« USA : des musulmans offrent une récompense pour des criminels en niqab | Accueil | Russie : Un avocat réclame la charia sous peine de riposte sanglante »

25/04/2012

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

mona

Merci Olaf pour l'interview.J'ai hâte de lire la suite.J'adore le père Boulad pour sa sagesse. Je le trouve très courageux.

Hélios d'Alexandrie

Les lecteurs seront certainement surpris d'apprendre le rôle de premier plan que la France a joué dans la modernisation de l'Égypte. Cette interview la met bien en évidence mais pour ceux qui veulent en savoir davantage je recommande l'ouvrage de Robert Solé "Égypte passion Française".

À propos du cheikh Rifaa el Tahtawy, dans son ouvrage "l'Or de Paris" on peut lire ce bon mot: "Paris c'est le paradis des femmes, le purgatoire des hommes et l'enfer des chevaux"! Pas mal pour un villageois de la Haute Égypte à qui on avait appris tout jeune que l'histoire du monde a commencé avec Mahomet.

Le peuple égyptien n'était certes pas malheureux sous le "protectorat" britannique. Sous la houlette de Lord Cromer (copieusement diabolisé par les nationalistes égyptiens) l'Égypte a fait des pas de géant, non seulement en direction de la modernité mais surtout en termes de prospérité et d'espérance de vie. Lord Cromer a aboli la corvée (une forme de servage) imposée de force aux pauvres paysans par les pachas d'origine turque, il a aboli par la même occasion les châtiments arbitraires: bastonnade et fouet (kourbag)dont ces mêmes paysans étaient victimes, si Lord Cromer avait été musulman, il aurait été élevé aux nues et considéré comme un bienfaiteur de l'humanité.

L'égyptien ordinaire s'est toujours montré ambivalent à l'égard des étrangers. Considéré par eux comme un être humain digne et détenteur de droits, il n'en aspirait pas moins à l'indépendance politique tout en sachant qu'il sera humilié et maltraité par ses semblables. En aucun temps les égyptiens n'ont été autant humiliés que sous la tyrannie de Nasser, de Sadate et de Moubarak.

Hélios d'Alexandrie

georges

Pour intéressant qu'il est, ce survol rapide et apologétique de l'Egypte et des hommes qui ont contribué à "sa modernité" ne prend pas en compte l'apport des "citoyens" de culture et confession juives à la "modernité" du pays. Fâcheux oubli !!!!!
A quoi attribuer cet amnésie du jésuite Boulad? L'âge ? Je n'y crois pas un seul instant. Mon inculture et mon ignorance peut-être?... Mince, mais c'est vrai, il n'y a jamais eu de juifs en Egypte. Suis-je idiot. Il n'y avait que deux communautés côte à côte unies par un même destin que de méchants frères musulmans ont divisées. Soit, du paradis à l'enfer ! Esprit binaire quand tu nous tiens .

Hélios d'Alexandrie

Rifaa El Tahtawy, Kacem Amine, Moustapha Kamel, Houda Shaarawi et bien d'autres, tous ces égyptiens musulmans qualifiés de "modernistes" qui sont allés en Europe pour voir, apprendre et comprendre, ont rencontré et se sont mêlés à des européens qui pour la plupart étaient des chrétiens pratiquants. Ils ont réalisé que ces chrétiens leur témoignaient du respect et qu'ils ne cherchaient aucunement à les détourner de leur religion. Les "kouffars" ont à cette occasion accueilli généreusement les musulmans et les ont traités comme des égaux.

Chose quasi impensable en islam, ces égyptiens ont appris et compris l'importance de dissocier l'aspect humain de l'aspect religieux, du coup les versets du coran qui insultent et méprisent les non-musulmans leur ont parus injustes ou du moins injustifiés. On peut par conséquent affirmer que le suprématisme islamique a été la première victime de cette rencontre entre l'islam et la modernité.

Ce coup porté au suprématisme islamique a été très mal reçu par nombre de musulmans, pour eux le fantasme de la "supériorité" de l'islam était l'ultime refuge face à cette civilisation chrétienne triomphante.

