« Syrie : Obama préfère les Frères musulmans | Accueil | Canada : un projet de loi vise l'abolition des pouvoirs de censure de la commission des droits »

29/09/2011

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

pochtron

C'est un angle d'attaque intéressant : l'islam est un ramassis de discours incohérents fabriqué (par des attardés mentaux, c'est moi qui l'ajoute) dans un but de pouvoir pour asservir mentalement les populations.
Le problème, c'est qu'il en va de même des deux autres religions "révélées". La Bible est un tissu de fables, bien plus récent que ne le voudraient ses sectataires, aucune trace archéologique ne vient confirmer les racontars ahurissants qu'elle contient (de nombreuses études, conduites notamment par d'éminents juifs, le démontrent). Là aussi, c'est un amas de légendes destiné à unir un peuple nomade, en empruntant des principes à d'autres religions antérieures.
Et les évangiles ont été écrits tardivement, des décennies après les faits, et triturés, manipulés, traduits, sélectionnés (on n'en a gardé que quatre, alors qu'il y en a d'autres)...
Tout ça n'est que pauvres légendes, avec pour but essentiel, sinon unique, d'asservir les esprits simples. Et ça a marché.
Les religions révélées ne sont que source de haines et ont été l'un des principaux freins à l'essor mental et humain de l'humanité. Par exemple, les progrès de l'Europe n'ont commencé à être vraiment spectaculaires que lorsque la chrétienté a commencé à reculer, à la Renaissance. Les grecs, les romains, avant, avaient créé des civilisations puissantes et superbes (le miracle grec, quelle splendeur) sans le petit juju, et ça marchait très bien. Et puis il y a eu l'étouffoir chrétien. On a failli ne jamais s'en remettre. Et on ne s'en remettra peut-être jamais puisque, pour continuer à exister, l'Eglise en est réduite à sa composante "tendre l'autre joue", qui l'amène à tendre la main à des doctrines aussi rétrogrades que l'islam, et à transformer ses ouailles en moutons bêlants d'humanité mal comprise.
Les religions (au moins les religions "révélées") sont la plus belle escroquerie mentale des derniers millénaires et le frein le plus lourd à ce qui fait l'homme : sa capacité à réfléchir.
Mais, incontestablement, mieux vaut un catholicisme mourant qu'un islam conquérant et écumant de rage.

Lorraine

Votre exposé est très intéressant pour une personne qui a l'habitude de réfléchir par elle-même. J'ai côtoyé des musulmans et musulmanes et leur obsession envers l'islam paralyse leur esprit donc pour moi seulement quelques personnes un faible pourcentage, je dirais peuvent se libérer de l'emprise de l'islam sur leur raison. Le fait pour un musulman de faire des études ne le libère pas de l'obsession islamique, regardez le psychiatre de l'armée américaine qui a tué 13 personnes à Fort Hood, son âme est souillée en profondeur. Beaucoup d'appelés mais peu d'élus comme disait un certain type un jour en Galilée. Ne craignez pas ceux qui tuent le corps, mais ceux qui tuent l'esprit....Merci encore j'apprécie.

Nilby

Excellent!
Merci, Olaf de Paris. On en redemande car vous apportez l'espoir...

TRESP

"J'ai le plaisir de vous annoncer une nouvelle chronique sur Poste de veille : la chronique d'Olaf de Paris."
Excellente résolution, merci!

Azru

Bonjour Olaf,
Je voudrais sincérement poser une question: comment fait-on pour se battre contre des textes véhiculant des idées?
Concrétement: comment aurait-on pu lutter contre le nazisme en n'utilisant que des idées contre les idées contenues dans Mein Kampf et autres textes de la doctrine nazie?

