« Le garçon du Kosovo devenu kamikaze en Irak | Accueil | En Australie, un prédicateur appelle à l'instauration d'un califat mondial »

10/10/2014

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Amina Abaza

Bravo pour cet article qui dit la verite , et la verite est toujours difficile a a ccepter care severe et douloureuse . Mais je ne suis pas d accord avec deux points :
1- L Occident sait tres bien que les islamistes sont dangereux mais ils complotent contre nos pays arabes et musulmans et financent les terroristes .
2- Ces jeunes du fameux printemps arabes se sont revoltes non contre la dictature et la corruption mais au contraire ces jeunes dont le cerveau a ete labe voulainet un etat islamique , pas tous bien sur mais ces printemos etaient surtout des hivers terroristes finaces par les freres musulmmans , L europe et les Etats unis , je ne les accuse pas d avoir cree le terrorisme mais ils le financent et l utilise pour leurs propres interets ...quand a reinterpreter l islam c est le reve de beaucoup de musulmans mais franchement si vous regardez de plus pres et vivez dans nos pays musulmans vous ne seriez pas tres optimiste ...c est trop tard les jeunes sont presque tous devenus fanatiques .....

Hélios d'Alexandrie


Exercice louable et dont l'utilité principale est de confondre les gauchistes (les "inclusifs"), les multiculturalistes et les adeptes occidentaux de la haine de soi.

Mais pour ce qui est de la réforme de l'islam c'est beaucoup trop tard, le pronostic est sombre, très sombre. L'islam ne se réformera pas, parce que l'islam a depuis plus de quarante ans choisi la fuite en avant. L'islam joue actuellement sa dernière carte, l'enjeu est de nature existentielle, être ou ne pas être! Et pour être, plus précisément pour survivre, il lui faut annihiler la concurrence de la civilisation occidentale, c'est à dire envahir et dominer l'Occident. Objectif fou ou objectif réaliste? Avec des leaders comme Obama, Hollande, Cameron, Trudeau ou Mulcair, l'objectif semble à portée de main. La seule planche de salut pour l'islam réside dans l'irrésolution, l'impuissance, l'autodénigrement, l'autoflagellation, en somme la bêtise criminelle des élites occidentales.

Le monde islamique est malade, sa maladie est rendue à la phase terminale. L'effondrement des États, Somalie, Syrie, Irak, Liban, Yémen, Lybie, est le produit d'une réaction en chaîne qui ne s'arrêtera pas. Le califat islamique est le catalyseur de cette réaction, sans lui elle se ferait quand même mais plus lentement.

J'ai écrit ceci dans une de mes chroniques: "Rien de ce qui se fait ou de ce qui se fera ne pourra sauver l'islam de lui-même!" Abd el Nour Bidar croit le sauvetage encore possible, il le croit parce que malgré la catastrophe qui se déroule sous ses yeux il refuse de désespérer.

Bidar ne veut pas admettre que l'islam authentique est, dans son essence, une doctrine toxique qui corrompt et empoisonne l'esprit des gens. Il se figure un islam des lumières, un islam spirituel qui dans les faits n'a jamais existé et n'a aucune chance de voir le jour. La meilleure chose qui puisse lui arriver est de désespérer de l'islam comme Magdi Allam et bien d'autres l'ont fait avant lui, désespérer de l'islam et l'abandonner à son sort, le même sort que l'histoire a réservé aux idéologies tyranniques et totalitaires.

Hélios d'Alexandrie

enthuoli

Très beau texte courageux!

Mais il manque il manque encore un étape à Abdennour Bidar, c'est de devenir officiellement apostat car ce qu'il promeut, à juste titre, à savoir

"Que tu les réformes pour les diriger selon des principes universels (même si tu n’es pas le seul à les transgresser ou à persister dans leur ignorance) : la liberté de conscience, la démocratie, la tolérance et le droit de cité pour toute la diversité des visions du monde et des croyances, l’égalité des sexes et l’émancipation des femmes de toute tutelle masculine, la réflexion et la culture critique du religieux dans les universités, la littérature, les médias."