L'islamisme a été la réponse à cette blessure narcissique, mais pour avoir rejeté l'égalité les islamistes se sont condamnés à la régression.

Hélios d'Alexandrie

moricette

Merci pour la publication de cette série d'entretiens ! Le point de vue d'un honnête homme (au sens le plus classique de cette expression française) qui connaît en profondeur le pays dont il parle -et qui parle sans agenda communautariste ni soumission au "politiquement correct", est des plus intéressants.

Marius

Olaf et Boulad, merci à vous.

Excellente interview dont nous attendons la suite très vite!

lorraine

C'est beau la fierté mais il faut avoir des réalisations à son actif pour la ressentir sinon ce n'est que de la fanfaronnade, les m'as-tu-vu il y en a partout, ce comportement est typique de l'adolescence, l'islam serait-il dans cette période?

Olaf

Georges, je ne suis pas spécialiste de la chose, je ne sais pas quel a été le rôle des Juifs dans l'expansion de l'islamisme en Egypte, sujet qui constitue, ne l'oubliez pas, le fil conducteur de la première partie de cet entretien. Vous semblez en savoir bien plus que moi, sentez vous donc libre de nous éclairer sur ce sujet.

Mais un petit coup d'oeil rapide sur Wikipédia (http://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_des_Juifs_en_Egypte) m'a permis d'apprendre qu'il n'y avait que 25 000 Juifs en Egypte en 1895 pour environ 10 000 0000 d'habitants, qu'il y a bien eu des personnalités juives dans le mouvement nationaliste égyptien, aussi dans la création du parti communiste égyptien, et dans le mouvement sioniste ... Et puis que l'histoire s'est corsée à partir des années 40 : pogroms, montée d'une hostilité franche en Egypte envers les Juifs, notamment du fait de l'établissement d'Israël, lois vexatoires, attentats, et exode quasi complet des Juifs hors d'Egypte, où il n'en resterait qu'une centaine aujourd'hui.

Voilà, nous en savons un peu plus sur l'histoire des Juifs en Egypte. Beaucoup de souffrances, oui, certes, hélas. Et certainement aussi un rôle de bouc émissaire. Et même si comparaison n'est pas raison, sûrement une sorte d'avant goût de ce que vivent les Coptes aujourd'hui.

Maintenant, expliquez moi en quoi cela a joué dans l'expansion de l'islamisme, dans le virage fondamentaliste actuel, dans la quête identitaire des musulmans égyptiens, bref, en quoi cela entre-t-il dans notre sujet, et en quoi, en omettant (sciemment selon vous) de parler des Juifs, le père Boulad aurait fait preuve de ... De quoi d'ailleurs Georges ? Précisez-donc votre pensée !

Mythologue

Je me permets un commentaire, une fois n'est pas coutume, sur votre site. Cet entretien est passionnant, j'ai hâte de parcourir la 3ème partie. Ma compétence m'oblige à rectifier le passage sur le passé glorieux de l'islam, notamment en ce qui concerne l’Espagne médiévale et plus précisément l'Andalousie. Le Père B. a eu l’honnêteté de reconnaitre qu'il n'était ni un spécialiste ni un historien sur ce sujet. Il convient de lire les vrais spécialistes, non pas les thuriféraires stipendiés qui vendent du rêve...Al Andalous est un mythe. Je conseille au Père B. et aux internautes intéressés de lire l'historien Serafín Fanjul 'entre autres'.

Je mets cet extrait d'un entretien avec un professeur émérite de philosophie médiévale. "L’Andalousie musulmane: Mythes et réalités

Toute cette légende se replace dans le cadre d’un rêve rétrospectif, celui d’une société multiculturelle où aurait régné la tolérance. En particulier, l’Espagne sous domination musulmane (al-Andalus) aurait été la préfiguration de notre rêve d’avenir d’une société bigarrée de peuples et de croyances vivant en bonne intelligence. Le niveau culturel y aurait été fantastiquement élevé. Cela aurait duré jusqu’à la Reconquête chrétienne, laquelle aurait inauguré le règne du fanatisme, de l’obscurantisme, etc.