Il n'y a aucun doute que l'islam, articulé autour de la charia et de la doctrine du djihad est un pot de terre, mais ce n'est pas sa substance qui fait sa force. Ce sont ses méthodes et ses outils qui lui permettent de perdurer. Les méthodes et les outils ne servent à rien sans une main pour les actionner. Je veux dire une main humaine. C'est comme ça que l'islam perdure depuis prés de 15 siécles.
La raison existe aussi dans les pays musulmans. Il y a bien des médecins, des architectes, des ingénieurs...musulmans et bons pratiquants. D'ailleurs, le monde musulman n'a jamais été aussi rationnel qu'aujourd'hui. Les élites musulmanes, le plus souvent plurilingues, ont les mêmes lectures que les élites occidentales. Même le petit peuple musulman sait ce que sont la démocratie, les droits humains, l'égalité entre hommes et femmes, la liberté d'epression, la liberté de conscience etc... Le fait est que ces valeurs, ni les élites musulmanes, ni le petit peuple n'en veut. Ils ne veulent pas de la civilisation judéo-chrétienne ni de ses valeurs qu'ils ne reconnaissent pas comme étant universelles. Je viens d'Algérie. J'ai fait toutes mes études en Algérie, en français, baignant dans une société arabo-musulmane, totalitaire, trés oppressive, sans aucun contact direct avec l'Occident pendant prés de 40 ans.
J'ai appris à l'école tout ce qu'il faut savoir sur la civilisation judéo-chrétienne (certains préférent le qualificatif "greco-romaine") et tout ce qu'il faut savoir sur la civilisation arabo-islamique. Forcément, tous mes camarades fréquentant le même systéme éducatif ont appris la même chose que moi. Pourtant, seule une petite minorité a rejeté les valeurs arabo-islamiques pour embrasser totalement les valeurs greco-romaines et sans se revendiquer musulmans. La majorité se soumet à l'oppression et à la pression sociale. Sans parler de la loi suprême qui consacre l'islam comme religion d'état et qui réprime donc toute "atteinte aux valeurs islamiques". Nul n'ignore que dans ces pays, choisir un mode de vie occidental est une "grave atteinte aux valeurs islamiques".
On est bel et bien en plein choc de civilisations. Ce choc se manifeste à grande échelle ou à 'échelle des individus dés que les valeurs musulmanes se trouvent face aux valeurs judéo-chrétiennes. Et cela depuis des siécles. Plus exactement depuis 15 siécles.

Pour résumer mon idée, j'userai d'une parabole: Une vieille maison désuéte, inconfortable et inhabitable ne s'écroulera pas d'elle-même tant qu'une armée de maçons reste à son chevêt pour la réparer et l'entretenir.
la seule façon de la voir dépérir est d'éloigner d'elle les maçons. je reste encore politiquement correct et je ne dirais pas qu'il faut lui foncer dedans avec un bulldozer.


aipaul, que l'islam

Bonjour Olaf,
J'ai lu tous les livres que vous citez et j'admire l'érudition de ces auteurs.
Cependant, lorsque Kessel a écrit son livre, ("Les cavaliers") les recherches archéologiques et linguistiques n'avaient pas encore été réalisées en Afghansitan (ex- Bactriane), car elles datent de 1970.
Nous savons maintenant que l'Afghanistan fut une grande civilisation avant l'islam : c'était le pays de l'Avesta, et de Zoroastre qui refusait le sacrifice rituel des animaux et les revenus exorbitants que ces sacrifices rapportaient aux religieux.
Puis ce fut le pays du Bouddhisme et du grand philosophe Longchenpa, traduit récemment en français.
et sans doute de tant d'autres que nous découvrirons.
Ma consolation : ces exemples montrent que la barbarie est plus liée aux idéologies qu'à la génétique.
Je dirais , comme Naipaul, que l'islam a détruit toutes les civilisations de l'Antiquité, de l'Afrique du Nord, au Bengale en passant par l'Egypte et la Mésopotamie.

Cyril

Bonjour. Bravo et merci pour votre excellent exposé.
C'est clair, bien argumenté avec les liens adéquats.
Je piaffe d'impatience de lire votre prochaine chronique.

Madeleine G.

Bonjour Olaf. Merci pour ce bel exposé.

Par contre, je suis sceptique et moins optimiste que vous. Puissiez-vous avoir raison !

