pas ordonné aux femmes de se promener tête nue?

Polémos

S'agissant du déficit d'intégration comme couvre-chef, du cache-sexe porté fièrement sur la tête, du marqueur de territoire en forme de tissu, du vêtement préliminaire à la célèbre catafalque que l'on porte pour aller voter, il ne semble pas que cette idiote de Michèle Obama, enfoulardée et ridicule, fasse la même lecture que Asra Q. Nomani et Hala Arafa font du voile islamique.

Attifée comme une soumise, Michèle Obama ressemble à l'horrible femme de Recep Tayyip Erdoğan, ci-devant président de la Turquie. Quelle image pitoyable que donne cette pseudo-féministe (car elle se dit féministe, n'en doutez pas!). Et en plus, son président de mari et elles se pointent à une mosquée au présent et au passé rien moins que glauque. Le tableau est complet.

Tout ça pour montrer leur Vertu multiculturaliste et faire mal paraître les Républicains en cette période électorale républicaine. Encore un an avant que ce pénible couple ne débarrasse enfin le plancher.

http://www.dreuz.info/2016/02/01/pour-soutenir-les-musulmans-obama-sest-rendu-dans-une-mosquee-et-pas-nimporte-laquelle/

Sceptique

Les femmes afghanes à Kaboul dans les années 60 et 70 portaient la minijupe: http://www.dorffer-patrick.com/article-afghanistan-mini-jupe-et-robe-courte-a-kaboul-en-1970-119970519.html

Étaient-elles moins musulmanes pour autant?
Cet accessoire infâme est l'équivalent féminin de l'étoile de David dans les années 30 et 40. Avec exactement le même objectif et imposé par le même genre d'individus.

Caughnawaga

Ça fait penser à l'époque victorienne, où les hommes tombaient en pâmoison à la vue d'une cheville ou d'un mollet. Je pense juste au costume de bain de l'époque. Ça devait être l'enfer, c surprenant qu'il n'y ait pas eu plus de noyades que ça. 😄😄😄😄😄

Voländer

«LES PUTES VOILÉES N’IRONT JAMAIS AU PARADIS», essai politique de Chandoritt Djavann. Éd. Grasset, avril 2016. - «À travers ce voyage au bout de l’enfer des mollahs, on comprend le non-dit de la folie islamiste : la haine de la chair, du corps féminin et du plaisir. L’obsession mâle de la sexualité et la tartufferie de ceux qui célèbrent la mort en criant « Allah Akbar ! » pour mieux lui imputer leurs crimes.»

(vidéo: 7 min.) Les islamistes sont des frustrés sexuels ! «L'idéologie islamique est basé sur un despotisme érotisé, les islamistes haïssent leur propre objet de désir, i.e: la femme. Ils haïssent leur part de féminité » [...] Cette frustration sexuelle fait partie du problème de la radicalisation et de l'islamisme.

Le voile, c'est le drapeau de l'oumma.
L'Arabie saoudite et l'Iran voilent toutes les femmes. En voilant la moitié de la population, ces pays islamiques transforment les femmes en OBJETS TABOUS, en OBJETS INTERDITS. En transformant la moitié de la population en objets interdits, ils tiennent (sous leur joug) l'autre moitié de la population. Ils contrôlent la libido des hommes, les pulsions psychiques de tous les hommes. Ainsi, le système islamique contrôle la vie de TOUT LE MONDE, et ce, même dans leur vie intime, dans leur vie sexuelle.»
http://www.delitdimages.org/putes-voilees-niront-jamais-paradis/

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.




Don mensuel @ Poste de veille

Ou faire un don par chèque

DONS PAR CHÈQUE