Les lieux où coexistaient effectivement plusieurs ethnies et religions ont tous disparu. Certains, comme Alexandrie ou la Bosnie, l’ont fait assez récemment pour que le souvenir de ces échecs, sanglant dans le dernier cas, ne se soit pas encore effacé. Et ne parlons pas de l’Irak… L’Espagne musulmane, elle, est assez éloignée dans le temps pour que l’on puisse encore en idéaliser la mémoire. De plus, l’Espagne est, depuis le xvie siècle, le lieu idéal des légendes et des clichés. Cela a commencé par la « légende noire » sur la conquête du Nouveau Monde. Répandue par les plumitifs stipendiés par les rivaux commerciaux des espagnols et des portugais, dont la France, elle permettait à ceux-ci de légitimer leur piraterie d’État (dite « guerre de course »). N’insistons pas sur les poncifs « orientalistes » de Gautier et de Mérimée. Donc, pourquoi ne pas ajouter aux castagnettes et aux mantilles un al-Andalus rose ?

Pour le dire en passant, il serait fort instructif de reconstituer les origines de ce mythe andalou, depuis l’américain Washington Irving en passant par Nietzsche.

Un arabisant espagnol, Serafín Fanjul, s’est donné pour tâche de détruire cette légende et de montrer que les régions d’Espagne sous domination musulmane n’étaient ni plus ni moins agréables pour les communautés minoritaires que les régions chrétiennes. Des deux côtés, on constate discriminations et persécutions, le tout sur l’arrière-plan d’expéditions de pillage et de rapt. Plutôt que d’une coexistence (convivencia) harmonieuse, il s’agissait d’un système voisin de l’apartheid sud-africain[7]. Là aussi, rien qui soit nouveau pour les historiens qui ont de cette époque une connaissance de première main. Mais qui les lit ? Rémi Brague

Consultez le site http://www.libertyvox.com/phpBB/viewtopic.php?f=5&t=536, plusieurs fils sont consacrés à l'Andalousie.

Un débat entre le professeur Brague et l'intellectuel Malek Chebel tourne autour de l'histoire du dialogue et des rencontres (ratées) entre islam et christianisme, musulmans et chrétiens. Il est à voir à l'adresse suivante et vaut le détour. http://www.radiomaria.fr/?p=1807

Cordialement.

DZ20

Merci pour ce père qui a pu dire les vérités qui fâchent. Toutefois je constate qu'il a raté de nous expliquer l'origine saoudien des frères, et les vrais raison de leur existence, et qu'ils sont en réalité des agents saoudiens. Pour les arabophones voila deux liens qui expliquent cette alliance diabolique.

http://www.ssrcaw.org/ar/show.art.asp?aid=280368

http://www.ssrcaw.org/ar/show.art.asp?aid=265607

Sandrine

Je note cette phrase, que je lis et relis : (jusqu'en 1928 à la création des Frères Musulmans) "Jusque là, chrétiens et musulmans vivaient en bonne harmonie, dans un climat d’entente et de cordialité".
Incroyable. Il faudrait en cerner les raisons exactes et essayer de reproduire cette situation. Il a donc été possible, quelque part dans le monde, pour des chrétiens de vivre en harmonie avec des musulmans ?...
Il faudrait pouvoir revenir à l'époque où les Frères n'existaient pas. Il faudrait les convoquer à une table ronde et leur en demander d'en rendre raison. Mais ils répondraient que l'explication c'est leur lecture intransigeante des textes et on retomberait dans une aporie sans fin...

mona

Voici un entretien avec Henri Boulad suite à l'élection de Morsi.Très intéressant.
http://www.gerard-brazon.com/article-l-entretien-avec-le-pere-henri-boulad-verite-et-lucidite-sur-le-fascisme-vert-107603580.html

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Devenir Fan



Don mensuel @ Poste de veille

Ou faire un don par chèque

DONS PAR CHÈQUE