Les musulmans ne se posent pas tant de questions par rapport à l'islam. Pour que se concrétise votre conclusion, il faudrait qu'ils fassent le même parcours et la même recherce que vous. Hélàs, le ¨filtre de la raison¨ comme vous dites, semble leur faire défaut.

Olaf

Merci à mes lecteurs pour leurs avis, j'y suis très sensible.

Un semblant de réponse, bien rapide, à vos critiques : il me semble vain de n'opposer à l'Islam, à sa tentative de grignotage de l'Occident, aux revendications des musulmans, qu'une résistance frontale, force contre force, muscles contre muscles, aveuglement contre aveuglement ... Et à terme fanatisme contre fanatisme ?

Agir ainsi ne fera que conforter les musulmans dans leur rejet de l'Occident et de ses valeurs, et l'on n'atteindra pas le vrai ennemi, la doctrine islamique. Cette doctrine doit être systématiquement dénoncée pour sa fausseté, sur des bases scientifiques, rationnelles et indiscutables, en toute occasion. C'est sa dénonciation qui doit soutenir l'action anti-Islam et non le ressentiment, aussi difficile que cela puisse être.

Un exemple : il eût mieux valu, lorsque les identitaires français envahirent un fast food Quick halal à Lyon, grimés en cochons, qu'ils explicitassent leur action autant par le non-sens d'un point de vue scientifique de l'interdiction du cochon (en distribuant par exemple un rapport d'analyse comparée des protéines de bacon de cochon et de "bacon de dinde" censé le remplacer dans les sandwichs halal), que par la nécessité de la défense toute légitime de l'identité française traditionnelle.

Je tâcherai de développer tout cela dans mes chroniques à venir ...

Hélios d'Alexandrie

@ Olaf,

J'aime bien votre conclusion: "le pot de fer est le plus solide qu’en tant qu’il est en fer … L’Occident ne prévaudra qu’en tant qu’il est ce qu’il doit être, progressiste, scientifique, humaniste et rationnel. Bien plus que l’islam, le danger véritable qu’affronte l’Occident est celui de son affaiblissement moral, d’une certaine perte de confiance dans ses qualités et ses valeurs."

Je pourrais résumer votre conclusion de cette façon:"l'occident prévaudra à condition de renoncer à son masochisme".

Cela nous ramène à la définition anglaise de la société occidentale en tant que "guilt society" ou société du complexe de culpabilité, lequel est un sous-produit du judéo-christianisme. Ce complexe de culpabilité est responsable du masochisme des élites qui a donné naissance au relativisme culturel. Sans lui l'islamisme n'aurait jamais progressé en occident.

Cela revient à dire que le "pot de fer" outre qu'il doit être en fer (il l'est dans les faits) doit également se percevoir lui-même comme étant en fer. En d'autres termes le masochisme intellectuel et le relativisme culturel ne changent rien à notre réalité, ils nous imposent toutefois une perception erronée de celle-ci qui mine notre moral et nous fait accepter d'avance la défaite.

Votre chronique, instructive et superbement argumentée, constitue, à bien des égards, une thérapie, elle atteint son but, celui de nous faire prendre conscience objectivement de "l'état des forces en présence".

Prendre conscience de notre force et de notre héritage c'est cela qui nous permettra de défendre et de promouvoir la civilisation la plus achevée de l'histoire humaine, la nôtre!

Hélios d'Alexandrie

Olaf

Merci Hélios !

Une précision sur ma chronique : le lien vers les vidéos de Frère Bruno Bonnet Eymard, dans le blog de Pascal que je cite, est mort. Voici un lien qui fonctionne : http://www.youtube.com/watch?v=CnEzk_nDj48

Sandrine

“publier, publier, publier…en parler aux musulmans”