est l'antimatière incompatible avec l'essence de l'islam

http://sami-aldeeb.com/articles/view.php?id=335&action=french-introduction-au-droit-musulman-fondements-sources-et-principes

http://www.blog.sami-aldeeb.com/2014/08/20/on-culpabilise-les-europeens-avec-le-colonialisme/#comment-770042

http://www.blog.sami-aldeeb.com/2014/07/05/les-92-versets-dans-lordre-chronologiques-qui-justifient-lislamophobie-saine-du-non-musulman/

Le "Nulle contrainte" en religion à laquelle le brillant philosophe s'accroche est le nuage de fumée habituel du musulman pour masquer sont caractère dominateur illustré quan on lit les deux versets en entier 2.256 et 2.257
http://www.exmusulman.org/nulle-contrainte-en-religion.html

ALPHA ... OMEGA .

@ lison ,

" On dit d'un tel fanatisme de quelques-uns que " c'est l'arbre qui cache la forêt d'un islam pacifique " " .

Il n'y a pas d'islam pacifique .
Voici l'exposé majeur d' Aldo Sterone de nationalité algérienne au sujet de la psychopathie quasi chronique des mahométans :

http://www.fdesouche.com/521539-aldo-sterone-sur-lislam-sunnite-enseigne-et-promu-dans-les-sociétés-maghrébines

Michel

Tout ça, c’est de la poudre aux yeux, encore un terroriste, décapitateur qui nous la joue « soft », mais en vérité ce Abelnnour Bidar est d’accord avec l’idéologie « Nazie-slamique », il en est l’avant-garde en Europe. Ne nous laissons pas avoir à ce jeu ou nous risquerons de le payé de notre vie.

Un musulman fanatique vous décapite la tête, un musulman modéré attend que le musulman fanatique vous décapite. C’est la seule différence entre ce soi-disant philosophe et les barbares sanguinaires d’IS.

Philippe

Je suis en désaccord avec la lecture qu'a fait Hélios du texte de Bidar. Bidar ne veut pas annexer l'islam aux Lumières et à l'Aufklärung, son approche revient en fait à le désacraliser, à faire du coran un livre comme les autres, etc.

Il s'agit d'une approche radicale de désactivation de l'islam et de sa refondation sur des bases non plus sacrées mais profanes.

CITATIONS: http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/03/23/un-monstre-issu-de-la-maladie-de-l-islam_1674747_3232.html

« Il faut que l'islam arrive à cette lucidité tout à fait nouvelle de comprendre qu'il doit se réinventer une culture spirituelle sur les décombres du matériau mort de ses traditions.»

« L'islam doit accepter le principe de sa complète refondation, ou sans doute même de son intégration à un humanisme plus vaste qui le conduise à dépasser enfin ses propres frontières et son propre horizon. »

Pour lui, la solution ne consiste pas à apostasier mais à complètement désacraliser l'islam et à le refonder par la suite... C'est une opération messianique.

« Si demain le XXIe siècle est spirituel, ce ne sera pas de façon séparée entre les différentes religions et visions du monde, mais sur la base d'une foi commune en l'homme. A trouver ensemble.»

C'est comme s'il faisait sortir l'islam de l'islam, à la manière de Hassan Jamali:

http://www.postedeveille.ca/2014/09/conditions-d-un-islam-moderne.html

Autrement dit, ce que Bidar propose n'est pas une réforme incrémentale mais une refondation radicale de l'islam — en abattre ce qu'il appelle l'arbre du mal, les racines incluses. Ce n'est pas une différence de degré qu'il veut apporter, mais changer la nature de l'islam.

Hélios d'Alexandrie

Philippe a écrit :

« Pour lui (Abd el Nour Bidar), la solution ne consiste pas à apostasier mais à complètement désacraliser l'islam et à le refonder par la suite... C'est une opération messianique. »