Je lis votre réponse aujourd’hui sur Bivouac mais je la trouve très angélique, voire naïve. Excusez-moi si je vous choque.
Les musulmans ne sont pas de nature à nous écouter. Ni même à nous entendre. J’ai été prof quelques années dans un quartier sensible, alors je les connais : ils n’acceptent et ne respectent que la force.
Je vais vous raconter une histoire vraie. X avait fait ses études de médecine en France avec un Iranien, AVANT la chute du shah. Iranien complètement occidentalisé. Puis il est retourné s’installer dans son pays. X est allé le voir peu après. Eh bien…l’Iranien avait été entièrement repris par sa culture. Par exemple, impossible pour la femme de X de voir la femme de l’Iranien. Elle était recluse dans le “quartier” des femmes. D’ailleurs il avait sans doute sombré dans la polygamie. Je suis très pessimiste : la plupart de ces gens là sont perdus pour nous. Lobotomisés.
A part des gens comme Joseph Fadelle, qui s’est converti en…lisant le coran (!!!), je ne crois pas que les musulmans vont se laisser ouvrir les yeux par nous, gentiment, autour d’un verre de…de quoi, au fait ?…Avons-nous seulement des occasions de leur parler sérieusement ?… Les musulmans sont très tenus par leur communauté, leurs imams, leurs traditions, leurs familles soupçonneuses et espionneuses. La prière cinq fois par jour les verrouille dans leur religion totalitaire et suprémaciste. On ne les a pas habitués à réfléchir, juste à obéir. De plus on leur a raconté des rases sur les Occidentaux, par exemple que toutes les Françaises trompent leurs maris : c’est ce que m’a sorti un Algérien responsable du stand de l’Algérie au Salon du Livre de Paris.
Je ne crois pas que les musulmans puissent changer comme ça, juste par des paroles.
Je crois hélas que nous allons être obligés de les confronter physiquement. Comme le dit le P. Boulad, jésuite égyptien que vous connaissez, et bien d’autres. Le choc sera violent et on y verra plus clair quand la fumée se sera dissipée…
une horreur à redouter mais malheureusement inévitable, eux-mêmes montrent clairement leurs intentions.
Merci pour votre article pour le reste très, très intéressant.

Hélios d'Alexandrie

@ Sandrine,

Gardez-vous de prendre le symptôme pour la maladie. Vous avez tout à fait raison dans ce que vous décrivez au sujet des musulmans, mais tout ce que vous voyez (et que vous déplorez) traduit leur raidissement face aux dangers qui menacent l'islam d'extinction.

La régression dans le fondamentalisme est un signe que les choses vont vraiment très mal pour cette idéologie religieuse. Le problème (tout le problème) est que les occidentaux se montrent incapables de saisir la signification profonde des phénomènes et des évènements.

Sayed el Qemni est un intellectuel égyptien qui a bien perçu et analysé le phénomène du fondamentalisme islamique, comme beaucoup de savants islamiques, dont Ahmed Fathy Mansour, Nasr Hamed Abou Zeid, Gamal el Banna et Abd el Wahhab Medeb, il a tenté, mais en vain, de convaincre le grand public de l'importance (et de l'urgence) de procéder à des réformes en profondeur de l'islam. Le but étant de permettre aux musulmans d'accéder à la modernité avant qu'il ne soit trop tard.

Selon son expression lapidaire l'islam, tel qu'il est enseigné et pratiqué, a exclu les musulmans de l'Histoire, il risque à présent de les exclure de la Géographie! Comprendre par là que les musulmans n'ont joué qu'un rôle marginal dans le façonnement des évènements historiques aux cours des trois derniers siècles, ils ont été à la remorque du reste de l'humanité dans le champ de la civilisation. Si cet état des choses devait persister, les pays musulmans perdraient tout espoir de figurer un jour sur la carte géographique des pays développés.

Nous serons peut-être obligés de confronter physiquement les musulmans violents mais à ce jeu ils savent qu'ils partent perdants comme le faisait remarquer si bien le Sheikh Qaradawi dans ses prêches d'al Jazirah: "nous ne pouvons faire la guerre à l'occident vu que c'est de lui que nous achetons nos armes..." La guerre par les moyens traditionnels est donc impossible, reste la guerre souterraine et celle du peuplement et du remplacement de population, celle qui est en cours actuellement.

Les avancées de l'islam en occident ne doivent rien à sa force intrinsèque, elles sont plutôt la conséquence de notre veulerie, de notre démission et du fait que nous avons abandonné à l'état-providence le soin de diriger notre destin du berceau jusqu'au tombeau. C'est l'état-providence qui a permis à l'islam de nous envahir et nous n'avons pas eu le courage ni la sagesse d'ériger des barricades pour l'en empêcher, occupés comme nous étions à "jouir de la vie" le plus loin possible des tracas et des conflits. Oui l'état providence et les élites nous ont trahi, mais nous avons préféré fermer les yeux et passer l'éponge.

Vous avez tout à fait raison quand vous affirmez que les musulmans n'acceptent et ne respectent que la force, c'est l'islam qui les a ainsi conditionnés, cependant ce n'est pas par la force physique que nous allons mettre le fondamentalisme islamique à terre, mais par la force morale qui trouve sa source dans le courage et la sagesse. Cette force morale ne viendra pas des élites mais des femmes et des hommes qui donnent de la valeur à la liberté et à la civilisation et qui sont résolus à renoncer à leur confort pour défendre l'avenir de leurs descendants.

Ceci étant, la force physique ne remplace jamais la force morale, elle est là juste comme auxiliaire ou comme élément dissuasif.

Hélios d'Alexandrie

Odilon Cabat

Juste une question : dans quel texte Naipaul parle-t-il de la destruction des civilisations par l'islam? merci.

Irving Braxter Frolix

On ne peut obliger personne à faire le bien. On peut juste essayer de le convaincre par le témoignage de nos propres actions. Le fruit de l'arbre.

François Gineste

La faiblesse de la démocratie que vous constatez vient de son oubli de la foi chrétienne qui l’a vu naître. Car c’est cette foi qui a permis la démocratie (et non l’inverse). En effet elle donne comme effet secondaire une juste appréhension de la vérité et les fondements du développement humain, social et économique que l’occident a connu. Son oubli a livré le monde aux excès du capitalisme, du socialisme, du nationalisme, du scientisme, du démocratisme et de toutes les superstitions que nous connaissons aujourd’hui.
La faiblesse des espoirs démocratiques de la jeunesse arabe vient de ce que leur sens religieux (présent en tout homme) est capté par l’islam et se retourne donc contre la démocratie.
L’essentiel est donc de promouvoir la foi chrétienne, tel que la promeut un père Zacharia Botros envers les musulmans. On attend son équivalent en occident envers ce démocratisme totalitaire qui se retourne contre sa démocratie, et contre sa mère l’Eglise.

philippe

Olaf aurait pu ajouter un argument majeur qui, à mon avis, doit nous conforter dans la certitude que l'islamisme sera vaincu:
L'idéologie islamiste repose sur 3 postulats, 3 inégalités qui n'ont rien de religieux, qui sont des modes d'organisation sociétale héritées de l'antiquité et qui sont complètement obsolètes et injustifiables au regard de l'évolution de la pensée philosophique, sociologique et politique depuis 3 siècles:
- les hommes sont supérieurs aux femmes
- les musulmans sont supérieurs aux non-musulmans
- les maîtres sont supérieurs aux esclaves
avec tous les corollaires qui en découlent concernant le témoignage, l'héritage, le mariage et les discriminations imposées aux non-musulmans (dhimmitude) et qui sont totalement contradictoires avec le principe de l'éthique universelle:
"Ne fais pas aux autres ce que tu ne voudrais pas qu'on te fasse à toi-même."
En dépit des progrès apparents qu'ils ont fait depuis 30 ans, grâce à l'argent du pétrole qui finance la propagande wahhabite dans le monde entier et grâce à l'absence de clairvoyance des Occidentaux (on commence seulemnt à ouvrir les yeux), les islamistes ne pourront plus très longtemps imposer cette éthique dualiste, sectaire et grossièrement discriminatoire d'un autre temps. Comme on dit, ça ne tient pas la route.
La règle d'or qui veut que nous traitions nos semblables comme nous voudrions être traités nous-mêmes, indépendamment du sexe, de la race et des croyances de chacun, finira par s'imposer et le monde musulman se libérera tôt ou tard de cette chape de plomb qui n'a que trop longtemps pesé sur lui et qui est la cause première de son état d'arriération et de sous-développement.
Soyons optimistes et défendons courageusement nos valeurs !