Il s’agit de savoir de quel islam il s’agit. Car l’islam de Bidar est plus proche du christianisme qu’il ne l’est de l’islam traditionnel. C’est donc l’islam traditionnel que Bidar veut désacraliser, et le remplacer par son islam à lui. Mais l’islam de Bidar ne désacralise pas pour autant le coran, car cela équivaudrait à une apostasie pure et simple. Bidar rejoint sans le dire explicitement la doctrine des moutazilites, pour qui le coran n’est pas, à l’égal d’Allah, éternel et immuable, il a été créé par Allah et partage par conséquent les caractéristiques de toutes les créatures dont l’imperfection; il n’est pas transcendant mais son caractère sacré n’est nullement remis en question. Pour preuve cette citation de sa lettre ouverte : «… comme chacune des autres grandes inspirations sacrées du monde, l’islam a créé tout au long de son histoire de la Beauté, de la Justice, du Sens, du Bien, et il a puissamment éclairé l’être humain sur le chemin du mystère de l’existence » Bidar se réfère donc à cet islam, qui n’a jamais existé mais qu’il considère comme étant l’islam authentique, c’est de cette façon qu’il entretient son fantasme d’une possible réforme ou refondation de l’islam.


Mais Bidar semble incapable d’éviter l’erreur que commettent de bonne foi nombre de musulmans libéraux. Il cite dans le coran des passages, souvent pris hors contexte, en appui à sa vision. Il le fait non pour convaincre ses coreligionnaires (son argument est réfuté d’avance par les ulémas et les juristes), mais pour se convaincre lui-même : « Tu (le monde musulman) as choisi de croire et d’imposer que l’islam veut dire soumission alors que le Coran lui-même proclame qu’« Il n’y a pas de contrainte en religion » (La ikraha fi Dîn). Tu as fait de son Appel à la liberté l’empire de la contrainte! » Quand il bâtit tout son argumentaire sur des bases aussi fragiles, il ne doit pas s’étonner de son incapacité à convaincre. Bidar est sûr de la justesse de son diagnostic concernant l’islam traditionnel, il est loin de l’islam authentique, à preuve cette citation : « … l’islam déformé par tous ceux qui l’instrumentalisent politiquement, l’islam qui finit encore et toujours par étouffer les Printemps arabes et la voix de toutes ses jeunesses qui demandent autre chose… » Il s’agit pour lui de restituer l’islam authentique au sein du monde musulman, fort heureusement il n’a pas tout à fait disparu : « … dans ton immense territoire il y a des îlots de liberté spirituelle : des familles qui transmettent un islam de tolérance, de choix personnel, d’approfondissement spirituel ; des lieux où l’islam donne encore le meilleur de lui-même, une culture du partage, de l’honneur, de la recherche du savoir, et une spiritualité en quête de ce lieu sacré où l’être humain et la réalité ultime qu’on appelle Allâh se rencontrent… »


Bidar ne sort donc pas du cadre de l’islam et encore moins de celui du coran, il croit de toute évidence à la corruption du message divin par les tenants de l’islam traditionnel, lequel se confond avec le fondamentalisme : « … derrière ce monstre (l’État islamique) se cache un immense problème, que tu ne sembles pas prêt à regarder en face… Ce problème est celui des racines du mal… Les racines de ce mal qui te vole aujourd’hui ton visage sont en toi-même, le monstre est sorti de ton propre ventre… c’est l’état général de maladie profonde du monde musulman qui explique la naissance des monstres terroristes… Depuis le XVIIIe siècle en particulier, il est temps de te l’avouer, tu as été incapable de répondre au défi de l’Occident. Soit tu t’es réfugié de façon infantile et mortifère dans le passé, avec la régression obscurantiste du wahhabisme qui continue de faire des ravages presque partout à l’intérieur de tes frontières – un wahhabisme que tu répands à partir de tes lieux saints de l’Arabie Saoudite comme un cancer qui partirait de ton cœur lui-même! » Bidar n’explique pas pourquoi le wahhabisme a obtenu tant de succès, il se refuse d’envisager qu’il puisse représenter l’islam authentique, car pour Bidar l’islam c’est tout le contraire, même s’il est le seul à l’affirmer.


Bidar veut croire que l’islam a été dévoyé par le fondamentalisme, lequel est la source des maladies du monde musulman, citation : «… les maladies chroniques sont les suivantes : impuissance à instituer des démocraties durables dans lesquelles est reconnue comme droit moral et politique la liberté de conscience vis-à-vis des dogmes de la religion; difficultés chroniques à améliorer la condition des femmes dans le sens de l’égalité, de la responsabilité et de la liberté; impuissance à séparer suffisamment le pouvoir politique de son contrôle par l’autorité de la religion; incapacité à instituer un respect, une tolérance et une véritable reconnaissance du pluralisme religieux et des minorités religieuses. » Il veut croire que la solution se trouve, comme en germe, dans le monde musulman : « Malgré la gravité de ta maladie, il y a en toi une multitude extraordinaire de femmes et d’hommes qui sont prêts à réformer l’islam, à réinventer son génie… » Réinventer suppose qu’il a déjà existé dans le passé, mais qu’il s’est perdu, la foi de Bidar est donc intacte, l’islam est éternel, il renaîtra un jour.


Comme on peut le constater Bidar ne désacralise pas l’islam, c’est bien le contraire il cherche à le sacraliser de nouveau, à le ramener à sa pureté originelle, car il est profondément convaincu qu’il a été dévoyé, corrompu et désacralisé par les fondamentalistes. Or ces derniers et en particulier les sujets du califat islamique sont également convaincus de faire renaître l’islam authentique; il y a là convergence dans la démarche « intellectuelle » même s’il y a divergence et opposition totale au niveau des orientations.


Bidar tient à l’islam autant que les fondamentalistes tiennent à lui. Même s’il se dit « philosophe » son attachement est de nature purement affective, il est attaché à l’islam et encore plus à l’idée qu’il s’en fait. Au fond il ne fait que projeter ses aspirations et ses idées sur l’islam, un islam fantasmé et totalement étranger à ce qu’il est depuis ses origines.


Reste à savoir pourquoi il a adopté cette position, pourquoi il a choisi de ne pas désespérer de l’islam. Il n’est pas facile de faire le deuil de ses illusions; il y a quelque temps j’avais écrit ces quelques lignes à son sujet :

« Abdennour Bidar, parle davantage aux occidentaux et aux chrétiens qu'il ne parle aux musulmans, c'est qu'il espère davantage des premiers que des seconds, en cela il ne fait que prêcher à des "convertis". Il se défend de s'être forgé un islam à la carte mais c'est bien de cela qu'il s'agit. Un islam appris de sa mère française auvergnate qui a adhéré au soufisme mais à un soufisme également très personnel à mi-chemin entre le christianisme et l'islam et sans doute plus proche du premier que du second.

L'islam de Bidar c'est le christianisme sans la seconde personne de la Sainte Trinité, c'est en quelque sorte le Père et le Saint-Esprit sans le Fils, ce dernier est remplacé par l'homme Adam devant qui les anges se sont prosternés sur l'ordre du Père (Allah). Bidar y voit, non un caprice du Père-Allah incompatible avec le reste de la « révélation », mais une élévation de l'être humain sur le plan spirituel.

Bidar fait volontairement du cherry picking, il fait le tri entre ce qui fait son affaire et ce qui le rebute mais en cela il se marginalise ou plutôt il prend ses distances avec 99% du contenu de l'islam, je doute fort que des musulmans, même très modérés le suivent jusqu'au bout.

Il n'a qu'à se laisser aller pour devenir chrétien, la distance qui le sépare du christianisme est bien moins grande que celle qui le sépare de l'islam et elle ne fera que se rétrécir avec le temps. »


Je ne croyais pas si bien dire, Bidar par la pensée rationnelle est actuellement à mille lieues de l’islam, il le dit lui-même : « … tout ce que je viens d’évoquer – une religion tyrannique, dogmatique, littéraliste, formaliste, machiste, conservatrice, régressive – est trop souvent l’islam ordinaire, l’islam quotidien, qui souffre et fait souffrir trop de consciences… », il est aussi par l’espérance très proche du christianisme, écoutons-le : «… l’avenir de l’humanité passera demain non pas seulement par la résolution de la crise financière mais de façon bien plus essentielle par la résolution de la crise spirituelle sans précédent que traverse notre humanité tout entière ! Saurons-nous tous nous rassembler, à l’échelle de la planète, pour affronter ce défi fondamental ? » Ce passage de sa lettre au monde musulman pourrait être transposé tel quel dans une encyclique du Pape.


« Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît pas », Abd el Nour Bidar qui se veut musulman et seulement musulman, marcherait-il sans le savoir en direction du Christ?

Hélios d’Alexandrie

Amina Abaza

@Lison Non ce n est pas cela que je voulais dire , je constate seulement que l Europe et les Etats-Unis ne sont pas du tout contre le fanatisme , Clinton a avoue elle-meme que ce Les Etats-unis qui ont cree la quaida d ailleurs tout le monde le sait Hollande , Obama et Cameron abritent chez eux les islamsites les pllus dangereus et le pretexte est que ces assassins sont juste des opposants au gouvernement je n ai jamis dit que vous etes laa cause mais j affirme que vous faites de tout poour que ces meurtres ne cessent jamais . Franchement vous n etes pas beaucoup mieux que nous les musulmans mais vous comettez les crimes avec plus de finesse et de ruse . Quant a L islam radical et intolerant cela je ne peux pas le nier relisez ce que je viens d ecrire je sais que nous sommes responsables , mais que cela vous arrange ...vos pays sont ruines vous nous vendez des armes et financez les
criminels .

Hélios d'Alexandrie

@ Amina Abazza,

Vous avez raison l'Europe et les États Unis ne sont pas contre le fanatisme, mais c'est pour une raison très simple: ils refusent de le voir tel qu'il est, et ils sont convaincus que les frères musulmans et les salafistes sont des gens correctes et fréquentables, ils ne veulent pas croire qu'ils ont des liens avec les terroristes; il faut dire que les fanatiques sont passés maîtres dans la dissimulation et le mensonge (si vous êtes égyptienne ou tunisienne vous êtes bien placée pour le savoir), ils se montrent très gentils et très pacifiques et ils réussissent de cette façon à tromper les gens. Mais ils ont fait encore plus, ils sont parvenus à infiltrer les partis politiques et les gouvernements et ils se font passer pour les représentants des musulmans en Europe et en Amérique. Il faut dire aussi que les musulmans qui vivent en Occident, par crainte des fanatiques, ne disent rien et les laissent faire.

Les intellectuels et les médias en Occident croient tout ce que les musulmans extrémistes leur disent, et ceux qui, comme Poste de Veille, dénoncent ces fanatiques sont traités de racistes et d'islamophobes. Les gens qui influencent l'opinion publique et ceux qui mettent en place les politiques sont favorables à l'immigration des fanatiques en Occident, ils sont convaincus qu'ils sont persécutés dans leur pays d'origine et leur accordent par conséquent l'asile politique et le droit de militer pour avancer leur cause. Autrement dit les occidentaux font preuve d'aveuglement volontaire, ils refusent simplement de prêter l'oreille aux nombreux avertissements, avec comme résultat que les fanatiques jouissent actuellement de la liberté de comploter contre leur pays d'origine et contre les pays qui les ont accueillis. C'est aussi bête que cela!

Les États Unis n'ont pas créé al Qaeda comme beaucoup de gens le pensent. Al Qaeda a été créée par Ben Laden, el Zawahiri et leurs accolytes en Afghanistan pour lutter contre la présence soviétique dans les années 80. Ils ont été généreusement financés par l'Arabie Saoudite et ils ont reçu des armes de la part des américains, et en particulier des missiles sting pour abattre les hélicoptères militaires. C'était alors la guerre froide entre les américains et les soviétiques, et les américains cherchaient à endiguer l'avance des soviétiques dont la présence en Afghanistan constituait une menace pour le Pakistan, allié des États Unis. Mais Ben Laden, tout en recevant l'aide américaine, planifiait de se retourner contre les États Unis et de les attaquer, il planifiait également de renverser la dynastie des Saouds en Arabie, ceux-là même qui l'ont aidé. Pour Ben Laden l'Afghanistan n'était qu'un début. Les américains ont commis l'erreur de manquer de vigilance à l'égard de Ben Laden et d'al Qaeda et ils l'ont payé très cher, en fait le monde entier l'a payé très cher.