concitoyen

Bonjour,

La démonstration est belle : Le pot de terre contre le pot de fer... Dans le cas présent le dogme de l'inquisition contre la raison! Malheureusement le point de vue occidentaliste (la raison) n'est valable que pour un ... occidentaliste... C'est bien la le problème... voir les discours de Wafa Sultan (Sirienne d'origine) et autres, qui tentent de nous en expliquer les dangers de cette démarche... Galilée en est un exemple flagrant ! Certes il peut y avoir un espoir mais pour qui, pour quand et comment... là est la vrai question : D'un point de vue stratégique, faut reconnaitre que le pot de terre peut gagner pour un temps... par exemple il suffit que le pot de terre soit plus gros et hop! on met le pot de fer à l'intérieur... faut donc alors casser le pot de terre de l'intérieur avec ses propres armes à lui.... à priori Oskar Freysinger l'a compris.. et Wafa Sultan et d'autres essaient de nous en expliquer la démarche... Mais la question est : ne suis-je pas moi-même manipulé malgré tout; telle est la force et la faiblesse de l'introspection de soi et de l'altérité ....

Hélène

Je ne suis pas aussi optimiste que vous. Nos propres gouvernements, au lieu de reconnaître le non-sens civilisationnel de l'Islam, nous oriente vers cette religion et nous l'impose petit à petit. Des décisions de justice s'offrent en faveur de cette Islam.
Il n'y aura pas non plus de prise de conscience des 1 milliard 300 millions de fous qui se sont fourvoyés dans cette religion. Jamais ils ne soumettront leur choix à l'examen de la raison. Quand bien même ils le feraient, leur orgueil se refuserait à admettre la faute.

Hélène

Votre article est brillant. Ce qui me gène cependant :
Vous dites : "qu’aux sectaires obsessionnels de l’occident qui préfèrent voir dans tout musulman l’adversaire à abattre plutôt que l’homme à libérer, le frère à aimer et respecter."

Ah bon, Il est possible de libérer ces gens là ? 1 sur 10 000 peut-être ! Il est possible de les aimer ?
Désolée, je fais partie des sectaires obsessionnels dont vous parlez et très radicaux.
Même si vos propos sont intelligents et plein de bon sens. sur cette phrase, vous idéalisez un peu mais la réalité nous amènera inévitablement à une guerre fratricide avec ces gens-là

Olaf

Qui aime bien châtie bien, Hélène, j'ai beau espérer dans le genre humain, je n'en suis pas angélique pour autant ...

nonauxfanatismes

Je suis pessimiste quant à une sortie pacifique de l'islam pour les musulmans, il y a deux options, un choc de civilisations militarisé avec une conclusion à la japonaise, autrement dit une défaite qui mette la oumma K.O debout après un conflit qu'elle aura (et à déjà dans les faits) provoqué, ou alors l'aboutissement logique d'une nouvelle guerre froide par un "containment" qui entraîne sa dislocation comme ce fut le cas pour le glacis soviétique.
Je ne crois pas au"dialogue" autour d'un verre de thé à la menthe et de sablés ou de loukoums.
Cela dit la grosse claque que s'est pris l'empire nippon en 1945 ne l'a pas empêché de prospérer par la suite, ni la sortie presque sans conflagration (ormis dans les Balkans)du communisme n'empêche pas à la Russie ou la Chine (qui est un cas particulier avec sa dichotomie économique/politique) de renouer avec la prospérité.
L'islam n'est pas une civilisation mais une construction qui met les véritables civilisations qu'il à conquises et annihilé sous l'éteignoir, comme le communisme, sa dislocation serait la meilleure façon d'en sortir (plutôt que le choc frontal annoncé avec l'Occident, Etats-Unis en tête).

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Devenir Fan

Ou faire un don mensuel

DONS PAR CHÈQUE