Quand vous dites que les occidentaux font tout pour que les meurtres ne cessent jamais, vous portez une accusation grave sans apporter de preuve. Cette accusation est injuste et elle n'a aucun fondement. Voyez-vous les occidentaux ont un gros problème, ils ont beaucoup de difficultés à comprendre ce qui se passe au Moyen-Orient, et ils ne veulent pas passer pour des impérialistes, ils se reprochent beaucoup de l'avoir été dans le passé. À l'égard de l'islam et des musulmans ils s'efforcent d'être très respectueux ce qui les amène à fermer les yeux et les oreilles face à l'extrémisme islamique. En fait ils font de leur mieux pour ne pas heurter l'opinion publique dans les pays musulmans. Pour cela ils lisent les sondages et ils constatent que pour les musulmans l'islam et la charia sont très importants, alors ils se sont résignés à accepter les frères musulmans et les salafistes comme représentants légitimes des peuples musulmans. Ils se sont dit aussi que s'ils les acceptent les musulmans du monde entier comprendront que l'Occident n'est pas du tout contre l'islam comme le prétendent les terroristes, bien au contraire. Ils se sont tellement convaincus de ça, qu'ils ont eu de la difficulté à comprendre et à admettre ce qui se passait, quand ils ont vu les millions d'égyptiens et de tunisiens manifester contre les frères musulmans.

Cela n'arrange personne, ni au Moyen-Orient ni en Occident de voir l'islam radical commettre autant de crimes monstrueux. Le commerce clandestin des armes profite aux trafiquants d'armes et non aux États. Les pays occidentaux vendent des armes seulement aux gouvernements et non aux organisations, la presque totalité des armes qui se trouvent entre les mains des terroristes ne sont pas de fabrication occidentale. Le califat islamique se bat actuellement avec des armes américaines c'est vrai, mais ce sont des armes que l'armée irakienne dans sa fuite a abandonné dans les casernes à Mossoul principalement; les djihadistes s'en sont emparés comme butin de guerre, de telle sorte que les américains sont obligés de bombarder à présent les chars d'assaut et les blindés qu'ils ont vendu au gouvernement irakien!

Vous avez de très bonnes raisons de faire des reproches aux occidentaux, non pas parce qu'ils commettent des crimes avec finesse et ruse comme vous le dites, mais parce qu'ils font preuve de naïveté, d'ignorance, de bêtise et d'aveuglement face aux fanatiques.

Et en terminant je vous inviterai à réagir à ma réponse à votre commentaire.

Hélios d'Alexandrie

Jugurtha

Merci Bcp Hélios d'Alexandrie pour votre réponse magistrale à A bidar et j'espère qu'il se ravisera à temps pour enfin comprendre que l'islam ne pourra jamais se réformer ,de même que l'islam est né dans la violence ,et impossible qu'il puisse survivre s'il renonce à sa violence .C'est bien connu que c'est l'islam qui a détruit le royaume berbère de Koceila et de notre reine Kahina ,lors des invasions musulmanes orientaux du VII eme et du XII eme siècle par les Ibnou hillal .
A Bidar se dit philosophe ,mais je lui conseillerai de lire l'histoire pour bien comprendre comment l'islam s'est-il permis de se proclamer religion dans des pays que les musulmans ont envahi.
Je suis Kabyle ,en tant que tel ,j'ai jamais accepté de renoncer à mon identité berbéro-kabyle au profit de l'islam ,qui est un dogme moyenâgeux et étranger à nos us et coutumes berbères .
Je me vante d'appartenir à une région d'Algérie où l'islam ne s'est jamais intégré comme religion malgrè toutes sortes de manipulations des décideurs politique,qui construisent des mosquées partout juste pour nous choquer MAIS les Kabyles se détournent de ces manoeuvres du pouvoir ,afin de nous faire épanouir à partir de notre identité kabyle,notre laïcité kabyle et notre esprit kabyle qui est dépourvu d'islam et bien entendu notre langue multimillénaire tamazight dont est issue la langue kabyle .
Ma grande fierté c'est de voir le peuple kabyle si loin de l'islam sous toutes ses facettes ,contrairement à A Bidar qui fait de la spéculation philosophique pour un islam qui n'existe pas ,sauf dans son esprit tourmenté .

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.




Don mensuel @ Poste de veille

Ou faire un don par chèque

DONS PAR CHÈQUE